Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

CHAPITRE PREMIER 

LES PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES POUR 2004

Selon le gouvernement, la croissance du PIB, après avoir atteint en 2003 le taux le plus faible depuis 1993 (0,5 % selon le gouvernement et 0,2 % selon la prévision, plus récente, de l'Insee), atteindrait 1,7 % en 2004, comme l'indique le graphique ci-après. Elle demeurerait donc inférieure à son rythme tendanciel, évalué à 2,5 % par le gouvernement.

La croissance du PIB français depuis 1990

(par rapport à l'année précédente, en %)

Sources : Insee, prévisions du gouvernement

Cette prévision suppose une accélération du rythme de croissance actuellement observé. En rythme trimestriel, la croissance, qui avait retrouvé un taux de l'ordre de 0,7 % aux premier et deuxième trimestres 2002, a depuis diminué jusqu'à atteindre - 0,3 % au deuxième trimestre 2003, comme l'indique le graphique ci-après.

La croissance du PIB français depuis 2001

(par rapport au trimestre précédent, en %)

Source : Insee

I. DES PRÉVISIONS MOINS CONSENSUELLES QU'IL N'Y PARAÎT

Les prévisions du gouvernement pour l'année 2004 sont plus optimistes qu'il n'y paraît.

A. DES PRÉVISIONS EN APPARENCE PROCHES DU CONSENSUS

1. Le consensus des principaux conjoncturistes prévoit aujourd'hui une croissance de 1,7 % en 2004

Le consensus des principaux conjoncturistes prévoit aujourd'hui une croissance de 1,7 % en 2004, c'est-à-dire identique à la prévision du gouvernement, comme l'indique le graphique ci-après.

Prévisions de croissance pour 2004

Sources : prévisions du gouvernement, commission économique de la Nation (26 septembre 2003)

Les deux prévisions « extrêmes », celles de Goldman Sachs (croissance de 2,9 %) et de L'Expansion (croissance de 1 %) s'expliquent respectivement par :

- un scénario plus optimiste en matière d'investissement des entreprises (croissance de 6,2 %, contre 1,9 % pour le gouvernement et 3,1 % pour le consensus), suscitant davantage de créations d'emplois et de consommation des ménages ;

- un scénario plus pessimiste en matière de commerce extérieur (à cause notamment d'une prévision de croissance de l'économie allemande de 0,7 %, contre 1,5 % pour le consensus) et de consommation des ménages (ceux-ci conservant un taux d'épargne élevé à cause de l'absence de créations d'emplois et d'un manque de lisibilité de la politique budgétaire).

Par ailleurs, le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une croissance du PIB de l'économie française de 0,3 % en 2003 et 2 % en 2004. Les prévisions de la Commission européenne sont de 0,1 % en 2003 et 1,7 % en 2004. Le FMI et la Commission européenne prévoient tous deux un déficit public de 4,2 % du PIB en 2004.

    retour sommaire suite