Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

3. Une excellente tenue des exportations

Le mouvement ascendant depuis 2001 se poursuit nettement : 29,4 millions d'euros en 2003 et environ 35 millions d'euros en 2004.

En 2003, les monnaies de collection françaises ont connu un réel succès : la part des exportations dans ce secteur était passée de un tiers à deux tiers, avec des débouchés particulièrement importants en Allemagne et au Japon. Mais un phénomène de spéculation avait gonflé artificiellement les ventes.

En 2004, la baisse observée par rapport à 2003 résulte d'un assainissement de ce secteur d'activité. En revanche, les monnaies courantes étrangères apportent un chiffre d'affaire exceptionnel qui devrait permettre à la Monnaie de Paris de dépasser très sensiblement son objectif global.

Le caractère ambitieux de l'objectif 2005 tient aux performances attendues dans le secteur des monnaies courantes étrangères qui, depuis 2004, est particulièrement prometteur. En revanche, les exportations de monnaies de collection marqueraient un net infléchissement.

Afin d'être informée du maximum d'appels d'offre, la Monnaie de Paris a su mettre en place des relais efficaces : ses agents locaux et les missions économiques. Parce qu'elles entretiennent des relations régulières avec les banques centrales, celles-ci apportent une aide précieuse en exerçant une veille particulièrement efficace sur les projets d'appel d'offre en matière de monnaies courantes étrangères12(*). Par ailleurs, le site internet de la Monnaie de Paris, dont les capacités d'accueil ont été largement renforcées après une refonte complète, fait connaître les produits de la Monnaie de Paris au-delà de nos frontières : deux tiers des commandes passées sont destinées à l'étranger.

La répartition géographique, tous produits confondus, fluctue d'une année sur l'autre. Selon les derniers résultats connus, l'Union européenne demeure le principal débouché (47 % des exportations contre 41 % l'an dernier), l'Afrique recule (20 % contre 41 %). Viennent ensuite, à quasi égalité, l'Amérique qui devient un débouché nettement plus important (12 % contre 4 %), l'Asie-Océanie dont le poids est stable (11 % contre 12 %) et les autres pays d'Europe dont le poids augmente sensiblement (10 % contre 2 %).

* 12 S'agissant de ce secteur, les principaux concurrents de la Monnaie de Paris sont la Royal Canadian Mint, la Royal Mint britannique et l'allemand VDN (Vereinigte Deutsche Nickelwerke), sans oublier, en Amérique latine, les instituts monétaires chilien et mexicain.

    retour sommaire suite