Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

II. LE BUDGET 2005 EN PERSPECTIVE

A. LA RÉDUCTION DU BUDGET DE LA DÉFENSE PAR RAPPORT AU PIB EST STOPPÉE DEPUIS 2003

1. La part de la défense dans le budget français

Avec 32,92 milliards d'euros (hors pensions), le budget de la défense est le quatrième poste de dépenses de l'Etat, après l'éducation nationale et l'enseignement supérieur (65,96 milliards d'euros), les concours de l'Etat aux collectivités locales (61,8 milliards d'euros) et la dette publique nette (38,59 milliards d'euros).

La part des dépenses de la défense

 

Budget défense/Budget Etat
(LFI)

Budget défense/PIB
(LFI)

1980

15,52 %

3,07 %

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005*

12,30 %

12,28 %

11,65 %

11,70 %

11,26 %

11,17 %

10,87 %

11,35 %

11,42 %

11,39 %*

2,41 %

2,36 %

2,19 %

2,19 %

2,05 %

1,96 %

1,89 %

1,98 %

2,01 %

1,98 %*

* Prévisions

Alors que, de 1996 à 2002, la part de l'effort consacré à la défense dans le budget de l'Etat a diminué de 1,4 point, et la part de l'effort de la défense dans le PIB de 0,5 point, on assiste, depuis le minimum historique de 2002, à un redressement, puisque ces taux augmentent respectivement de plus de 0,25 et 0,5 point pour atteindre 11,42 % et 2,01 % en 2004. De 2003 à 2005, le budget de la défense est stabilisé à environ 11,4 % du budget de l'Etat et à 2 % du PIB (gendarmerie comprise).

2. Comparaisons internationales

Le tableau de la page suivante, qui récapitule l'évolution des dépenses de défense de la France et de ses principaux partenaires, calculée en parité de pouvoir d'achat et en monnaies nationales constantes 2003, montre que, depuis 10 ans, tous les pays considérés, sauf les Etats-Unis, ont réduit leur effort de défense.

Sur l'ensemble de la période 1994-2004, la France a diminué son effort de défense de plus de 11,5 %, soit plus que l'Allemagne et le Royaume-Uni pour lesquels la régression n'est respectivement que de 7,4 % et 8 %. On note que ce recul a été acquis très largement au cours de la période 1994-1998.

En revanche, la France et l'Angleterre ont très sensiblement accru, depuis 1998, leur effort avec une hausse en volume respectivement égale à + 3,3 % et + 2,8 %. A partir de 1998, les dépenses françaises stagnent à un niveau historiquement bas pour ne reprendre qu'en 2002.

Les Etats-Unis ont augmenté leurs dépenses militaires de 9,5 % sur l'ensemble de la période avec une très forte accélération, + 24,8 %, depuis 1998, tandis que le budget de défense de l'Allemagne ne fait apparaître aucune reprise de dépense depuis 1998.

Les tableau et graphique suivants présentent l'évolution des dépenses de défense de la France et de ses principaux partenaires en euros constants.

On note que, dès lors que l'on ne prend pas en compte les dotations de la gendarmerie, affectées statistiquement à 95 % à la sécurité civile, la part du budget dans le produit intérieur n'est plus de 2 % mais de 1,74 %, à comparer, sur ces mêmes bases aux 3,45 % américains, aux 2,28 % britanniques mais également au 1,1 % allemand.

    retour sommaire suite