Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2009 : Défense

 

2. La recherche de gains de productivité dans le cadre de la RGPP

La RGPP repose sur la recherche de gains de productivité pour le soutien.

a) Les principales activités concernées

Les 50.000 emplois économisés initialement envisagés par la RGPP (dont y compris externalisations)19(*) consistaient essentiellement :

- en la réduction d'environ 10.000 du nombre de personnes affectées au maintien en condition opérationnelle (MCO), par la rationalisation des implantations et du niveau de réalisation du MCO industriel. Notre ancien collègue Yves Fréville a consacré un récent rapport d'information à ce sujet, dans le cas du MCO du matériel aéronautique20(*) ;

- en la réduction d'environ 10.000 du nombre de personnes affectées à la gestion des ressources humaines et à la formation ;

- en la réduction d'environ 10.000 du nombre de personnes affectées à l'alimentation, à l'hôtellerie et à l'habillement (ces emplois devant alors, selon les propositions de la RGPP, être en grande partie externalisés).

Les 36.000 économies d'emplois annoncées dans le cadre de la RGPP s'entendant sans externalisations, ce dernier point doit désormais voir son importance relativisée.

b) La création de 85 bases de défense

La création de 85 bases de défense doit contribuer à réaliser ces gains de productivité, en mutualisant autant que possible les fonctions soutien. Selon les estimations faites dans le cadre de la RGPP, les bases de défense doivent comprendre au moins 1.800 personnes, la cible optimale étant comprise entre 2.500 et 4.000 personnes.

Les 85 bases de défense prévues pour 2014

AGEN

CAZAUX

ISTRES

NANCY

TARBES

ANGERS

CHAMBÉRY

LA VALBONNE

NÎMES

TOULON

ANGOULÊME

CHARLEVILLE-MÉZIÈRES

LAUDUN

ORANGE

TOULOUSE

ANNECY

CHAUMONT

LE MANS

ORLÉANS

TOURS

APT

CHERBOURG

LILLE

PARIS

VALENCE

AVORD

CLERMONT-FERRAND

LORIENT

PAU

VANNES

BAYONNE

COËTQUIDAN

LUXEUIL

PHALSBOURG

VÉLIZY-VILLACOUBLAY

BELFORT

COGNAC

LYON

POITIERS

VERDUN

BESANÇON

COLMAR

MAILLY-LE-CAMP

RENNES

VERSAILLES

BORDEAUX

CREIL

MARSEILLE

ROCHEFORT

VINCENNES

BOURGES

DIJON

MÉRIGNAC

SAINT-DIZIER

MARTINIQUE

BREST

DRAGUIGNAN

METZ

SAINT-GERMAIN-EN-LAYE

GUADELOUPE

BRICY

ÉPINAL

MONT-DE-MARSAN

SAINT-MAIXENT-L'ÉCOLE

LA RÉUNION

BRIVE-LA-GAILLARDE

ÉVREUX

MONT VERDUN

SALON-DE-PROVENCE

MAYOTTE

CALVI

GAP

MONTAUBAN

SAUMUR

GUYANE

CARCASSONNE

GRENOBLE

MONTLHÉRY

SOLENZARA

NOUVELLE-CALÉDONIE

CASTRES

HAGUENAU

MOURMELON

STRASBOURG

POLYNÉSIE

Source : ministère de la défense

Le 23 juin 2008, le ministre de la défense a annoncé la mise en place en 2009 de 11 « bases de défense expérimentales ». Il s'agit, outre Djibouti :

- de Rennes (Ille-et-Vilaine), La Valbonne (Ain), Valence (Drôme), Laudun-l'Ardoise (Gard), Marseille (Bouches-du-Rhône) et Clermont-Ferrand (Puy-de- Dôme), où les unités seront majoritairement issues de l'armée de Terre ;

- des bases aériennes d'Avord (Cher), de Creil (Oise) et de Nancy (Meurthe et Moselle) à dominante armée de l'Air ;

- de la base navale de Brest (Finistère).

* 19 Document du comité de suivi n° 2 de l'équipe d'audit « Défense » mise en place dans le cadre de la RGPP (version 3.0 du 7 mars 2008).

* 20 Rapport d'information n° 352 (2007-2008) du 21 mai 2008.