Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi Approbation du protocole à l'accord du 3 juillet 1995 entre la France et le Royaume de Bahreïn relatif aux services aériens

 

D. RELATIONS DANS LE DOMAINE AÉRIEN

1. Lignes et compagnies aériennes

Il existe une seule ligne directe entre la France et le Bahreïn : Paris- Manama. Jusqu'en 1995, cette ligne a été exploitée par UTA (puis Air France) et Gulf Air.

Gulf Air a été créée en 1950 pour représenter les pays du golfe arabique. Elle a été financée par le Royaume du Bahreïn, l'Émirat du Qatar, les Emirats arabes unis et le Sultanat d'Oman. Depuis, le Qatar s'est retiré pour se consacrer à Qatar Airways, et l'Emirat d'Abou Dhabi s'est retiré pour fonder la compagnie Etihad Airways.

On signalera, s'agissant des compagnies aériennes basées au Bahreïn, qu'une troisième compagnie aérienne est apparue en 2008 Bahreïn Air. Il s'agit d'une compagnie low cost, qui n'exploite pas la ligne Paris-Bahreïn, mais limite pour l'instant son activité aux pays du Moyen-Orient.

En nombre de vols, près de 1 000 vols ont été effectués entre Paris et Manama en 2008 en augmentation de 8 % d'une année sur l'autre.

2. Le trafic passager

En termes de trafic passagers, le Bahreïn est le quatrième aéroport de la région avec sept millions de passagers en 2007. Il se situe loin derrière les Emirats arabes unis, l'Arabie Saoudite et le Qatar. Comme les principaux hubs des pays du Golfe, son activité est en très forte croissance.

S'agissant du trafic passagers entre la France et le Bahreïn, on retiendra sa très forte croissance puisque ce trafic a plus que doublé entre 2003 et 2008 passant de 60 000 à 128 000 passagers par an.

Une large part de ce trafic est du trafic de passagers en correspondance au Bahreïn vers une autre destination.

3. Le trafic de fret

Les Emirats arabes unis dominent largement le trafic fret de la région, grâce à l'aéroport de Dubaï, de loin le plus actif de la région. Cette position résulte de la volonté de l'Emirat d'investir massivement dans les infrastructures aéroportuaires et portuaires1(*).

Le Bahreïn ne semble pas en mesure de contester cette place à Dubaï. Néanmoins les autorités bahreïnies ont choisi de faire du trafic marchandise aérien l'un des axes du développement de l'économie de leur Etat.

Le trafic de fret entre la France et le Bahreïn est en forte croissance.

* 1 le nouvel aéroport de Dubaï devrait à terme avoir une capacité en fret double de celle de l'aéroport international de Memphis, siège de FedEx, le plus important centre cargo au monde