Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Economie

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Economie ( rapport général - première lecture )
3. Le tourisme international : valoriser un gisement de croissance et d'emplois

Enfin, le tourisme international constitue le troisième enjeu stratégique de la mission. Il contribue très positivement à l'excédent de la balance des paiements de la France même s'il faut constater un fléchissement des recettes liées au tourisme en 2010. Le solde demeure excédentaire, mais celui-ci a chuté en 2010 à 5,2 milliards d'euros, alors qu'il s'établissait à 7,8 milliards d'euros en 2009, soit un niveau équivalent au solde des exportations de l'industrie agroalimentaires (5,3 milliards d'euros).

Ainsi, la place du tourisme français à l'international s'érode (3ème rang mondial derrière les États-Unis et l'Espagne en recettes globales et seulement le 7ème rang au niveau européen pour le montant des recettes moyennes par touriste) et la part de marché de la France dans le tourisme mondial est passée de 6,4 % en 2000 à 5,7 % en 2009. Celle-ci est un pays de transit où les visiteurs ne séjournent pas suffisamment longtemps (en moyenne 6,7 nuitées en 2009).

Les recettes du tourisme international

Rang 1995

Rang 2009

Pays visités

Recettes 2009 (millions d'euros)

Évolution en % 2009/2008
(en $ US)

Recette moyenne par arrivée
(en $ US)

1

1

États-Unis

93,9

- 14,6

1 710

4

2

Espagne

53,2

- 13,6

1 019

2

3

France

49,4

- 12,7

643

3

4

Italie

40,2

- 12,0

931

10

5

Chine

39,7

- 2,7

780

6

7

Allemagne

34,7

- 13,3

1 434

5

6

Royaume-Uni

30,1

- 16,4

1 045

14

8

Australie

25,6

3,2

4 570

21

9

Turquie

21,3

- 3,2

835

7

10

Autriche

19,4

- 10,2

907

Source : organisation mondiale du tourisme

La troisième réunion du T20, tenue à Paris le 25 octobre 2011 dans le cadre de la présidence française du G20, consacrée à l'analyse de l'impact indirect du tourisme sur les économies, a montré que ce secteur représente, dans le monde, de façon directe 5 % du PIB, 3 % à 4 % des emplois, soit 100 millions d'emplois directs. Il représente aussi 6 % des exportations mondiales et 30 % des exportations de service12(*).

Or, l'importance des activités touristiques pour l'économie française ne saurait être sous-estimée : celles-ci constituent un relais de croissance majeur (7,1 % du PIB) et une source d'emplois essentielle (235 000 entreprises et plus d'un million d'emplois directs). Ces considérations justifient un effort vigoureux et soutenu pour maintenir la compétitivité de notre pays en matière de tourisme.

La France dispose depuis 2009 d'un opérateur unique, Atout France, chargé du développement et de la promotion de la « destination France » mais le rapport d'information commun de votre commission et de la commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire13(*), rendu public le 29 juin dernier, a mis en évidence que les ressources financières qui lui sont allouées demeurent inférieures à celles de notre principal concurrent européen, l'Espagne. Par ailleurs, la marque « Rendez-vous en France », qui doit devenir l'emblème commun de la promotion de la « destination France », connaît encore un déficit de notoriété qui doit être de toute urgence comblé sur le plan international.


* 12 Cf. annexe 1 « Déclaration des ministres du tourisme et des chefs de délégation des pays membres du G 20 ».

* 13 Rapport d'information n° 684 (2010-2011) « Le tourisme : un atout formidable pour la France » présenté par André Ferrand, rapporteur spécial, et Michel Bécot, président du groupe d'études du tourisme et des loisirs.