Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Médias, livre et industries culturelles

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Médias, livre et industries culturelles ( rapport général - première lecture )

C. LE CHANTIER DE LA RÉHABILITATION DE LA MAISON DE RADIO FRANCE SE POURSUIT

Ce projet, initié en juillet 2009 et dont le montant est estimé à 345 millions d'euros en euros courants, a pour ambition d'améliorer le cadre de travail des personnels et de rendre possible des mutualisations. De même, il ambitionne d'améliorer l'accueil du public et intègre une démarche « haute qualité environnementale », qui favorisera les économies d'énergie.

La réhabilitation de la Maison de Radio France comprend un projet architectural, la réalisation d'un auditorium, des opérations de désamiantage et la création d'un parking. Le chantier principal doit durer du 8 juin 2009 au 8 février 2016, soit 80 mois de travaux, auxquels il faut ajouter six mois de remise en état des espaces extérieurs, soit une fin de chantier prévue pour août 2016.

La dotation d'équipement de 27,1millions d'euros connaîtra une forte hausse en 2012 (+14,8%), afin d'accompagner la montée en charge des travaux, avec en particulier la construction de l'auditorium.

Le tableau ci-dessous présente le réalisé 2010, le budget 2011 et les prévisions 2012 relatives au chantier (en millions d'euros) :

Informations financières relatives au chantier de réhabilitation
de la Maison Radio France

(en millions d'euros)

 

Réalisé 2010

Budget 2011

PLF 2012 = COM 2012

Investissements à financer

51,1

48,9

48,6

Autofinancement de Radio France

7,2

7,2

7,2

Contribution à l'audiovisuel public - dotation d'investissement

22,3

23,6

27,1

Reports des crédits de N-1

17,7

9,6

0,0

Prélèvement sur la trésorerie hors réhabilitation

13,5

   

Emprunt/ Prélèvement sur la trésorerie

8,1

18,1

14,3

Source : projet annuel de performances de la mission « Avances à l'audiovisuel public »

Votre rapporteur spécial souligne - et regrette - que ni le projet annuel de performances, ni les réponses au questionnaire budgétaire, ne fournissent d'informations précises relatives au respect du calendrier fixé pour les travaux.