Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

F. INTEGRATION

Les crédits consacrés à l'intégration s'élèvent pour 1998 à 434,4 millions de francs, en diminution de - 0,2% par rapport à 1997. Ils représentent à peine 0,6% du budget de la Santé, la Solidarité et la Ville.

Les crédits consacrés aux interventions en matière de populations et de migrations (article 47-81 nouveau, articles 20 et 30) sont en diminution de - 1,5% par rapport à 1997, pour s'établir à 59 millions de francs. Ils sont destinés principalement au financement des contrats d'agglomération conclus entre l'Etat et les communes pour les programmes locaux d'insertion des immigrés, à la coordination du réseau national d'accueil des réfugiés, à l'accompagnement social dans les centres de rétention, et aux actions de formation linguistique et professionnelle des réfugiés.

Les crédits consacrés aux allocations d'attente pour les réfugiés et demandeurs d'asile (article 47-81 nouveau, article 40) diminuent de 32 millions de francs en 1997 à 18 millions de francs pour 1998. Toutefois, l'essentiel de cette baisse correspond en fait à un transfert de charges vers le Fonds d'action social pour les travailleurs immigrés (FAS).

L'essentiel du nouvel agrégat "Intégration" est constitué par les crédits consacrés aux centres d'hébergement et de réadaptation sociale pour les réfugiés (chapitre 46-23, article 21), dont la dotation augmente de 2,6% en 1998, pour atteindre 294,7 millions de francs. Une mesure nouvelle de 5,5 millions de francs est prévue pour la création de 100 places supplémentaires.

G. VILLE ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

Les crédits consacrés à la ville et au développement social urbain s'élèvent pour 1998 à 753,8 millions de francs en crédits de paiement, en diminution de -11,8% par rapport au budget voté de 1997. Ils représentent 1% du budget de la Santé, de la Solidarité et de la Ville.

Ces crédits sont par ailleurs présentés par M. Philippe Marini dans son rapport spécial sur le budget de la Ville. D'après le "jaune" correspondant, ils constituent 7% seulement des crédits budgétaires consacrés à la politique de la ville, et 4,6% de l 'effort financier total en faveur de cette politique.

Retour Sommaire Suite