Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

C. LA DESSERTE TERRESTRE, ENJEU ESSENTIEL DE LA COMPETITIVITE DES PORTS FRANCAIS

Votre rapporteur estime que la question de la desserte terrestre des ports maritimes est aujourd'hui plus que jamais essentielle car c'est sur le transport terrestre que peuvent être réalisés les plus importants gains de productivité.

S'agissant de la desserte routière, un certain nombre de travaux ont été entrepris : le désenclavement de la zone industrielle portuaire de Dunkerque devrait être engagé fin 1997 avec le début des travaux de déviation de la R.D.11. Les liaisons accompagnant le plan "transmanche" et améliorant la situation des ports de la Basse-Seine et leur desserte vers le Nord et l'Est : le tronçon Abbeville-Boulogne devrait être mis en service au printemps 1998 ainsi que l'A29 entre Le Havre et l'A28.

Cependant, la liaison complète Abbeville-Rouen-Alençon-Tours ne devrait pas être mise en service avant l'an 2000.

Concernant la desserte fluviale, le canal à grand gabarit Seine-Nord doit relier le bassin de la Seine au canal Dunkerque-Escaut, améliorant ainsi la desserte des ports du Nord de la France mais aussi de Belgique et des Pays-Bas. Une concertation sur le tracé définitif a été engagée et devrait aboutir à une décision au premier semestre 1998.

En matière de fret ferroviaire, depuis 1992 la Compagnie Nouvelle de Conteneurs (C.N.C) a mis en oeuvre un plan de transport pour l'acheminement des conteneurs maritimes par des trains d'axe et un système de points nodaux. En 1996 a été mis en place un service régulier de navettes ferroviaires directes du port du Havre vers la région Rhône-Alpes et entre Fos sur mer et le port Edouard-Herriot à Lyon.

Une politique volontariste du nouvel établissement public Réseau Ferré de France est plus que jamais nécessaire.

Au cours de la séance plénière du Conseil National des Communautés Portuaires (C.N.C.P) du 23 septembre 1997 a été annoncée une réflexion sur la desserte terrestre des ports maritimes, avec la mise en place de trois groupes sectoriels, un avis devant être rendu en janvier 1998. Cet avis sera très attendu, car il devrait fournir les éléments d'une véritable action en faveur de la desserte des ports.

Votre rapporteur estime que l'engagement en faveur de la desserte ferroviaire doit s'inscrire dans un cadre européen, afin de préserver les intérêts des ports français, notamment dans les décisions à venir en matière de "corridors de fret ferroviaire". Ces liaisons rapides et à grande capacité seront un élément essentiel de développement des trafics de marchandises.

Les axes qui seront privilégiés au niveau européen (Nord-Sud ou Ouest-Est), auront des conséquences décisives sur l'activité et la compétitivité des ports français.

Retour Sommaire Suite