Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

B. LES CRÉDITS DU FONDS POUR LA RÉFORME DE L'ETAT

Que ce soit pour les actions à caractère local ou national, ils s'élèvent en 1999 à 110,3 millions de francs, en baisse de 2,2 millions de francs. Par ailleurs 5 millions de francs de crédits d'investissement figurent au titre V.

S'agissant du fonctionnement de ce fonds, votre rapporteur spécial s'était interrogé l'an dernier sur les critères de répartition des crédits entre les départements, et sur le risque de " saupoudrage " que cela risquait d'entraîner. Mais plus généralement, on peut estimer que les améliorations financées par ce fonds sont en réalité inhérentes au fonctionnement normal de toute administration soucieuse de s'adapter au développement des techniques et aux besoins du public.

Il convient par ailleurs de relever que la tendance est au renforcement des actions locales qui font l'objet d'une délégation globale au profit des préfets de département.

C. LA FORMATION ET LA COMMUNICATION

Les crédits de formation interministérielle sont destinés principalement à financer les actions de formation des membres des syndicats représentés au CSFPE4(*), ou le programme de formation continue des agents de la DGAFP5(*). Ils progressent de 32 à 34 millions de francs. Les crédits d'études et de communication sur la gestion publique passent de 14,8 à 13,8 millions de francs en raison de redéploiements vers d'autres chapitres.

Retour Sommaire Suite