Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire

ANNEXES

1. LISTE DES COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION

1.  Les Compagnons de la Libération.

2.  Les villes Compagnon de la Libération.

3.  Les unités Compagnon de la Libération.

2. TEXTES FONDANT ET RÉGISSANT L'ORDRE DE LA LIBÉRATION

1. Ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940 créant l'Ordre de la Libération.

2. Décret du 29 janvier 1941 réglant l'organisation de l'Ordre de la Libération.

3. Arrêté du 1er août 1941 relatif à la remise et au port de la Croix de la Libération.

4. Décret n° 140 du 3 février 1942 relatif à l'attribution de la Croix de la Libération.

5. Décret n° 765 du 17 février 1943 relatif à l'organisation de l'Ordre de la Libération.

6. Ordonnance du 7 janvier 1944 relative à l'attribution de la Croix de la Libération.

7. Ordonnance du 26 août 1944 relative aux secours attribués aux Compagnons de la Libération et à leur famille.

8. Ordonnance n° 45-1779 du 10 août 1945 portant organisation de l'Ordre de la Libération.

9. Décret du 23 janvier 1946 mettant fin à l'attribution de la Croix de la Libération.

3. LES VILLES COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION

1. Citation des villes Compagnons de la Libération.

2. Pacte d'amitié entre les villes Compagnons de la Libération du 3 décembre 1981.

4  TEXTES DU GENERAL DE GAULLE ET D'ANDRE MALRAUX SUR LES COMPAGNONS DE LA LIBERATION

1. Texte d'introduction du Général de Gaulle au Mémorial des Compagnons de la Libération (1961)

2. Intervention d'André Malraux sur l'Ordre de la Libération (le 17 juin 1971)

3. ANNEXE N° 1


-
LISTE DES COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION

Source : Chancellerie de l'Ordre de la Libération

LES COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION

AALBERG André (RI), ABALAN Michel (FL), ABEILLE Valentin (RI), ABOULKER José (RI), ABRAHAM Robert (FL), ADELINE Henri (RI), AGENET Alain (FL), AHNNE Edouard (RI/FL), ALBERT Marcel (FL), ALBRECHT Berthy (RI), ALEXANDRE Blaise (FL), ALIBERT de FALCONNET Roland (FL), ALLEGRET Emile (FL), ALLOUES Roger (FL), AMIEL Henri (FL), AMILAKVARI Dimitri (FL), AMIOT René (FL), AMYOT D'INVILLE Hubert (FL), ANDLAUER Louis (FL), ANDRE Gustave (RI), ANDRE Roger (FL), ANDRIEUX Jacques (FL), ANGLADE Pierre (FL), ANQUETIL Bernard (RI), ANTONIETTI Roméo (FL), APPERT Raymond (FL), ARAINTY Pierre (FL), ARIBAUD Paul (RI), ARMAND Louis (RI), ARNAUD Michel (FL), ARNAULT Paul (FL), ARRIGHI Pierre (RI/D), ARZEL François (FL), ASTIER DE LA VIGERIE (d') Henri (RI), ASTIER DE LA VIGERIE (d') Emmanuel (RI), ASTIER DE LA VIGERIE (d') François (FL), ASTIER DE VILLATTE Jean (FL), AUBERTIN Pierre (FL), AUBOYNEAU Philippe (FL), AVININ Antoine (RI), AYME Fernand (FL), AYRAL Robert (FL/RI), BABLON Gabriel (FL), BABONNEAU René (FL), BAKOS Joseph (FL), BALLARIN Jean (FL), BALLATORE André (FL), BALLET Jacques (RI/FL), BARBERON Bernard (FL), BARBEROT Roger (FL), BARLOT Gustave (RI/D), BASSET Raymond (RI), BATIMENT Paul (FL), BAUCHE Jacques (FL), BAUCHERON DE BOISSOUDY Guy (FL), BAUDEN René (FL), BAUDENOM DE LAMAZE Jacques (FL), BAUDRY René (FL), BAUMEL Jacques (RI), BAVIERE Georges (FL), BAYROU Maurice (FL), BAZELAIRE DE RUPPIERE Jean (FL), BEAUGE-BERUBE Henri (FL), BEAUGRAND Pierre (FL), BECOURT-FOCH Jean (FL), BEGUIN Didier (FL), BEGUIN Louis (FL), BEHELO Valentin (FL), BEL HADJ Mohamed (FL), BELLEC Jean (FL), BELLET Emile (FL), BENARD Louis (FL), BENEBIG Auguste (FL), BENEVEN Henri (FL), BENEYTON Lionel (FL), BEON Raoul (FL), BERGAMIN Alfred (FL), BERGE Georges (FL), BERGER Jean-Pierre (FL), BERGERET André (FL), BERNARD Claude (FL), BERNARD Pierre (FL), BERNARDINO Philippe (FL), BERNAVON Adrien (FL), BERNE Lucien (FL), BERNHEIM Pierre (RI), BERNIER Lucien (FL), BERTAUX Pierre (RI), BERTIN Jean (RI), BERTOLI Jean (FL), BETBEZE Alexis (FL), BETHOUART Antoine (FL), BEUCLER Pierre (RI), BIDAULT Georges (RI), BIGO François (FL), BILLOTTE Pierre (FL), BILLY Abel (FL), BINEAU Robert (FL), BINGEN Jacques (FL/RI), BINOCHE François (RI), BIROT Roger (FL), BISSAGNET Antoine (RI/FL), BISSON Arnaud (RI), BLANCHARD René (FL), BLANCHARD André (FL), BLANCHET Pierre (FL), BLASQUEZ Jacques (FL), BLEDNICKI Sigismond (FL), BLESY Louis (RI), BOISROUVRAY (du) Maurice (FL), BOISSIEU DEAN de LUIGNE (de) Alain (FL), BOLIFRAUD François (FL), BOLLAERT Emile (RI/D), BOLLIER André (RI), BOLLOT Michel (FL), BONALDI Paul (FL), BONNET Georges (FL), BONNIER Claude (RI), BONTE Maurice (FL), BONVIN Louis (RI/FL), BOQUET François (RI/D), BORDAS de Henri (FL), BOUBAKARI Sidiki (RI/FL), BOUCHEZ Jean (RI), BOUCHINET-SERREULLES Claude (FL/RI), BOUDIER Michel (FL), BOULLOCHE André (RI/D), BOUQUILLARD Henry (FL), BOURDET Claude (RI/D), BOURDIS Jean-Jacques (FL), BOURGEOIS Henri (FL/RI), BOURGES-MAUNOURY Maurice (RI), BOURGOIN Pierre-Louis (FL), BOURGOIN Pierre (FL), BOURRAT Augustin (FL), BOURRET Edouard (RI), BOUTHEMY Emile (FL), BOUVIER Léon (FL), BOUVRET René (RI), BOVIS Laurent (FL), BOYER André (RI/D), BRANET Jacques (FL), BRANIER Gabriel (FL), BRASSEUR Jean (FL), BRIARD Raphaël (FL), BRIAS Roger (FL), BRICOGNE Charles (FL), BRIGOULEIX Martial (RI), BRIOT René (FL), BRIOUX Pierre (RI), BRISDOUX GALLONI Pierre (FL), BROCHE Félix (FL), BROSSET Diégo (FL), BROSSOLETTE Pierre (RI), BROUDIN Louis (FL), BROUSSET Amédée (FL), BRUNEL André (FL), BRUNET DE SAIRIGNE Gabriel (FL), BRUNSCHWIG-BORDIER Jacques (RI/D), BRUSCHI Augusto (FL), BRUSSON Pierre (FL), BUFFET-BEAUREGARD Paul (RI), BUGEAC Martial (RI), BUIS Georges (FL), CABANIER Georges (FL), CADEAC D'ARBAUD Jean (FL), CAILLEAUD René (RI), CAMARET (de) Michel (FL), CAMBAS Lucien (RI), CAMERINI Gustavo (FL), CAMORS Jean-Claude (RI), CANALE Joseph (FL), CANEPA Georges (FL), CANTES André (FL), CAPAGORY Jean (RI), CARAGE Michel (FL), CARCASSONNE-LEDUC Roger (RI/FL), CARRIER Jean-Claude (RI), CASILE Joseph (FL), CASPARIUS René (FL), CASSIN René (RI), CASSOU Jean (RI), CASTELAIN Noël (FL), CATROUX Georges (FL), CAVAILLES Jean (RI), CAZAUD Alfred (FL), CECCALDI Roger (FL), CEDILE Jean (FL), CHABAN-DELMAS Jacques (RI), CHABERT Julien (FL), CHAMBONNET Albert (RI), CHANCEL Jean-Louis (RI), CHANDON Claude (RI/FL), CHARBONNEAUX Pol (FL), CHAREYRE Albert (FL), CHARMOT Guy (FL), CHAS Henri (RI/D), CHATEAU-JOBERT Pierre-Yvon (FL), CHAULIAC Guy (FL), CHAUMET Guy (RI), CHAUSSE Paul (FL), CHAVANAC Albert (FL), CHAVANT Eugène (RI), CHAVENON Guy (FL), CHENAILLER Paul (RI), CHEVALIER Camille (RI), CHEVANCE-BERTIN Maurice (RI), CHEVIGNARD Bernard (RI), CHEVIGNE de Pierre (FL), CHEVILLOT Gilbert (FL), CHODRON DE COURCEL Geoffroy (FL), CHORON Maurice (FL), CHURCHILL (Sir) Winston, CLAISSE Maurice (FL), CLAUDE Roland (FL), CLAUDIUS-PETIT Eugène (RI), CLERC Charles (FL), CLIQUET Charles (RI/D), CLOSON Francis (FL/RI), CLOSTERMANN Pierre (FL), CLOUET DES PESRUCHES Jean (RI), COGGIA Jean (RI), COLLET Philibert (FL), COLMAY Constant (FL), COLONNA d'ISTRIA Charles (FL), COLONNA d'ISTRIA Paulin (RI), COLONNA d'ORNANO Jean (FL), CONUS Adrien (FL/RI), COQUOIN Roger (RI), CORDIER Daniel (RI), CORLU Jean-Marie (FL), CORNIGLION-MOLINIER Edouard (RI/FL), CORTA (de) Renaud (FL), CORTOT Louis (RI), COTTERET Henri (FL), COUDRAY Christian (FL), COUE Hervé (FL), COULAUDON Emile (RI), COUPIGNY Jean (FL), COURNARIE Pierre (RI/FL), COUROUNET Paul (FL), COUSSIEU Edmond (FL), CREMEL Robert (FL), CREPIN Jean (FL), CRIVELLI Roger (RI), CROCQ René (FL), CROS Irénée (RI), CRUGER Michel (FL), CUNIBIL Robert (FL), CUNIN Camille (FL), DAMMANN André (FL), DANGEL Justin (FL), DARUVAR de Yves (FL), DEBEAUMARCHE Edmond (RI/D), DEBIEZ Henri (RI), DECHELETTE Eugène (RI), DECUGIS Raymond (RI/FL), DEFOSSE Raymond (FL), DEGAND Emile (FL), DEGLIAME Marcel (RI), DEGLISE-FAVRE André (RI), DEHON Emile (FL), DEJUSSIEU Pierre (RI/D), DEL FAVERO Dino (FL), DELAGE Maurice (FL), DELANGE Raymond (FL), DELESTRAINT Charles (RI/D), DELEULE Raymond (RI), DELFAU André (FL), DELIMAL François (RI), DELRIEU Georges (FL), DELSAUX Fortuné (FL), DELSOL Pierre (FL), DEMOLINS Bernard (FL), DEMOZAY Jean (FL), DENIS James (FL), DESHAYES Pierre (RI), DESMAISONS Jean (FL), DESMET Victor (FL), DETOUCHE Lucien (FL), DETROYAT Robert (FL), DEVIGNY André (RI), DEWAVRIN-PASSY André (FL/RI), DEWEY Jean (FL), DIAGNE Adolphe (FL), DIEBOLD Laure (RI/D), DIFFRE Thadée (FL), DIO Louis (FL), DIVRY Daniel (FL), DODELIER Jacques (FL), DOMENGET Joseph (FL), DOORNIK Jan (FL/RI), DOURSAN Idrisse (FL), DREYFOUS-DUCAS Daniel (FL), DREYFUS Jean (RI), DROGOU François (FL), DRONNE Raymond (FL), DROUILH Henri (RI), DROUOT-L'HERMINE Jean (RI), DU PLESSIS Bertrand (FL), DUAULT Raoul (FL), DUBOIS Georges (RI/FL), DUCHE DE BRICOURT Gaston (FL), DUCLOS Maurice (FL/RI), DUHAUTOY-SCHUFFENECKER Joseph (FL), DULAU Jean (FL), DUMONT François (FL), DUMONT Roger (RI), DUPERIER Bernard (FL), DUPONT René (FL), DUPUIS Louis (FL), DUPUIS Baptiste (FL), DURAND Albert (FL), DUREAU Pierre (FL), DURRMEYER Michel (FL), DUVAUCHELLE René (FL), EBOUE Félix (RI/FL), ECKSTEIN Hermann (FL), EGGENSPILLER Albert (FL), EGGS Rudolf (FL), EISENHOWER Dwight, ENGELS Constant (FL), EON Jean (FL), ESPANA Juan (FL), ESTIENNE D'ORVES (D') Honoré (FL/RI), EVENOU Jules (FL), EZANNO Yves (FL), FARGE Yves (RI), FARRET Henry (FL), FAUCRET Marceau (FL), FAUL Michel (FL), FAUQUET Philippe (FL), FAURE François (RI), FAURE Marcel (FL), FAVEREAU André (RI), FAVREAU Benjamin (FL), FAYOLLE François (FL), FELDZER Constantin (FL), FERRANO Maurice (FL), FERRANT Louis (FL), FERRIERES DE SAUVEBOEUF Joseph (FL), FERTET Henri (RI), FEVRE Jean (FL), FINANCE Marcel (FL), FINET Louis (RI), FINET Pierre (FL), FITAMANT Jacques (FL), FLANDRE Paul (FL), FLAVIEN Guy (RI/D), FLOCH Albert (FL), FLORENTIN Jacques (FL), FLURY-HERARD Louis (FL), FOLLIOT Raphaël (FL), FOSSEY Albert (RI), FOUGERAT Henri (FL), FOUQUAT François (RI), FOUR Claudius (RI), FOURCAUD Pierre (FL/RI), FOURNIER Jean (FL), FOURNIER de la BARRE Louis (FL), FOURQUET Michel (FL), FOURRIER Pierre (FL), FRANOUL Yvan (FL), FRATACCI Philippe (FL), FREMOND Pierre (FL), FRENAY Henri (RI), FROTTIER de BAGNEUX Geoffroy (FL), FRUCHAUD Henri (FL), FUCHS Bernard (FL), FURST Roger (FL), GABARD Pierre (FL), GAETAN Adolphe (FL), GALLAS André (FL), GALLEY Robert (FL), GARACHE Gilbert (FL), GARBAY Pierre (FL), GARBIT François (FL), GARDET Roger (FL), GARGUE (FL), GARNIER Henri (RI), GAROT Jean (FL), GARY Romain (FL), GATISSOU René (FL), GAUFFRE Paul (FL), GAUTHERON Louis (FL), GAUTHIER Gontrand (FL), GAYANT Marcel (FL), GAYET Alain (FL), GEMAHLING Jean (RI), GENET André (FL), GENIN René (FL), GENTIL Louis (RI/D), GEOFFROY André (FL), GEORGE VI, GERARD-BECUWE Roger (RI), GERBERON André (FL), GERMAIN Hubert (FL), GERVAIS René (RI), GIBERT-SEIGNEUREAU Raymond (FL), GILBERT Jean (FL), GILLOT Xavier (FL), GIMPEL Ernest (RI/D), GINAS Emile (RI), GINS Alexandre (FL), GIORGI Noël (FL), GIOVONI Arthur (RI), GIRARD Christian (FL), GLOS (de) Nicolas (FL), GODEFROY Louis (RI), GODIN André (RI), GOISLARD de MONSABERT (de) Aimé (FL), GONARD Charles (RI), GORCE-FRANKLIN Henri (RI), GOSSET Jean (RI/D), GOUBY Robert (FL), GOUJON de THUISY Jean (FL), GOULD William (FL), GOUMIN Georges (FL), GOUSSAULT François (FL), GOYCHMAN Georges (FL), GOZZI Toussaint (FL), GRAND Albert (FL), GRANDVAL Gilbert (RI), GRASSET Georges (FL), GRAVIER André (FL), GRENIER Paul (RI), GRISEY Roger (FL), GROUT de BEAUFORT Alain (RI), GUAFFI Marcel (FL), GUEDJ Max (FL), GUELLEC Yves (FL), GUENA Alphonse (FL), GUENON Paul (FL), GUERIN Albert (RI), GUERIN Claude (FL), GUFFLET René (FL), GUIGONIS Gaston (FL), GUILHEMON Pierre (RI), GUILLAIN DE BENOUVILLE Pierre (RI), GUILLAMET Roger (FL), GUILLAUDOT Maurice (RI/D), GUILLEBON (de) Jacques (FL), GUILLON Paul (FL), GUILLOT Marcel (FL), GUILLOT Maxime (RI), GUILLOU Auguste (FL), GUINGOIN Georges (RI), GUYOT Jean (RI), GUYOT Marius (FL), HACKIN Joseph (FL), HACKIN Marie (FL), HALNA du FRETAY Maurice (FL), HARCOURT (d') Emmanuel (FL), HARENT Bernard (FL), HARTY de PIERREBOURG Olivier (RI), HASEY John (FL), HAUTECLOCQUE (de) Pierre (FL), HAUTEFEUILLE Pierre (FL), HAUTIERE (de la) Yves (FL), HAZARD Jacques (FL), HEBERT Bernard (FL), HEBERT Jacques (FL), HELLARD Jean (FL), HENNEBERT Gérard (RI), HENRIO Mathurin (RI), HENRY André (FL), HENRY Marcelle (RI/D), HERAUD Paul (RI), HERBINGER Pierre (RI), HERITIER Georges (RI), HERS (d') Jean (RI), HERVE Robert (FL), HERVE Yves (FL), HETTIER DE BOISLAMBERT Claude (FL), HEURTAUX Alfred (RI/D), HEYREND Jean-Marie (RI), HIRLEMAN Jules (FL), HOUCHET Jean-Baptiste (FL), HUGO Georges (FL), HUGUET Robert (RI), HUMIERES (d') François (RI), IBOS Paul (FL), IDOHON Albert (RI/FL), IEHLE Pierre (FL), IMA André (FL), INGOLD Joseph (FL), INGRAND Henry (RI), ITURIA Victor (FL), JABOULAY Henri (RI), JACOB André (FL), JACOB François (FL), JACQUIER Paul (FL), JAEGER Rodolphe (FL), JAMME André (RI/FL), JANNEY André (FL), JAOUEN Jean (FL), JAQUEMET Félix (RI/FL), JARROT André (RI), JEAN Edmond (FL), JEANPERRIN Georges (FL), JESTIN Jean (FL), JEULIN Marcel (RI), JOIRE Jules (FL), JOLY Paul (RI/D), JONAS Paul (FL), JORDAN Augustin (FL), JOUBERT des HOUCHES Jacques (FL), JOUNEAU Georges (RI), JOURDAN Maurice (FL), JOURDIER Paul (FL), JOUSSE Moïse (RI/FL), JULITTE Pierre (FL/RI/D), JULLIAN Yves (FL), JUMEL Robert (FL), KAILAO André (FL), KAOUZA Maurice (RI/FL), KARCHER Henri (FL), KASKOREFF Robert (RI), KERLEO Jean (FL), KIEFFER Philippe (FL), KIEFFER Charles (FL), KIRMANN Auguste (FL), KIRSCH Henry (FL), KOCSIS Imre (FL), KOENIG Pierre-Marie (FL), KOENIGSWARTER (de) Jules (FL), KOHAN Albert (FL), KOLI Yorgui (FL), KOLLEN Marcel (FL), KOSSEYO Dominique (FL), KOUDOUKOU Georges (FL), KOUDOUSSARAGNE Paul (FL), KREMENTCHOUSKY Alexandre (FL), LA COMBE René (RI), LA GRANDIERE (de) Roger (FL), LA QUINTINIE Jean (FL), LABIT Henri (FL/RI), LABORDE-NOGUES (de) François (FL), LABOUCHERE (de) François (FL), LAFFON Emile (RI), LAFONT Henry (FL), LAFONT Pierre (FL), LAGATU Yves (FL), LAGER Gustave (FL), LALANDE André (FL), LAMARQUE Georges (RI), LAMBERT Pierre (RI), LAMIRAULT Claude (RI), LANGER Marcel (FL), LANGER Arnaud (FL), LANGLOIS Pierre (FL), LANGLOIS Xavier (FL), LANGLOIS de BAZILLAC Jacques (FL), LANTENOIS Roger (FL), LAOUENAN Georges (FL), LARINE Michel (FL), LARMINAT (de) Edgard (FL), LASSERRE Raymond (FL), LATTRE de TASSIGNY (de) Jean (FL), LAURENT Edouard (RI), LAURENT Robert (FL), LAURENT-CHAMPROSAY Jean-Claude (FL), LAURENTIE Henri (RI/FL), LAUREYS Pierre (FL), LAVENIR Roger (FL), LAVERGNE André (FL), LE BASTARD Louis (FL), LE CONIAC de la LONGRAYS Guy (FL), LE DÛ Yves (FL), LE GOASGUEN Charles (FL), LE GOFFIC Pierre (FL), LE GOURIEREC Pierre (FL), LE GUEN François (FL), LE HENAFF Claude (FL), LE MIERE Jules (FL), LE MOIGN' Pierre (RI), LE SANT Georges (FL), LE TAC Joël (FL/RI/D), LE THOMAS Henri (RI/FL), LEBOIS Marcel (FL), LEBON Albert (RI/D), LECARROUR Georges (FL), LECLERC de HAUTECLOCQUE Philippe (FL), LECOCQ Charles (RI), LECOMPTE-BOINET Jacques, Henri (RI), LEFAUCHEUX Pierre (RI/D), LEFEVRE Marcel (FL), LEGENTILHOMME Paul (FL), LEGER Yves (RI), LEGRAND Michel (FL), LEISTEN-SCHNEIDER Paul (RI), LEJEUNE Jean (RI), LEMARINEL Jacques (FL), LEMOINE René (FL), LENOIR René (FL), LEONARD Joseph (FL), LEPELTIER René (FL), LEPERCQ Aimé (RI), LEPEU Claude (FL), LEQUESNE Pierre (FL), LEROY Raymond (FL), LESCURE Roger (RI), LESECQ René (FL), LEVASSEUR Jean-Marie (FL), LEVY Jean-Pierre (RI), LEVY Roger (FL), LEVY-FINGER Henri (FL), LHUILLIER Jean (FL), LICHTWITZ André (FL), LIMANTON Lucien (FL), LIMONTI Hugues (RI/D), LITAS Albert (FL), LITTOLFF Albert (FL), LIVRY-LEVEL Philippe (FL), LOFI Alexandre (FL), LOUIS-DREYFUS Pierre (FL), LOUVEAU Edmond (FL/RI), LUCCHESI Jean (FL), LUCCHESI Yves (FL), LUGIEZ André (RI), LUIZET Charles (FL), MAEZTU Felipe (FL), MAGENDIE Edmond (FL), MAGNAT Louis (FL), MAGNE Jean (FL), MAGNY Henri (FL), MAHE Yves (FL), MAHE Jean (FL), MAILLET Jacques (RI), MAILLOT Henri (RI), MAIRET Louis (FL), MAIREY Jean (RI), MAISMONT (de) Pierre (FL), MALEC-NATLACEN Stanislas (FL), MALFETTES Roger (FL), MALIN Henri (FL), MALLET Jean-Pierre (FL), MALLET Horace (FL), MALRAUX André (RI), MANGIN Stanislas (FL), MANHES Henri, (RI/D), MANIGART Henri (RI), MANSION Jacques (FL / RI), MANTEL Claude (FL), MANTELET Jean-Paul (FL), MARAIS Henri (FL), MARCHAND Robert (RI), MARCHAND Pierre (FL), MARIDOR Jean (FL), MARIENNE Pierre (FL), MARMISSOLLE- DAGUERRE Philippe (FL), MARSAULT Gérard (FL), MARSON Paul (FL), MARTEAU Albert (FL), MARTELL Christian (RI/FL), MARTIN François (FL), MARTIN-SIEGFRIED Marc (FL), MARTY Albert (FL), MASQUELIER Louis (FL), MASSART Olivier (FL), MASSIET-DUFRESNE Raymond (RI), MASSON Robert (RI), MASSU Jacques (FL), MASUREL Antoine (RI), MATHIEU Roger (FL), MATHIS Jacques (FL), MAUGARD Joseph (FL), MAURIC Charles (FL), MAURICE-BOKANOWSKI Michel (FL), MAYLIE Roger (FL), MAZANA André (FL), MAZIERAS Alphé (FL), MEGRET DE DEVISE Christian, (FL), MELIS Paul (FL), MENESTREY Jacques (FL), MENTHON (de) François (RI), MERIC Edouard (FL), MESSMER Pierre (FL), MEYER Raymond (FL), MEZAN Paul-Hémir (FL), MICHARD Louis (FL) MICHEL-LEVY Simone (RI/D), MILLELIRI Paul (RI), MILLERET (de) Jean (RI), MILLET René (FL), MIRKIN Victor (FL), MOGUEZ Pierre (FL), MOHAMED BEN YOUSSEF Sidi, MOMPEZAT Roger (RI), MONCLAR Rémond (FL), MONCLAR Raoul (FL), MONDENX René (FL), MONEGER Guy (RI), MONFORT Henri (FL), MONTBRON (de) Xavier (FL), MONTEGGIANI Yves (FL), MOORE Fred (FL), MORANDAT Yvon (RI), MOREAU-EVRARD Emilienne (RI), MOREL André (FL), MOREL René (FL), MOREL Théodore (RI), MOREL-DEVILLE François (FL), MORLON Paul (FL), MORSIER (de) Pierre (FL), MOTTE Roger (FL), MOUCHEL-BLAISOT Jacques (FL), MOUCHOTTE René (FL), MOULIN Jean (RI), MOULINIER André (RI), MOUNIER André (RI), MOUNIRO (FL), MOURIER Yves (FL), MOUSTIER (de) Lionel (RI/D), MOUTIS (des) Jean (FL), MOYNET André (FL), MUFRAGGI Jean (FL), MULLER Henri (FL), MURACCIOLE Jules (FL), MUSELIER Emile (FL), NANTERRE Jean (FL), NAUROIS de René (FL), NAUTIN Léon (RI), NEMIR (FL), NESSLER Edmond (FL), NETTER Jean (FL), NEUVILLE Paul (FL), NEY Jean-Bernard (FL), NICOLAS Louis (FL), NICOLAU René (RI/FL), NOEL Alfred (FL), NOIREAU Robert (RI), NONEN Yves (FL), NOUAUX Lucien (RI), NOUKOUN-KONE Noukoun (FL), NOUVEAU Jean-Pierre (FL), O'NEILL Marc (RI), ODDO Paul (FL), ODERVOLE Aloysius (RI/FL), OLIVIER Pierre (FL), ORBELLO Jean (RI), ORSINI Marcel (FL), ORTOLI Paul (FL), OUBRE Louis (RI/FL), PAILLERET René (FL), PALAUD Noël (RI), PALCY William (FL), PALEWSKI Gaston (FL), PANNETIER Pierre (FL), PARANT André (FL), PARAZOLS Gilbert (FL), PARIS de BOLLARDIERE Jacques, (FL), PARODI René (RI), PARODI Alexandre (RI), PATOU André (FL), PATURAU Maurice (FL), PECRO Joseph (FL), PEETERS René (RI), PEJU Elie (RI), PELISSIER Louis (RI), PELTIER Adrien (RI), PENE Pierre (RI), PERCEVAL Joseph (FL), PERETTI-VATIE Achille (RI), PEREZ Etelvino (FL), PERNER Victor (FL), PERNET Jacques (FL), PERON François (RI), PERONNE Antoine (FL), PEROTIN Guy (FL), PERRAUD Raymond (FL), PETAIN Raymond (FL), PETITJEAN Jacques (FL), PETRE René (FL), PHILIPPE François (FL), PIAULT Albert (FL), PICHARD Michel (RI), PICHAT Jean (FL), PIETTE Jacques (RI), PIJEAUD Charles (FL), PILAFORT Alfred (RI/FL), PILLARD Jean (FL), PINEAU Christian (RI/D), PINHEDE Edmond (FL), PINOT Edouard (FL), PIOBETTA Stéphane (FL), PIOZIN Hippolyte (FL), PLANTEVIN Jean-Charles (FL), PLANTIER Maurice (RI), PLEVEN René (FL), PODEUR Roger, (FL), POGNON Raymond (RI/FL), POIREL Jean (FL), POIS (FL), POITEVIN René (RI), POLETTI Pierre (FL), POMPEI Jean (FL), PONCHARDIER Dominique (RI), PONCHARDIER Pierre (RI), POPIEUL Edmond (FL), PORCHERON Charles (FL), POSTAIRE Paul (FL), POSTEL-VINAY André (RI), POULIQUEN Joseph (FL), POUYADE Pierre (FL), POYPE de la Roland (FL), PRETS Paul (FL), PRIEZ Moïse (FL), PRIGENT Corentin (FL), PROCHASSON Maurice (FL), PROST Georges (FL), PROZECK Jean (FL), PRUVOST Ernest (RI), PRZYBYLSKI Edouard (FL), PUECH-SAMSON Pierre (FL), PUTZ Joseph (FL), PYTKOWICZ Lazare (RI), QUANTIN René (FL), QUELEN André (FL), QUERVILLE Jean-Marie (FL), QUILICHINI Robert (FL), QUIROT André, (FL), RAGUENEAU Philippe (FL/RI), RANCOURT de MIMERAND (de) Henri (FL), RAOUL-DUVAL Claude (FL), RATEAU Pierre (RI), RAUVELIN de Roger (FL), RAVANEL Serge (RI), RAVIX Laurent (FL), REBATTET Georges (RI), REBOUR Louis (FL), REGNIER David (RI), REILHAC Eugène (FL), REILINGER Alfred (FL), REMY Jean (FL), RENARD Jacques (FL), RENARD Jacques, Roger (RI), RENAULT Gilbert (FL/RI), RENDU Henri (FL), RENOUVIN Jacques (RI/D), REVAULT d'ALLONNES Jean-Gabriel (FL), REVESZ-LONG Tibor (RI), REY Jean (FL), RICARDOU Louis (FL), RICHAVY Joseph (FL), RIMBAUD Paul (FL), RIOU Noël (RI/D), RISSO Joseph (FL), RITOUX-LACHAUD Jean (FL), RIVIE Louis (FL), RIVIERE Paul (RI), ROBERT Jacques (RI), ROGER Julien (FL), ROGIER Mathieu (FL), ROL-TANGUY Henri (RI), ROLLAND Maurice (RI), ROLLAND Yves (FL), ROMANETTI Yves (FL), ROMANS-PETIT Henri (RI), RONDENAY André (RI), ROQUERE Paul (FL), ROQUES Raymond (FL), ROQUES Philippe (RI), ROSENTHAL Jean (RI), ROSENWALD Jean-Pierre (FL), ROSSET-GOURNAND Pierre (FL), ROSSI Robert (RI), ROSSI Georges (FL), ROSSIGNOL Charles (FL), ROSSIGNOL Georges (FL), ROUBY Elie (RI), ROUDAUT Constant (FL), ROUGE Pierre (FL), ROULEAU Jacques (FL), ROUMEGUERE Jacques (FL), ROUMIANTZOFF Nicolas (FL), ROURE Rémy (RI/D), ROUSSEAU-PORTALIS Jean (RI), ROUSSELOT Antoine (FL), ROUSSELOT Henri (FL), ROUX André (FL), ROUX (de) Robert (FL), ROUXEL André (FL), ROZOY François (FL), RUBAUD Louis (FL), RUDELLE (de) Henry (FL), RUDRAUF Charles (FL), RUIBET Pierre (RI), SABOT Raymond (FL), SAINT MART (de) Pierre (FL/RI), SAINT PEREUSE (TASSIN de) Pierre (FL), SAINT-HILLIER Bernard (FL), SAINTENY Jean (RI), SALIEGE Jules (RI), SALVAT André (FL), SAMMARCELLI Marcel (FL), SANTINI Charles (FL), SARRAZAC Maurice (FL), SARTIN Jean-Pierre (FL), SASSOON Philippe (FL), SAUNAL Robert (FL), SAUTOT Henri (RI/FL), SAUVALLE Robert (FL), SAVARY Alain (FL), SAVARY Albert (FL), SAVELLI Horace (FL), SAVEY Jacques (FL), SCAMARONI Fred (FL/RI), SCHAERRER Pierre (RI), SCHAMPHELAERE Alfred (FL), SCHLOESING Jacques-Henri (FL), SCHLUMBERGER Etienne (FL), SCHMIDT Paul (RI), SCHOCK André (RI/D), SCHRIMPF Georges (FL), SCHUMANN Maurice (FL), SCITIVAUX (de) Xavier (FL), SCITIVAUX (de) Charles (FL), SEGRAIS (de) Jacques (FL), SEITE François (FL), SERE Maurice (RI), SERIZIER Henri (FL), SERRE Charles (RI/D), SEVESTRE Jacques (FL), SICE Adolphe (RI/FL), SILVY Henri (FL), SILVY Jean (FL), SIMON Henry (RI), SIMON Jean-Salomon (FL), SIMON Jean (FL), SIMON-DUBUISSON Henri (FL), SIMONET Pierre (FL), SINAUD Roger (FL), SOMMER François (FL), SONNEVILLE Pierre (FL/RI), SORRET André (FL), SOUBERVIELLE Jean (FL), SOUCY (HAUDRY de) Arnauld (FL), SOUFFLET Jacques (FL), SOULAT Henri (FL), SOUQUES Albert (FL), SOURBIEU Jean-Louis (FL), SPEICH Roger (FL), STADIEU de Jacques (FL), STAHL Michel (FL), STARCKY Jean (FL), SUARES Marcel (RI), TAGGER Benjamin (FL), TAILLANDIER Marcel (RI), TARDIEU Joseph (RI), TARDY René (RI/D), TARTIERE Jacques (FL), TASSIN Marie (FL), TAVIAN Gaston (FL), TAYAR Jacques (RI), TAYLOR Georges (FL), TECHER Auguste (FL), TEDESCO (de) Jean (FL), TEISSEIRE Aimé (FL), TEITGEN Pierre-Henri (RI), TER SARKISSOFF Alexandre (FL), TERRIER Roland (FL), TESTA (de) Charles (FL), TETILEROO-TERIEROOTTERA (RI/FL), THEODORE Gérard (FL), THEVENET Fernand (FL), THIBAUX Pol (FL), THIERRY Gabriel (RI), THIERRY D'ARGENLIEU Georges (FL), THIRIAT Denis (FL), THOREAU André (FL), THUILLIEZ Lucien (FL), TILLY François (FL), TILLY Félix (FL), TONEATTI Ettore (FL), TORCATIS Louis (RI), TOUCHALEAUME Marie-Gabriel (FL), TOUNY Roger (FL), TOUNY Alfred (RI), TOURNIER Raymond (FL), TOURTET Désiré (FL), TOUZEAU Martin (FL), TRANAPE Jean (FL), TRIGEAUD Joseph (FL), TRIPIER Paul (FL), TROADEC René (FL), TROEL René (FL), TROLLEY de PREVAUX Jacques (RI), TROQUEREAU Pierre (FL), TULASNE Jean-Louis (FL), TUPËT-THOME Edgard (FL), TURRELL Y TURRULL Jaime (FL), ULMER Pierre (RI), UNGERMAN Georges (FL), VALIN Martial (FL), VALLEE François (RI/D), VALLI François (FL), VANNER Lucien (FL), VARNIER André (FL), VAUX (de) Etienne (FL), VAZAC Edward (FL), VEDEL Gaston (RI/D), VEDY Gilbert (RI), VENDEUVRE (de) Jacques (FL), VERDIER Henri (FL), VERGES Michel (RI/FL), VERGOS Joseph (FL), VERHEUST Richard (FL), VERMEIL Firmin (FL), VERNANT Jean-Pierre (RI), VERNIER Jean (FL), VERRIER André (FL), VERSTRAETE Michel (FL), VEZINET Adolphe (FL), VIALARD-GOUDOU Jean (FL), VIBERT Paul (FL), VIENOT Pierre (RI/FL), VIGNES Charles (FL), VIGNEUX Daniel (FL), VILLEROT Angel (FL), VILLOUTREYS (de) Harry (FL), VILTARD Henri (RI), VINCENT Marcel (FL), VISTEL Alban (RI), VOLVEY Jean (FL), VOURC'H Jean (FL), VOYER Jacques (RI), WABI Agoussi (RI/FL), WAGNER René (FL), WAGNER Otto (FL), WALEINA Aloizo (FL), WEIL Robert (FL), WEILL René (FL), WEILL René-Georges (FL/RI), WORDEN James (FL), WYBOT Roger (FL), WYROUBOFF Nicolas (FL), ZIRNHELD André (FL).

R.I. : Résistance Intérieure

FL : France Libre

D : Déportation

LES VILLES COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION

GRENOBLE (décret du 4 mai 1944)

NANTES (décret du 11 novembre 1941)

PARIS (décret du 24 mars 1945)

ILE-DE-SEIN (décret du 1er janvier 1946)

VASSIEUX-EN-VERCORS (décret du 4 août 1945)

LES UNITÉS COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION


1er Régiment d'artillerie coloniale

Décret du 7 août 1945

13ème Demi-Brigade de Légion étrangère

Décret du 6 avril 1945

1er Bataillon d'infanterie de Marine et du Pacifique

Décret du 28 mai 1945

1er Régiment d'artillerie coloniale

Décret du 7 août 1945

1er Régiment de fusiliers-marins

Décret du 12 juin 1945

1er Régiment de marche de spahis marocains

Décret du 7 août 1945

1ère Escadrille de chasse du groupe Alsace

Décret du 21 juin 1941

2ème Régiment d'infanterie coloniale

Décret du 12 juin 1945

2ème Régiment de chasseurs parachutistes de l'Armée de l'Air

Décret du 8 novembre 1945

501ème Régiment de chars de combat

Décret du 7 août 1945

Bataillon de marche n° 2

Décret du 9 septembre 1942

Corvette Aconit

Décret du 19 avril 1943

Groupe de bombardement Lorraine

Décret du 28 mai 1945

Groupe de chasse Alsace

Décret du 28 mai 1945

Groupe de chasse Ile-de-France

Décret du 28 mai 1945

Groupe de chasse Normandie-Niémen

Décret du 11 octobre 1943

Régiment de marche du Tchad

Décret du 12 juin 1945

Sous-marins Rubis

Décret du 14 octobre 1941

ANNEXE N° 2

-
TEXTES FONDANT ET RÉGISSANT

L'ORDRE DE LA LIBÉRATION

ORDONNANCE N° 7
créant l'Ordre de la Libération


Au nom du Peuple et de l'Empire Français,
Nous, Général de Gaulle,
Chef des Français libres,

Vu notre ordonnance n° 1 du 27 octobre 1940, organisant les pouvoirs publics durant la guerre et instituant un Conseil de défense de l'Empire,

Vu notre ordonnance n° 5 du 12 novembre 1940, précisant les conditions dans lesquelles seront prises les décisions du Chef des Français libres :

ORDONNONS :

ARTICLE PREMIER - Il est créé un Ordre dit " ORDRE DE LA LIBERATION " dont les membres porteront le titre de " COMPAGNONS DE LA LIBERATION ".

Cet ordre est destiné à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'oeuvre de la libération de la France et de son Empire.

ART. 2 - L'insigne unique de cet Ordre est la Croix de la Libération.

ART. 3 - L'admission dans l'Ordre de la Libération est prononcée par le Chef des Français Libres.

ART. 4 - Les modalités d'application de la présente ordonnance seront réglées par décret.

ART. 5 - La présente ordonnance sera promulguée au Journal Officiel de la France Libre provisoirement, au Journal de l'Afrique Equatoriale Française.

Fait à Brazzaville, le 16 novembre 1940

C. de GAULLE

(J.O. du 20 janvier 1941)

DECRET
réglant l'organisation de l'Ordre de la Libération


Le Général de Gaulle
Chef des Français Libres,

DÉCRÈTE :

ARTICLE PREMIER - En exécution de l'ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940 instituant un Ordre de la Libération, il est créé un Conseil de l'Ordre de la Libération.

Ce Conseil, qui sera présidé par le Chef des Français Libres, sera composé de cinq membres, dont l'un remplira les fonctions de Chancelier.

Sont nommés Compagnons de la Libération et Membres du Conseil :

- Le Capitaine de Vaisseau Thierry d'Argenlieu,

- Le Gouverneur Général Eboué,

- Le Lieutenant d'Ollonde,

- L'Officier radiotélégraphiste de la Marine Marchande Popieul,

- L'Adjudant aviateur Bouquillard ;

Le Capitaine de Vaisseau Thierry d'Argenlieu est nommé Chancelier.

ART. 2 - Le Conseil de l'Ordre de la Libération se réunira une fois tous les trois mois, si les opérations militaires le permettent et, extraordinairement sur la convocation du Chef des Français Libres.

Le registre de ses délibérations sera tenu par un Secrétaire qui sera dépositaire du sceau de l'Ordre.

Le Conseil délibérera et émettra un avis sur toutes les propositions qui seront soumises au Chef des Français Libres : celui-ci pourra également consulter séparément un ou plusieurs membres du Conseil qui donneront leur réponse par écrit.

ART. 3 - L'insigne de l'Ordre de la Libération consistera dans un écu, portant un glaive surchargé d'une Croix de Lorraine avec, au revers, cet exergue :

" PATRIAM SERVANDO VICTORIAM TULIT "

Le ruban de moire verte et noire, symbolisera le deuil et l'espérance de la Patrie.

ART. 4 - La Croix de la Libération sera décernée, par voie de Décret, par le Chef des Français Libres, après avis du Conseil de l'Ordre, soit de son propre mouvement, soit sur les propositions qui auront été faites par les Hauts-Commissaires, les Gouverneurs Généraux et Gouverneurs de Colonies, par les représentants du Chef des Français Libres à l'étranger, par les membres du Conseil de l'Empire ou par toutes autres personnes auxquelles elles auront été demandées.

ART. 5 - La Croix de la Libération sera solennellement remise à son titulaire par le Chef des Français Libres ou, en son nom, par toute personne par lui commise à cet effet.

Les étrangers qui auront rendu à la cause de la France Libre des services signalés pourront recevoir la Croix de la Libération et seront considérés comme membres de l'Ordre de la Libération.

ART. 6 - La discipline de l'Ordre de la Libération sera maintenue par le Conseil : celui-ci pourra émettre des blâmes ou proposer l'exclusion qui sera prononcée par le Chef des Français Libres.

L'exclusion pourra être prononcée pour tout acte contraire à l'honneur commis par les titulaires de la Croix de la Libération, sans préjudice des sanctions disciplinaires ou pénales encourues, que l'acte incriminé ait été commis après l'attribution de la Croix de la Libération ou qu'il ait été commis antérieurement mais découvert ou porté à la connaissance du Conseil après cette attribution.

ART. 7 - Des arrêtés régleront les modalités d'application du présent décret qui sera publié au Journal Officiel de la France Libre.

Fait à Londres, le 29 janvier 1941

C. DE GAULLE

(J.O. du 25 février 1941)

ARRÊTÉ
relatif à la remise et au port de la Croix de la Libération


Le Général de Gaulle
Chef des Français Libres,

Vu l'ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940, créant l'Ordre de la Libération.

Vu le décret du 29 janvier 1941 réglant l'organisation de l'Ordre de la Libération,

ARRÊTE :

ARTICLE PREMIER - La Croix de la Libération décernée par le Chef des Français Libres, pourra être remise, en son nom, par un membre du Conseil de l'Ordre de la Libération ou par tout Compagnon de la Libération, notamment par un membre du Conseil de Défense de l'Empire, les membres du Conseil de Défense de l'Empire sont, de droit, Compagnons de la Libération.

ART. 2 - La remise sera faite solennellement au cours d'une prise d'armes.

Les troupes présenteront les armes.

L'ordre d'ouvrir le ban ayant été donné, le membre de l'Ordre chargé de la remise, interpellera le récipiendaire par son grade et son nom et lui remettra l'insigne en lui adressant les paroles suivantes :

" Nous vous reconnaissons comme notre Compagnon pour la Libération de la France dans l'Honneur et par la Victoire ".

ART. 3 - La Croix de la Libération est portée sur le côté gauche de la poitrine, immédiatement après la Légion d'Honneur, avant la Médaille Militaire, la Croix de Guerre 1914-1918 et la Croix de Guerre 1939.

ART. 4 - Le présent arrêté sera publié au Journal Officiel de la France Libre.

Fait à Beyrouth, le 1er août 1941

C. DE GAULLE

(J.O. du 23 septembre 1941)

DÉCRET N° 140
relatif à l'attribution de la Croix de la Libération


Le Général de Gaulle
Chef des Français Libres,
Président du Comité National

Vu l'ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940 créant l'Ordre de la Libération,

DÉCRÈTE :

ARTICLE PREMIER - Par dérogation à l'article 4 du décret du 29 janvier 1941 réglant l'organisation de l'Ordre de la Libération, l'avis préalable du Conseil de l'Ordre de la Libération ne sera pas nécessaire avant l'attribution de la Croix de la Libération par le Chef des Français Libres sur le champ de bataille, en cas d'urgence exceptionnelle.

ART. 2 - Le Commissaire National de la Guerre, le Commissaire National à la Marine Marchande et le Commissaire National à l'Air sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret qui sera publié au Journal Officiel de la France Libre.

Fait à Londres, le 3 février 1942

C. DE GAULLE

Par le Chef des Français Libres,

Président du Comité National

Le Commissaire National à la Guerre et à la Marine

P.L. LEGENTILHOMME

Le Commissaire National à la Marine Marchande

R. PLEVEN

Le Commissaire National à l'Air

M. VALIN

(J.O. du 16 février 1942)

DÉCRET N° 765
relatif à l'organisation de l'Ordre de la Libération


Le Général de Gaulle
Chef de la France Combattante
Président du Comité National

Vu l'ordonnance n° 7 du 10 novembre 1940 créant l'Ordre de la Libération.

Vu le décret du 29 janvier 1941 réglant l'organisation de l'Ordre de la Libération.

Vu le décret n° 140 du 3 février 1942 relatif à l'attribution de la Croix de la Libération.

DÉCRÈTE :

ARTICLE PREMIER - Le Conseil de l'Ordre de la libération créé par l'article premier du 29 janvier 1941 susvisé peut se compléter sur l'initiative du Chancelier ou de son suppléant, en faisant appel toutes les fois qu'il est nécessaire à tout Compagnon de la Libération présent au lieu des réunions du Conseil.

Art. 2 - Le Commissaire National à la Justice est chargé de l'exécution du présent décret qui sera publié au Journal Officiel de la France Combattante.

Fait à Londres, le 17 février 1943

C. DE GAULLE

Par le Chef de la France Combattante,

Président du Comité National,

Le Commissaire National à la Justice :

R. CASSIN

(J.O. du 18 mars 1943)

ORDONNANCE DU 7 JANVIER 1944
relative à l'attribution de la Croix de la Libération

Le Comité Français de la Libération Nationale,

Vu l'ordonnance du 3 juin 1943 portant institution du Comité Français de la Libération Nationale ;

Vu l'ordonnance n° 7 du Comité National Français du 16 novembre 1940 créant l'Ordre de la Libération ;

Vu le décret du 29 janvier 1941 réglant l'Organisation de l'Ordre de la Libération ;

Vu le décret n° 140 du Comité National Français du 3 février 1942 relatif à l'attribution de la Croix de la Libération ;

Vu le décret n° 765 du Comité National Français du 17 février 1943 relatif à l'Organisation de l'Ordre de la Libération ;

Vu l'arrêté du 1er août 1941, relatif à la remise et au port de la Croix de la Libération,

ORDONNE :

ARTICLE PREMIER - L'Ordre de la Libération, créé par l'ordonnance n° 7 du Comité National Français du 16 novembre 1940, est destiné à récompenser les personnes ou collectivités militaires et civiles qui se seront signalées d'une manière exceptionnelle dans l'oeuvre de la Libération de la France et de son Empire.

Ses membres portent le titre de " COMPAGNONS DE LA LIBERATION ".

ART. 2 - L'insigne de cet Ordre est la Croix de la Libération consistant dans un écu portant un glaive surchargé d'une Croix de Lorraine avec, au revers, l'exergue : " Patriam Servando Victoriam Tulit ". Le ruban est de couleur verte et noire.

ART. 3 - L'admission dans l'Ordre de la Libération est prononcée par décret sur proposition de l'un des Commissaires et après avis -sauf cas d'urgence- du Conseil de l'Ordre de la Libération, qui délibère et émet son avis sur les propositions qui lui sont obligatoirement soumises par les membres du Comité Français de la Libération Nationale.

ART. 4 - La discipline de l'Ordre de la Libération est maintenue par le Conseil de l'ordre qui peut émettre des blâmes ou proposer l'exclusion pour tout acte contraire à l'honneur, que l'acte incriminé ait été commis avant ou après l'attribution de la Croix de la Libération. L'exclusion est prononcée par décret.

ART. 5 - Les membres du Conseil de l'Ordre de la Libération dont l'un remplit les fonctions de Chancelier, sont nommés par décret. Le Conseil peut se compléter sur l'initiative du Chancelier ou de son suppléant en faisant appel toutes les fois qu'il est nécessaire, à tout Compagnon de la Libération présent au lieu des réunions.

Le registre des délibérations du Conseil est tenu par un secrétaire qui est dépositaire du sceau de l'Ordre.

ART. 6 - La Croix de la Libération est remise solennellement au cours d'une prise d'armes par le Président du Comité Français de la Libération Nationale ou en son nom, par un membre du Conseil de l'Ordre ou par tout Compagnon de la Libération désigné qui interpelle le récipiendaire par son grade et lui remet l'insigne en lui adressant les paroles suivantes :

" Nous vous reconnaissons comme notre Compagnon pour la Libération de la France dans l'honneur et par la victoire ".

La Croix de la Libération est portée sur le côté gauche de la poitrine, immédiatement après la Légion d'honneur, avant la Médaille Militaire, la Croix de Guerre 1914-1918 et la Croix de Guerre 1939.

ART. 7 - La présente ordonnance sera publiée au Journal Officiel de la République Française et exécutée comme loi.

Alger, le 7 janvier 1944

C. DE GAULLE

Par le Comité Français de la Libération Nationale :

Le Commissaire d'Etat aux Affaires Musulmanes :

G. CATROUX

Le Commissaire aux Colonies :

R. PLEVEN

Le Commissaire à la Marine :

Louis JACQUINOT

Le Commissaire à la Justice :

François de MENTHON

Le Commissaire aux Affaires Etrangères :

R. MASSIGLI

Le Commissaire à l'Information

H. BONNET

Le Commissaire au Ravitaillement et à la Production :

André DIETHELM

Le Commissaire aux Finances :

P. MENDES-FRANCE

Le Commissaire aux Communications

et à la Marine Marchande :


René MAYER

Le Commissaire à l'Education Nationale :

René CAPITANT

Le Commissaire aux Affaires Sociales :

A. TIXIER

Le Commissaire à l'Air et à la Guerre :

André LE TROQUER

(J.O. du 22 janvier 1944)

ORDONNANCE DU 26 AOÛT 1944
Relative aux secours attribués
aux Compagnons de la Libération et à leurs familles

Le Gouvernement provisoire de la République Française, sur le rapport du Commissaire à la Justice et du Commissaire aux Finances,

Vu l'ordonnance du 3 juin 1943 portant institution du Comité Français de la Libération Nationale, ensemble l'ordonnance du 3 juin 1944 ;

Vu l'ordonnance du 16 novembre 1940 créant l'Ordre de la Libération ;

Vu l'ordonnance du 7 janvier 1944 relative à l'attribution de la Croix de la Libération ;

Vu le décret du 18 août 1944 relatif à l'exercice de la Présidence du Gouvernement provisoire de la République Française pendant l'absence du Général de Gaulle,

Le Comité Juridique entendu

ORDONNE :

ARTICLE PREMIER - Le Conseil de l'Ordre de la Libération a qualité pour attribuer aux Compagnons de la Libération, ainsi qu'à leurs veuves, orphelins ou ascendants, les secours exceptionnels qui pourraient leur être nécessaires.

ART. 2 - Les dépenses entraînées par l'attribution de ces secours sont couvertes par des crédits inscrits à un chapitre spécial du budget du Commissariat à la Justice.

ART. 3 - Le Chancelier de l'Ordre de la Libération ou, par délégation de celui-ci, le secrétaire, sont ordonnateurs des crédits inscrits au budget du Commissariat à la Justice, en application de la présente ordonnance.

Le Chancelier de l'Ordre de la Libération rend compte globalement chaque année, au Gouvernement Provisoire de la République Française, sous le couvert du Commissaire à la justice, des secours attribués par le Conseil de l'Ordre de la Libération.

ART. 4 - La présente ordonnance sera publiée au Journal officiel de la République française et exécutée comme loi.

Alger, le 26 août 1944

Henri QUEUILLE

Par le Gouvernement Provisoire de la République Française :

Le Commissaire à la Justice :

François de MENTHON

ORDONNANCE N° 45-1779 DU 10 AOUT 1945
portant organisation de l'Ordre de la Libération


EXPOSE DES MOTIFS

Jusqu'à présent les frais de fonctionnement de la chancellerie de l'Ordre de la Libération étaient couverts par des crédits extrêmement réduits inscrits à divers chapitres du budget du ministère de la Justice.

Cette situation ne permet pas à l'Ordre de la Libération de faire face à ses diverses tâches.

En effet, sans même parler de son activité première et fondamentale, le Conseil de l'Ordre a été chargé par le président du Gouvernement provisoire d'assumer les charges d'un véritable service social au bénéfice des Compagnons de la Libération et de tous les membres et anciens membres des Forces Françaises Libres.

C'est ainsi qu'il lui appartiendra, sans préjudice de l'action confiée aux établissements nationaux d'assurer l'aide matérielle et morale aux blessés, mutilés et malades, le placement des démobilisés, l'éducation des orphelins.

Il est donc apparu nécessaire de donner à l'Ordre de la Libération un statut lui permettant de remplir sa mission et d'atteindre son but, statut inspiré par celui de la Légion d'Honneur.

En vertu de la présente ordonnance, l'Ordre de la Libération sera doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Son budget dont le chancelier est institué l'ordonnateur principal sera un budget annexe à celui du ministère de la Justice.

Le Gouvernement provisoire de la République française,

Sur le rapport du ministre de l'Economie nationale et des Finances et du ministre de la Justice,

Vu l'ordonnance du 3 juin 1943 portant institution du Comité français de la Libération nationale, ensemble les ordonnances des 3 juin et 4 septembre 1944 ;

Vu l'ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine sur le territoire continental ;

Vu l'ordonnance du 7 janvier 1944 relative à l'attribution de la Croix de la Libération ;

Vu l'ordonnance du 7 janvier 1944 relative à l'attribution de la médaille de la Résistance française,

Le Comité juridique entendu,

ORDONNE :

ARTICLE PREMIER - L'administration de l'Ordre de la Libération est assurée par le chancelier assisté du secrétaire de l'Ordre, du secrétaire de la commission visé à l'article 5 de l'ordonnance du 7 janvier 1944 et des bureaux de la chancellerie.

L'Ordre de la Libération assume le service des médailles de la Résistance.

ART. 2 - L'effectif, les traitements et le statut des personnels de la chancellerie seront fixés par décret.

ART. 3 - Il est institué à compter d'une date qui sera formulée ultérieurement un budget annexe de l'Ordre de la Libération, rattaché pour ordre au budget de la Justice.

ART. 4 - L'Ordre de la Libération est doté de la personnalité morale et a, notamment, capacité pour recevoir tous dons et legs.

Les sommes reçues à ce titre seront rattachées au budget annexe suivant la procédure prévue en matière de fonds de concours ou suivant celle applicable aux arrérages des dons et legs ; selon les intentions des donateurs ou testateurs.

ART. 5 - La présente ordonnance sera publiée au Journal Officiel à la République française et exécutée comme loi.

Fait à Paris, le 10 août 1945

C. DE GAULLE

Par le Gouvernement provisoire de la République Française:

Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice :

Pierre-Henri TEITGEN

Le ministre de l'Economie nationale et des Finances

R. PLEVEN

(J.O. du 11 août 1945)

DÉCRET
mettant fin à l'attribution de la Croix de la Libération

Le Président du Gouvernement provisoire de la République sur le rapport du Garde des Sceaux, ministre de la Justice

Vu la loi du 2 novembre 1945 portant organisation provisoire des pouvoirs publics

Vu l'ordonnance n° 7 du 10 novembre 1940 créant l'Ordre de la Libération.

Vu l'ordonnance du 7 janvier 1944 relative à l'attribution de la voix de la Libération.

DÉCRÈTE :

ARTICLE PREMIER - Il ne sera plus procédé à l'attribution de la Croix de la Libération à dater du 23 janvier 1946.

ART. 2 - Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice est chargé de l'exécution du présent décret qui sera publié au Journal Officiel de la République française.

Fait à Paris, le 23 janvier 1946

C. DE GAULLE

Par le Président du Gouvernement provisoire de la République :

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice :

Pierre-Henri TEITGEN

ANNEXE N° 3
-
LES VILLES COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION

Source : Chancellerie de l'Ordre de la Libération

ANNEXE N° 3.1
-
CITATION DES VILLES COMPAGNONS

DE LA LIBÉRATION

DÉCRET N° 41

PORTANT ATTRIBUTION DE LA CROIX DE LA LIBÉRATION


Le Général de Gaulle,

Chef des Français Libres,

Président du Comité national,

VU l'ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940, créant l'Ordre de la Libération,

DÉCRÈTE :

ARTICLE Ier - La Croix de la Libération est décernée à la :

Ville de NANTES,

" Ville héroïque qui, depuis le crime de la capitulation a opposé une résistance acharnée à toute forme de collaboration avec l'ennemi.

" Occupée par les troupes allemandes et soumise aux plus dures mesures d'oppression, a donné aux Français, par de nombreuses actions individuelles et collectives, un magnifique exemple de courage et de fidélité.

" Par le sang de ses enfants martyrs, vient d'attester devant le monde entier la volonté française de libération nationale. "

ARTICLE II - Le présent décret sera publié au Journal Officiel de la France libre.

Fait à Londres, le 11 novembre 1941

Signé : C. DE GAULLE

Par le Chef des Français Libres,

Président du Comité National,

Le Commissaire National à l'Intérieur,

au Travail et à l'Information

signé : A. DIETHELM.

DÉCRET DU 4 MAI 1944 PORTANT ATTRIBUTION
DE LA CROIX DE LA LIBÉRATION


(J.O. du 22.06.44)

--=oOo=--

Le Comité français de la Libération nationale,

Sur le rapport du commissaire à l'intérieur,

VU l'ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940 créant l'Ordre de la Libération ;

VU l'ordonnance du 7 janvier 1944 relative à l'attribution de la Croix de la Libération ;

VU l'avis favorable du Conseil de l'Ordre de la Libération du 2 mai 1944.

DÉCRÈTE :

ARTICLE PREMIER - La Croix de la Libération est décernée à la :

Ville de GRENOBLE

pour le motif suivant :

" Ville héroïque à la pointe de la résistance français et du combat pour la Libération.

" Dressée dans sa fierté, livre à l'Allemand, malgré ses deuils et ses souffrances, malgré l'arrestation et le massacre des meilleurs de ses fils, une lutte acharnée de tous les instants.

" Bravant les interdictions formulées par l'envahisseur et ses complices, a manifesté le 11 novembre 1943, sa certitude de la victoire et sa volonté d'y prendre part.

" Les 13, 14 et 16 novembre 1943, a répondu aux représailles et à l'exécution des chefs des mouvements de la Résistance par la destruction de la poudrière, de casernes, de transformateurs et d'usines utilisées par l'ennemi.

" A bien mérité de la Patrie. "

ARTICLE 2 - Le commissaire à l'intérieur est chargé de l'exécution du présent décret qui sera publié au Journal Officiel de la République française.

ALGER, le 4 mai 1944,

DE GAULLE

Par le Comité français de la Libération nationale :

Le Commissaire à l'intérieur,

Emmanuel d'Astier.

DÉCRET PORTANT ATTRIBUTION
DE LA CROIX DE LA LIBÉRATION


LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE,

VU l'ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940, créant l'Ordre de la Libération,

VU l'ordonnance du 7 janvier 1944 relative à l'attribution de la Croix de la Libération ;

VU l'avis du Conseil de l'Ordre de la Libération du 18 mars 1945;

DÉCRÈTE :

ARTICLE PREMIER - La Croix de la Libération est décernée à la :

Ville de PARIS

pour le motif suivant :

" Capitale fidèle à elle-même et à la France, a manifesté, sous l'occupation et l'oppression ennemies, et en dépit des voix d'abandon et de trahison, sa résolution inébranlable de combattre et de vaincre.

" Par son courage en présence de l'envahisseur et par l'énergie indomptable avec laquelle elle supporta les plus cruelles épreuves, a mérité de rester l'exemple pour la Nation tout entière.

" Le 19 août 1944, conjuguant ses efforts avec ceux des armées alliées et françaises, s'est dressée pour chasser l'ennemi par une série de glorieux combats commencés au coeur de la Cité et rapidement étendus en tous les points de la ville. Malgré de lourdes pertes subies par les Forces Françaises de l'Intérieur levées dans son sein, s'est libérée par son propre effort, puis, unie à l'avant-garde de l'Armée française venue à son secours a, le 25 août, réduit l'Allemand dans ses derniers retranchements et l'a fait capituler. "

PARIS, le 24 mars 1945

C. DE GAULLE.

Par le Gouvernement provisoire de la

République française,

Le Ministre de l'Intérieur :

A. TIXIER

DÉCRET DU 4 AOÛT 1945 PORTANT

ATTRIBUTION DE LA CROIX DE LA LIBÉRATION8(*)

Le Gouvernement provisoire de la République française,

Sur la proposition du ministre de l'intérieur,

VU l'ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940 créant l'Ordre de la Libération ;

VU l'ordonnance du 7 janvier 1944 relative à l'attribution de la Croix de la Libération ;

VU l'avis du Conseil de l'Ordre de la Libération du 31 juillet 1945,

DÉCRÈTE

ARTICLE PREMIER - La Croix de la Libération est décernée au village de VASSIEUX-EN-VERCORS (Drôme).

ARTICLE 2 - Le ministre de l'intérieur est chargé de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal Officiel de la République française.

Fait à Paris, le 4 août 1945

C. DE GAULLE

Par le Gouvernement provisoire de la

République Française ;

Le ministre de l'intérieur

A. TIXIER

DÉCRET PORTANT ATTRIBUTION
DE LA CROIX DE LA LIBÉRATION9(*)


LE PRÉSIDENT DU GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE,

Sur la proposition du Ministre des Armées,

VU l'ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940, créant l'Ordre de la Libération,

VU l'ordonnance du 7 janvier 1944, relative à l'attribution de la Croix de la Libération,

DÉCRÈTE :

ARTICLE Ier - La Croix de la Libération est décernée à:

L'île de SEIN,

ARTICLE II - Le ministre des Armées est chargé de l'exécution du présent décret.

Fait à Paris, le 1er janvier 1946

C. DE GAULLE

Par le Président du Gouvernement Provisoire

de la République française

Ministre des Armées :

M. MICHELET

ANNEXE N° 3.2
-
PACTE D'AMITIÉ ENTRE LES VILLES

COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION

PACTE D'AMITIÉ ENTRE LES VILLES
COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION

Sous l'égide du Général d'Armée Jean Simon, Chancelier, a été ratifié le 3 décembre 1981, un pacte destiné à assurer la pérennité de l'Ordre.

Le Général Simon terminait son allocution :

" Villes Compagnons de la Libération, représentées en la personne de vos Maires,

" En renouvelant aujourd'hui votre fidélité,

" En resserrant vos liens fraternels,

" En marquant d'un acte votre volonté de conserver la mémoire,

" Vous maintenez présent l'idéal commun dans la continuité de l'Histoire.

" Vous êtes dans l'honneur, dans la pérennité, garantes de l'exigence la plus noble, celle de penser juste et d'agir dans le malheur.

" Vous êtes, Grenoble, Nantes, Paris, Ile de Sein, Vassieux-en-Vercors, notre Espérance. "

Les cinq maires ont décidé, à l'initiative de Jacques Chirac, de veiller à ce que le Musée de l'Ordre de la Libération ait les moyens nécessaires pour subsister. Ils ont décidé, également, de créer une association à but non lucratif, présidée par les cinq maires à tour de rôle, qui veillerait, sur le plan national, au respect de l'Ordre et organiserait des manifestations pour préserver sa mémoire. Chacun des maires, au nom de sa commune, a fait la déclaration suivante :

Alain Chenard

Député-maire de Nantes,

" Dans sa séance du 27 février 1981, le Conseil municipal de Nantes a adopté la délibération suivante :

" Soucieux d'assumer la responsabilité historique de la signification de la qualité de Compagnon de la Libération de sa ville, le Conseil Municipal propose aux conseils municipaux des quatre autres communes de France, Compagnons de la Libération, à savoir : Grenoble, Ile de Sein, Paris, Vassieux-en-Vercors :

" 1° D'établir entre elles un lien fraternel destiné au maintien en commun, dans l'avenir, de la signification du titre de Compagnon de la Libération et la perpétuation du souvenir des événements tragiques et glorieux qui ont justifié l'attribution de ce titre ;

" 2° De demander à M. le Chancelier de l'Ordre de la Libération de vouloir bien organiser une réunion de maires, ou de leurs représentants, des communes en cause, pour la mise au point d'une formule de réalisation de ce lien fraternel, avec quelque solennité.

" Il faut souligner que cette délibération a été votée à l'unanimité.

" La signature du pacte d'amitié, le 3 décembre, répond au voeu exprimé par cette délibération. Ce pacte doit être complété par une structuration de nature à permettre, après la disparition des personnes physiques Compagnons de la Libération, la continuité des tâches assurées jusqu'à cette échéance par la Chancellerie de l'Ordre.

" Les unités militaires, de terre et de mer, non encore contactées, devront être associées à nos cinq communes, dans les limites des possibilités légales.

" Dès à présent, nos cinq communes pourront se concerter pour la réalisation de nos projets.

" La ville de Nantes se propose d'organiser dans son Musée d'arts et de traditions populaires une salle de la Résistance et de la Libération. "

Hubert Dubedout

Député de l'Isère,

Maire de Grenoble,

" C'est, on s'en doute, avec un immense espoir qu'au nom de la ville de Grenoble j'ai signé le pacte d'amitié qui, désormais, lie entre elles les cinq villes titulaires de la Croix de la Libération.

" Cet espoir, c'est que les années, parfois difficiles, qui nous séparent des combats pour la libération de la France ne puissent jamais jeter un voile d'oubli sur cette période de notre histoire nationale.

" Cet espoir, c'est que tous ceux qui, ici comme à Paris, à Nantes, à l'île de Sein, à Vassieux-en-Vercors, et ailleurs, ont enduré pendant des années, des destructions, des privations, des angoisses et des mutilations n'aient jamais à constater l'indifférence des uns ou l'ignorance des autres.

" Cet espoir, enfin, c'est que ces pages écrites avec le sang, les larmes, les deuils, les actes d'héroïsme et les sacrifices librement consentis débouchent le plus vite possible sur un désarmement global et simultané. C'est là une nécessité vitale après laquelle il restera encore un geste à faire en faveur de la paix : le désarmement dans les esprits, le désarmement dans les âmes, c'est-à-dire la compréhension et l'union.

" Je souhaite de tout coeur qu'au-delà de la transmission de notre mémoire collective la signature de notre pacte d'amitié préfigure la réalisation de cette Paix. "

Jacques Chirac

Marie de Paris,

" La signature d'un pacte d'amitié entre les villes Compagnons de la Libération m'apparaît à la fois comme un acte nécessaire et comme un témoignage de fidélité.

" C'est un acte nécessaire qui doit permettre, dans l'avenir, d'assurer la pérennité de la mission confiée par le Général de Gaulle à l'Ordre de la Libération, dont l'esprit doit être pour les générations futures une expression privilégiée de la volonté nationale de résistance et d'indépendance. Le jour où le dernier des Compagnons nous aura quittés, les cinq villes qui partagent aussi l'honneur d'une telle dignité auront à prendre la relève de cette moderne chevalerie et à manifester par leur action une inébranlable volonté de promouvoir le geste de liberté qui est la source même de leur engagement commun.

" Mais il s'agit également, dès aujourd'hui, d'un témoignage de fidélité auquel Paris se trouve, par son histoire, personnellement lié. La capitale sait bien quel fut le prix payé pour la reconquête de notre liberté. Le Paris insurgé de l'été 1944, qui se dresse contre l'occupant et proclame, par le sang de ses habitants, que le désespoir n'a pas de place au pays de France, doit être prêt, quarante ans plus tard, à la même alliance du peuple et de la liberté qui est le rempart le plus sûr contre toutes les entreprises d'oppression. Siège du Musée de l'Ordre de la Libération, Paris aura à coeur de favoriser le développement de son rôle et d'aider à organiser toutes les manifestations et cérémonies susceptibles d'en développer encore le rayonnement. C'est avec la foi et l'espérance qui animent les grandes heures de son histoire que Paris est heureux de s'associer pleinement à cette initiative nouvelle et à établir avec les quatre autres cités Compagnons une concertation étroite et régulière qui permette à l'Ordre de poursuivre et de renforcer son rôle indispensable au service de la Nation tout entière. "

Jacques Roux

Maire de Vassieux-en-Vercors

" Vassieux-en-Vercors : humble cité au coeur du massif du Vercors.

" Sur ses terres âpres et difficiles, une centaine de soldats de la Résistance donnèrent leur vie au cours de combats de juillet 1944 imposés par un ennemi implacable mais déjà fléchissant. 73 habitants de la commune tombèrent à leurs côtés, innocentes victimes abattues sur le sol ancestral.

" Héros et martyrs ont écrit de leur sang une des pages les plus nobles de notre Histoire, et leurs sacrifices communs ont fait de ce village un des hauts lieux de France, Compagnon de l'Ordre de la Libération.

" Il aura, dès la disparition du dernier être humain auréolé de ce titre, la lourde tâche d'assurer la pérennité de l'Ordre de la Libération aidé en cela par Paris, Nantes, Grenoble et l'Ile de Sein, autres dignitaires de cette chevalerie des temps modernes auxquels il s'est lié par un pacte d'amitié.

" Mission agréable dans un premier temps qui permettra aux cinq communes de tisser entre elles des liens fraternels.

" Mission difficile dans un avenir plus lointain où les témoins de ces heures sombres et glorieuses auront disparu eux aussi, où les sacrifices consentis se seront estompés dans les brumes du temps pour entrer dans la légende.

" Alors, il conviendra de rappeler les circonstances de leurs combats, la diversité de leurs champs de bataille, dire et redire que chaque cérémonie demeure un pèlerinage du souvenir, montrer les cicatrices restées vives dans la chair de notre terroir et conserver pieusement les derniers vestiges de leurs dernières luttes.

" Ainsi demeurera la flamme de l'honneur et de la liberté transmise de génération en génération... Flambeau éternel souvent ravivé qui rappellera inlassablement à notre jeunesse -dès ses plus tendres années- que des gars de vingt ans, aux heures les plus sombres de notre Histoire, ont montré le sens de l'honneur et de l'abnégation dans la lutte qu'ils menaient pour la liberté et l'indépendance de notre Patrie.

" A nous donc de faire luire de son plus vif éclat cette flamme vivace ; elle est l'âme de la France éternelle. "

Alain Le Roy

Maire de l'Ile de Sein,

" Les Sénans sont heureux et fiers de se voir confier pour tâche une charge aussi importante que la conservation de la Mémoire de l'Ordre.

" Je me permets de reprendre la citation à l'Ordre de la Libération de l'Ile de Sein :

Devant l'invasion ennemie s'est refusée à abandonner le champ de bataille qui était le sien : la mer. "

" Cette mer qui est notre ennemie mais aussi notre vie, notre nourricière, mais nous isole, et cet isolement de l'insularité nous oblige à la solidarité, solidarité qui nous permet de résister à un monde en perpétuel agression et sans cette solidarité nous ne pourrions survivre.

" Il est très important que par solidarité les communes Compagnons de la Libération se lient en un pacte d'amitié pour assurer la pérennité et les traditions de l'Ordre.

" Il est important que se perpétue l'idéal de l'Ordre de la Libération à travers les communes rassemblées dans la liberté et de transmettre intact le patrimoine de l'Ordre.

" L'Ile de Sein, quant à elle, prend la ferme résolution de continuer la tradition, la fidélité, le service de la Patrie, tel que les Compagnons en avaient l'idéal. "

ANNEXE 4

-
TEXTES DU GÉNÉRAL DE GAULLE ET

D'ANDRÉ MALRAUX

SUR LES COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION

Source : Chancellerie de l'Ordre de la Libération

TEXTE D'INTRODUCTION AU

MÉMORIAL DES COMPAGNONS DE LA LIBÉRATION (1961)

" Soldats tombés dans les déserts, les montagnes ou les plaines ; marins noyés que bercent pour toujours les vagues de l'océan ; aviateurs précipités du ciel pour être brisés sur la terre ; combattants de la Résistance tués aux maquis et aux poteaux d'exécution ; vous tous qui, à votre dernier souffle, avez mêlé le nom de la France, c'est vous qui avez exalté les courages, sanctifié l'effort, cimenté les résolutions... Vous avez pris la tête de l'immense et magnifique cohorte des fils et des filles de la France qui ont, dans les épreuves, attesté sa grandeur. Votre pensée fut, naguère, la douceur de nos deuils. Votre exemple est, aujourd'hui, la raison de notre fierté. Votre gloire sera, pour jamais, la compagne de notre espérance . "

C. DE GAULLE

TEXTE D'ANDRÉ MALRAUX
L'ORDRE DE LA LIBÉRATION

" Vous savez, dans cinquante ans, l'Ordre aura disparu, puisque nous serons tous morts. Les historiens seront soucieux de savoir ce qu'il signifie, non en théorie, mais dans la vie des Compagnons. Je ne parle pas ici pour moi, mais pour eux. Prenons le résumé de ce qu'ils m'ont dit :

" - Aux pires jours de la défaite, ils n'ont pas perdu Confiance en la France. Et dès qu'ils ont repris le combat ils ont entendu assumer la France, et non former une Légion Etrangère. Ce qui était fort important. Car c'est cette résolution d'assumer la France, qui a permis l'unité des Forces Françaises libres et de la Résistance de Leclerc et de Jean Moulin.

" - Ils étaient des volontaires, et se séparent ainsi de leurs grands prédécesseurs, les Anciens de Verdun, par exemple.

" - Ils ont été des Témoins. Nous ne tenons pas Bir-Hakeim pour Austerlitz. Mais Bir-Hakeim, comme le premier combat de Jeanne d'arc à Orléans, a été la preuve que la France n'était pas morte.

" - L'Ordre est un Cimetière.

" Les vraies décorations nous sont remises par la mort au passage... On dit, légitimement d'ailleurs : la Croix de la Libération. Regardez-là : ce n'est pas une croix, c'est une dalle funéraire. Il faut dire, répéter, proclamer, que l'Ordre de la Libération n'est pas formé d'hommes qui se sont séparés des autres par leur courage, mais bien d'hommes à qui leur courage a donné la chance de représenter tous ceux qui, le cas échéant, n'avaient pas été moins courageux qu'eux. Il n'est pas une hiérarchie dans la Libération, il est le symbole de la Libération. Nous parlons au nom de nos survivants -qui parlent au nom de leurs morts- qui parlent au nom de tous les morts.

" Vous savez que dans la crypte du mont Valérien, il y a un cercueil vide : il attend le dernier Compagnon de la Libération.

" Quand on le clouera, il n'y aura plus aucun des nôtres pour dire : " A Bir-Hakeim, nous avons enfoncé les lignes de Rommel par une soirée féérique... ", ni " Quand nous sommes entrés par la porte d'Orléans, personne ne croyait que les chars qui fonçaient dans Paris était des chars français, et nous sommes arrivés à la porte d'Orléans couverts de rouge à lèvres... "

" Dans le silence, le dernier Compagnon retrouvera le premier Compagnon.

" Le dernier cercueil du Mont Valérien ne sera pas non plus un cercueil solitaire. On ne le fermera pas seulement sur le dernier Compagnon : on le fermera aussi sur le dernier combattant de la Première Division Française Libre ou de la 2e Division Blindée, sur le dernier pêcheur breton qui amena des Français clandestins en Angleterre, sur le dernier cheminot qui paralysa provisoirement les V2, sur les derniers maquisards grâce à qui les panzers d'Aquitaine n'arrivèrent pas à temps en Normandie, sur la dernière couturière morte dans un camp d'extermination pour avoir pris chez elle un de nos postes émetteurs. Comme les gisants de la Chevalerie morte écoutaient crépiter le bûcher de Rouen, tous ceux qui se sont réfugiés dans l'âge de la France, écouteront le marteau sur les clous funèbres. Des archers d'Agnadel aux clochards d'Arcole, de la Garde Impériale jusqu'aux trois cent mille morts du Chemin-des-Dames, des cavaliers de Reims et de Patay aux francs-tireurs de 70, montera le silence séculaire de l'acharnement. Avec la phosphorescence des yeux des morts, ceux qu'on ne verra plus jamais veilleront notre dernier Compagnon -non pour son courage, mais parce que l'ouvrier qui clouera le cercueil, le clouera sur la confuse multitude de tous les morts qui auront tenté de soutenir à bout de bras les agonies successives de la France.

" Alors, la Croix de Lorraine de Colombey, l'avion écrasé de Leclerc, la grand'mère corse qui cachait tranquillement le revolver de Maillot dans la poche de son tablier, le dernier cheminot fusillé comme otage, la dernière dactylo morte à Ravensbrück pour avoir donné asile à l'un des nôtres, confondront leur ombre avec celle de notre dernier Compagnon. Et avant que l'éternelle histoire se mêle à l'éternel oubli, l'ombre étroite qui s'allongera lentement sur la France, aura encore la forme d'une épée. "

Texte transcrit par Michelle Michel avec l'accord d'Albert Beuret (exécuteur testamentaire d'après l'interview accordée à Madame Anglade, émission télévisée du 17 juin 1971).

Retour Sommaire


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli