Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

E. LA DÉFINITION DU CHAMP D'ACTION DE L'AFAA

1. Le développement des synergies avec les acteurs culturels

L'AFAA intervient essentiellement dans les domaines des arts de la scène (danse, musique, théâtre) et des arts visuels (arts plastiques, design, architecture, multimédia, photographie). Votre rapporteur souligne cependant l'absence de collaboration avec les structures spécifiques chargées de la promotion du cinéma et du livre à l'étranger.

Les synergies existant entre le livre et le théâtre devraient être davantage mises à profit. Les " Chroniques de l'AFAA ", publications thématiques destinées à faire découvrir les ressources culturelles de la France, sont insuffisamment diffusées à l'étranger. L'association du livre aux manifestations culturelles organisées par l'AFAA permettrait d'élargir le public visé et de renforcer le contenu en langue française des manifestations proposées à l'étranger. Votre rapporteur se félicite par contre de l'initiative de l'AFAA de surtitrer les représentations théatrales à l'étranger, qui permet d'élargir le public intéressé par ces manifestations.

2. Un champ d'action délimité par les compétences des autres organismes en charge de la culture

La définition du champ d'action de l'AFAA doit prendre en compte les compétences des autres acteurs participant à la mise en oeuvre de la politique culturelle internationale de la France. Ainsi, deux structures subventionnées par la Délégation aux Affaires Internationales du ministère de la culture ont des champs d'action pouvant interférer avec les politiques mises en oeuvre par l'AFAA : l'Office National de Diffusion Artistique travaille presque exclusivement en France pour la diffusion de spectacles français et étrangers, et la Maison des cultures du monde organise des expositions et des spectacles d'artistes étrangers, et gère les programmes d'ingénierie culturelle à destination des professionnels francophones étrangers. La concertation avec ces structures est indispensable, afin que la spécificité de l'action de chaque acteur soit préservée. Le développement par l'AFAA de ses fonctions en matière d'ingénierie culturelle pourrait en effet concurrencer les programmes du ministère de la culture, et doit donc se concentrer sur la formation des agents culturels à l'étranger, dans les postes français et dans les pays eux-mêmes.

Il existe un risque de dispersion des actions de l'AFAA, dont l'action doit être limitée à la diffusion culturelle des artistes français, dans une perspective d'échanges internationaux.

3. La recherche d'une cohérence de la programmation.

La programmation de l'AFAA est issue, d'une part, des demandes en provenance de l'étranger (décideurs étrangers, centres culturels français...), et d'autre part, des priorités politiques définies par le ministère des affaires étrangères et le conseil d'administration de l'association. Les postes à l'étranger proposent des projets qui sont examinés au niveau régional et soumis à l'avis des directions géographiques et techniques du ministère des affaires étrangères. Le recrutement d'un agent au ministère des affaires étrangères pour gérer les demandes en provenance des postes serait bienvenu, mais ne semble pas possible en l'état des crédits du ministère.

Les " journées de l'AFAA ", organisées chaque année, permettent de présenter l'évolution de la création artistique en France, et des réunions pluriannuelles de programmation sont organisées par zones géographiques. Un renforcement de la veille culturelle dans les pays étrangers permettrait d'améliorer la qualité de la programmation de l'AFAA proposée lors de ces réunions.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli