Allez au contenu, Allez à la navigation



La Poste : le temps de la dernière chance

 

ANNEXE N° 3 -

L'ÉVOLUTION DES POSTES EUROPÉENNES

I. LA MÉTAMORPHOSE DE LA POSTE ALLEMANDE DEPUIS 1990

Les développements qui suivent ont été réalisés grâce aux documents transmis par la mission économique en Allemagne : qu'elle en soit ici remerciée.

Plus grande entreprise postale d'Europe, dont le chiffre d'affaires est deux fois supérieur à celui de La Poste, la Deutsche Post (DP) est une société de droit privé depuis 1995, détenue encore à 69 % par l'Etat fédéral.

Elle évolue rapidement vers une entreprise de logistique : représentant 44,6 % du chiffre d'affaires en 2001, cette activité en a constitué 53,4 % en 2002, par intégration complète de DHL.

Pourtant, en 2001, le courrier, tout en ne contribuant qu'à un tiers du chiffre d'affaires, avait constitué les deux tiers du profit. Le secteur postal ouvert à la concurrence représente environ les deux tiers du marché postal allemand et la part de marché de DP y est aussi de près des deux tiers.

Le prix du timbre, fixé par l'autorité de régulation des télécommunications et de la poste (RegTP), a été maintenu de 1997 à 2002 au prix élevé de 0,56 euro, pendant toute la phase de croissance de DP à l'international, réalisée par croissance externe (achat de DHL, de Danzas). Il vient d'être ramené à 0,55 euro.

Le résultat brut d'exploitation de DP en 2002 a été de 2,4 milliards d'euros. Avec 321.369 salariés dont 77.668 fonctionnaires, DP dispose de 12.800 points de contact postaux dont seulement 5.200 bureaux en propre.

Banque de plein exercice, distribuant toute la gamme de crédits bancaires, de produits financiers ou d'assurance, Postbank est une société de droit privé, filiale depuis 1999 à 100 % de DP, dont elle utilise les 12.800 points de contact. Avec 10.400 salariés dont 2.000 conseillers financiers, Postbank s'est développée en fonction des axes stratégiques de sa maison-mère, vers le financement de la logistique et l'affacturage.

En moins de dix années, l'administration allemande des postes a été transformée par son président, Klaus ZUMWINKEL, en un groupe de logistique de dimension internationale. Le chiffre d'affaires a presque triplé entre 1998 et 2002, essentiellement par croissance externe (les sociétés absorbées les plus importantes ont été la Postbank en 1999 et DHL, en deux étapes, en 2000 et 2002). L'activité repose sur trois piliers : la poste, métier d'origine, la logistique, désormais regroupée sous la bannière de DHL, et les services financiers, assurés grâce à la Postbank.

A. UNE MODERNISATION STATUTAIRE RAPIDE A L'ABRI DU MONOPOLE

1. Une transformation rapide et consensuelle

Amorcée en 1990, la réorganisation de l'administration fédérale des postes sera achevée d'ici la fin de l'année 2005, quand l'Etat fédéral aura mis sur le marché les actions de la Deutsche Post encore en sa possession

En Allemagne, la décision est consensuellement prise dès le début des années 1990 d'ouvrir à terme le marché postal à la concurrence.

Plus grande entreprise postale en Europe, résultant de la première réforme postale lancée en 1990 par le gouvernement fédéral, le service des postes (Postdienst) a été transformé en société anonyme, le 1er janvier 1995, sous le nom de Deutsche Post AG, en même temps que la banque postale Postbank AG.

Après une augmentation de capital intervenue en septembre 2000, les premières actions de la Deutsche Post sont introduites en bourse le 20 novembre 2000. L'Etat fédéral possède encore près de 69 % des actions de la DP, dont la moitié plus vingt-six actions en propre et 18,79 % qui ont été confiées au Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW), en attendant que les conditions deviennent favorables à leur mise sur le marché boursier. L'intention clairement exprimée par le gouvernement est de se retirer totalement du capital de DP, au plus tard en 2005. En 2003, l'Etat fédéral projette six milliards d'euros de recettes de la vente de participations dans des entreprises publiques, dont la vente de parts de Deutsche Telekom et de Deutsche Post.