Allez au contenu, Allez à la navigation



La Poste : le temps de la dernière chance

 

B. UNE RÉORGANISATION EN COURS DU RÉSEAU POSTAL

Le réseau actuel des bureaux de poste est trop dense et mal adapté. Afin de se préparer à l'ouverture du marché, la Poste s'est lancée dans un processus de réorganisation qui doit permettre à terme d'améliorer fortement sa rentabilité. La réduction du nombre de bureaux de poste est notamment une des mesures qui ont été annoncées en début d'année pour atteindre cet objectif. 1500 bureaux sur les 3200 en service en 2002 doivent être concernés par cette restructuration : 700 à 900 seront fermés, 670 à 870 seront gérés en tant que filiale par une plus grande poste ou par des tiers, et 60 lieux seront desservis par la poste mobile.

Depuis 2001, le réseau postal a développé ses ventes de produits tiers. L'élargissement de la gamme des produits vendus doit générer de nouvelles recettes et permettre ainsi une meilleure rentabilité des bureaux de postes. Des « Post Centers » ont été ouverts dans les principales villes du pays proposant une offre complète non seulement en matière de prestations postales et financières, mais également en produits télématiques, papeterie et autres produits.

Dans le cadre du projet «Réseau des villes», les offices de poste très fréquentés des grandes villes proposent des horaires plus souples (jusqu'à 22 heures).

Dans les petites communes, des points de retrait nommés « PickPost » ont été testés en 2002 dans le cadre d'un projet pilote réalisé avec des partenaires. Cette solution permet aux clients de retirer colis et lettres dans une gare, un magasin ou une station-service.

Dans 40% des zones de montagne existent des services à domiciles (paiement de rentes, envoi de courriers...).

C. LE TRAITEMENT DU COURRIER EN COURS DE RÉORGANISATION

La Poste a présenté en début d'année des mesures pour améliorer le tri postal. Celui-ci est traité actuellement par 18 centres dispersés sur l'ensemble du territoire de la Confédération. La nouvelle conception appelée REMA (ReEngeneering Mail Processing) prévoyait de ne conserver que 3 centres à Aarau, Zurich et Fribourg. Cette réorganisation aurait entraîné entre 2006 et 2008 la suppression de 2500 postes de travail à temps plein, employant 3500 personnes. Actuellement 8500 personnes travaillent dans les centres de tri. Les trois centres retenus se trouvent dans des zones absorbant 86% du dépôt de courrier et 77% de sa distribution nationale. La réduction des effectifs et la diminution des frais de transports devait permettre de dégager des économies de 200 millions de CHF par année. Ce plan a suscité de vives réactions de la part des syndicats et d'élus locaux, notamment des régions périphériques. Le recours à la grève - fait inhabituel en Suisse - n'a alors pas été exclu. Le Conseiller Fédéral (Ministre) M. Moritz Leuenberger a également indiqué qu'il souhaitait que tout licenciement soit évité et que la Poste devait continuer à assurer son mandat de service public dans les régions périphériques. Un compromis semble désormais se dessiner autours du maintien de 5 à 6 centres.