Allez au contenu, Allez à la navigation



Logement en outre-mer : passer du discours à la réalité

 

2. ... des populations aux revenus plus faibles qu'en métropole...

Le niveau de vie dans les DOM est plus faible qu'en métropole, encore que les comparaisons en termes de pouvoir d'achat soient rendues difficiles par les lacunes statistiques. Pour autant, on peut noter que le PIB par habitant est environ deux fois inférieur à celui de la métropole, et le taux de chômage de 21 %.

3. ... une unité de problèmes

Si les situations sont différentes, il n'en ressort pas moins une profonde unité des départements d'outre-mer. Ainsi, les conditions climatiques extrêmes, la forte humidité et les risques sismiques et volcaniques sont autant de données inconnues en métropole, mais présentes à des degrés divers en outre-mer. De même, le niveau de vie général de la population appelle à un traitement particulier, plus orienté vers le logement social. En conséquence, les politiques publiques menées dans le secteur du logement en outre-mer sont confrontées à deux impératifs, qui sont autant de spécificités :

- les conditions climatiques extrêmes, qui conduisent à l'édiction de normes particulières, que ce soit pour prévenir les tremblements de terre ou pour éviter l'usure trop rapide des matériaux ;

- le niveau de vie des populations, inférieur à celui de la métropole, et qui implique une approche sociale de la question du logement.

Ces deux contraintes orientent les politiques menées en outre-mer.