Allez au contenu, Allez à la navigation



Quel avenir pour la gendarmerie ?

 

c) Le statut militaire de la garde civile

La garde civile est forte d'environ 85 000 effectifs, le corps national de police n'en comptant que 65 000. Elle représente donc, comme en Italie, la principale force de sécurité de l'État.

Les gardes civils sont des militaires de carrière. Ils sont soumis à un statut spécifique, défini par la loi du 25 novembre 1999. Conformément aux traditions militaires, les membres de la garde civile ne peuvent s'inscrire à un syndicat ou à un parti politique et ne disposent pas du droit de grève ou de pétition collective. Cependant, une récente loi adoptée en novembre 2007 a reconnu un droit d'association aux gardes civils.

A la différence de la France, le statut militaire de la garde civile n'est pas incompatible avec la fixation d'un horaire légal de travail hebdomadaire de 37,5 heures (depuis 1999) en moyenne et comptabilisé mensuellement. Les heures supplémentaires sont donc rémunérées, dans la limite des crédits disponibles. Le repos hebdomadaire est d'au moins 36 heures consécutives. Les gardes civils disposent de 40 jours de permission (huit semaines).

Par ailleurs, environ 45 % des gardes civils disposent d'un logement attribué pour nécessité de service. Ils sont attribués à l'ancienneté. Le reste doit se loger à ses frais à une demi-heure maximum du lieu de travail.