Allez au contenu, Allez à la navigation

Les infrastructures et l'urbanisme : des projets structurants de l'aide publique française au développement

23 octobre 2012 : Les infrastructures et l'urbanisme : des projets structurants de l'aide publique française au développement ( rapport d'information )

C. LA FORMATION PROFESSIONNELLE : LE CENTRE DE KABARIA IBN SINA

1. L'enjeu de la formation professionnelle en Tunisie

Alors que l'analphabétisme touche encore plus de 20 % de la population tunisienne, le pays souffre également d'un manque de débouchés pour ses jeunes diplômés.

Dans ce contexte, l'une des premières priorités des nouvelles autorités tunisiennes issues de la révolution a été la construction d'écoles et de centres de formation, la mise en place du programme AMAL pour les jeunes diplômés chômeurs et l'extension à plus de 35 000 familles supplémentaires de la prime aux familles nécessiteuses.

Le dispositif AMAL octroie aux primo-demandeurs d'emploi diplômés de l'enseignement supérieur une allocation de 200 dinars en plus de la couverture médicale, à titre d'indemnité pour la recherche active d'emploi. L'allocation est versée pendant au maximum une année. Le bilan de la première année d'application du dispositif, en 2011, était mitigé : selon le ministère de l'emploi et de la formation professionnelle, 6 000 jeunes seulement avaient trouvé un emploi sur plus de 140 000 diplômés ayant bénéficié de l'allocation en 2011, soit au total une dépense de 300 millions de dinars financée par un emprunt auprès de la Banque mondiale.

L'action de la France en matière d'éducation et de formation professionnelle est ainsi particulièrement sollicitée, et implique de nombreux acteurs - au premier rang desquels les universités et les écoles françaises.

Ce sujet a ainsi pu être évoqué par votre rapporteure spéciale lors d'un déjeuner à l'ambassade de France offert par l'ambassadeur Boris Boillon. Le professeur Abderrazek Zouari, ancien ministre du développement régional, a évoqué les travaux de l'Institut Tunis-Dauphine, qui organise des enseignements partagés conduisant à des échanges d'étudiants et d'enseignants des deux côtés de la Méditerranée. Ces partenariat de qualité, que l'ancien ministre a décrit comme très constructifs, consolident aussi les relations entre la France et la Tunisie. Votre rapporteure spéciale a pu aussi échanger sur le rôle des associations d'élèves de grandes écoles françaises, qui forment un lien solide d'amitié entre les deux pays.

2. L'action de la France au centre de formation aux métiers du bâtiment de Kabaria Ibn Sina

La délégation a visité le centre de formation professionnelle aux métiers du bâtiment de Kabaria Ibn Sina. L'arrivée d'une desserte par la ligne 6, liée au centre de formation, a déclenché un processus d'urbanisation du secteur.

Le centre de formation est un projet de grande envergure, puisqu'il a vocation à devenir le plus grand établissement de ce type en Tunisie. Il témoigne par son architecture de l'engagement et du volontarisme tunisiens pour former ses jeunes et préparer l'avenir du pays.

L'AFD intervient aussi dans le secteur de la formation professionnelle par l'octroi de prêts bonifiés, et ce secteur de coopération a été fortement renforcé dans le cadre du partenariat de Deauville.

Une annexe au présent rapport détaille les interventions de l'AFD dans le domaine de la formation professionnelle depuis la fin des années 1990. En cherchant à impliquer systématiquement les professionnelles, l'AFD a engagé une démarche pilote, qui a ensuite servi de référence pour des actions dans d'autres pays, comme le Vietnam.