Allez au contenu, Allez à la navigation

 


Retour Sommaire Suite

Joël PERON

Résumé : L'idée selon laquelle on va transformer les enseignants en concepteurs et créateurs d'outils multimedia est d'une dangerosité extrême: elle va coûter une fortune et créer de nombreuses déceptions; la démarche à adopter est en fait la suivante: il faut tout d'abord trouver une source certaine et de haut niveau en termes de création multimedia; puis, il faut créer une équipe spécialisée et professionnelle pour mettre en place un outil multimedia à partir de cette source. L'intérêt du multimedia pour l'école est qu'il permet de répondre à une demande de parcours personnalisés de formation de plus en plus fortes émanant tant des parents, des entreprises que de la nation.

1. L'Education: j'ai eu plusieurs expériencescertaines ont échoué, d'autres marchent:

Les échecs: l'idée selon laquelle on va transformer les enseignants en concepteurs et créateurs d'outils multimedia est dangereuse : elle va coûter cher, créer beaucoup de déceptions, car on n'obtiendra pas de produits unifiés. C'est une idée perverse; or, elle est populaire partout dans le monde. J'en ai fait l'expérience. La région Picardie a financé pendant 7 ans à raison de 4 millions de francs par an des professeurs de langue pour qu'ils créent des outils multimedia: il n'y a pas eu l'ombre d'une esquisse d'un CD-ROM qui fonctionnait dans un quelconque IUFM; rien : les crédits ont servi à financer des heures supplémentaires !

La démarche à adopter est en fait la suivante: il faut tout d'abord trouver une source certaine et de haut niveau en termes de création multimedia; puis, il faut créer une équipe spécialisée et professionnelle pour mettre en place un outil multimedia à partir de cette source; nous avons créé une société installée à Amiens qui met en vente des produits professionnels, c'est-à-dire que n'importe qui peut utiliser; l'ensemble des livres du programme a été numérisé; cette numérisation est accompagnée d'une autre conception pédagogique: nous n'avons plus un découpage par chapitre, mais un découpage par notion. Tout ce système couvre nos 17 disciplines, depuis la gestion de production, le marketing, le commercial, la vente, la comptabilité, la finance, la stratégie, la publicité, etc...; chaque notion supporte au moins une animation vocale, plus des graphiques, et chaque sous-module a une ou deux animations vocales: le graphique se compose devant vous, en couleurs, avec un commentaire sonore et un résumé de ce commentaire sonore; ce qui a un impact pédagogique très fort; les tests que nous faisons aujourd'hui montrent qu'un élève qui travaille un quart d'heure sur un ordinateur dispose du même volume de savoir qu'une heure de cours, et les notes qu'il obtient sont deux à trois fois supérieures. Dès que nous avons mis en place ce procédé, nous avons été contactés, sans rien faire, par des pays étrangers et des écoles étrangères voulant avoir ce système là; nous avons ainsi été amenés à créer une école au Maroc, une autre en Côte d'Ivoire, au Sénégal, en Tunisie, au Vietnam, en Roumanie; et il y a des demandes sur Madagascar, le Brésil...

2. Educapole: c'est un pôle éducatif qui a pris corps au travers d'un contrat de plan Etat-Région; il s'agit de sensibiliser les professeurs au multimedia, de faire leur formation continue. Le Conseil Régional a équipé des établissements avec le multimedia; nous avons rencontré des difficultés au niveau des contenus: le rectorat veut que les seuls contenus qui soient envoyés vers les établissements soient ceux qui sont émis par le CRDP; la volonté des politiques - dont je suis - était contraire: nous voulions renouveler une opération faite avec Vuibert et associer les collectivités au financement de réalisations mulitmedia; cependant, les éditeurs ont peur à la fois parce qu'il n'y a pas de marché et parce qu'il n'y a pas de lieu d'expérimentation; selon moi, il fallait aller vers la création de contenus, exigence plus grande que celle des contenants et des terminaux;

3. L'école et le multimedia doivent répondre à trois demandes:

La première est celle de l'enfant et des parents, c'est-à-dire "comment vais-je, à mon tour, être un homme, comprendre le monde, comprendre qui je suis, qui sont les autres,... et tenter de me faire une idée de la place que je voudrais tenir et du destin que je voudrais avoir;

La deuxième demande, c'est l'entreprise, avec les exigences posées par le monde du travail;

La troisième demande est celle de la nation: il y a une demande nationale qui n'ose pas s'exprimer pour toutes sortes de raisons; c'est-à-dire qu'on a complètement échoué puisqu'on a fait une école laïque, unique et obligatoire pour défendre l'idée national, et que ce système a complètement échoué;

Ces trois demandes vont être très fortes à l'avenir, et elles se manifestent déjà en termes de formation continue; les parents d'élèves commencent d'ailleurs à "jouer la demande", il commence à y avoir une concurrence entre établissements; certains se vident...

4. L'intérêt du multimedia pour l'école:

A la différence de l'enseignant, l'ordinateur ne juge pas; il n'y a donc pas de discrimination comme cela arrive régulièrement à l'école: l'élève prend son temps devant l'ordinateur, il prend confiance en lui; il comprend qu'en travaillant il ne peut pas être "nul";

L'ordinateur est un singulier scanner pédagogique: on peut suivre pas à pas la démarche d'un imprudent dans son acte d'apprendre: ou va-t-il chercher l'information, comment la travaille-t-il,...

Retour Sommaire Suite