Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Enseignement scolaire

 

4. L'introduction de l'alternance au collège

L'objectif de conduire les élèves non à un « niveau de qualification », mais à un vrai diplôme, implique la mise en place de dispositifs de diversification des parcours dès la classe de 4ème. De nombreux collèges expérimentent déjà cette possibilité, l'idée directrice de ces dispositifs étant de remotiver les élèves en difficulté scolaire en leur offrant la faculté de découvrir le monde du travail et d'élaborer progressivement, à la lumière des champs professionnels qu'ils auront ainsi observés, leur propre choix d'orientation. Le retour vers l'enseignement général n'est du reste pas exclu si l'expérience réalisée en milieu professionnel leur a redonné le goût des études.

L'organisation des dispositifs de diversification au collège se fonde sur un principe d'alternance entre les disciplines d'enseignement général et la découverte des métiers. Certains collèges ont même mis en place une « double alternance » : l'enseignement général, dispensé par exemple le matin, alterne avec le travail en atelier et les stages en entreprise effectués l'après-midi.

a) L'alternance au niveau de la classe de quatrième

Elle consiste en une sensibilisation à l'environnement économique et professionnel et offre à l'élève l'occasion de tester ses goûts et aptitudes. Cette sensibilisation peut se faire dans le cadre existant de la quatrième « d'aide et de soutien » qui peut être proposée à des élèves qui ont des lacunes majeures dans les apprentissages fondamentaux, dans le but de leur permettre de s'inscrire -ou de se réinscrire- dans un projet de formation et de s'approprier -ou de se réapproprier- les savoirs et savoir-faire nécessaires pour pouvoir y réussir.

La plupart des collèges qui ont diversifié ces dernières années les parcours en classe de 4ème se sont référés à ce modèle. D'autres, ont expérimenté des modes d'organisation plus individualisés en personnalisant véritablement les parcours de certains élèves. Il s'agit alors de « parcours à la carte », pour des élèves demeurant des collégiens inscrits dans leur établissement mais bénéficiant d'un accompagnement personnalisé, parfois dans le cadre d'un contrat de courte durée.

b) Les classes de troisième à projet professionnel

Ces classes sont actuellement en cours d'expérimentation selon une appellation qui varie selon les académies et sont des dispositifs permettant à des élèves, au terme du cycle central, d'effectuer tout ou partie de leur classe de 3ème en lycée professionnel. L'objectif est d'aider ces élèves, qui n'envisagent pas a priori de poursuivre des études longues, à construire un projet professionnel et donc à préparer les choix d'orientation ultérieurs.

Cette expérimentation sera poursuivie en 2002-2003 sur la base d'une convention entre les collèges et les lycées professionnels concernés, défini à partir d'un cahier des charges académique pour l'élaboration d'un projet pédagogique associant les deux types d'établissements. Le projet pédagogique, qui constitue l'élément essentiel de ces classes, inscrit l'ensemble des enseignements en référence aux objectifs terminaux du collège : il comporte un volet consacré à la découverte du monde professionnel, l'objectif recherché étant de mettre l'élève en contact avec des métiers relevant de plusieurs champs professionnels, secondaires et tertiaires, afin de lui permettre d'affiner progressivement son projet d'orientation.

Il convient à cet égard de distinguer le dispositif de la classe de « troisième à projet professionnel » des classes de troisième d'insertion qui ont pour objectif d'aider des élèves en grande difficulté à construire un projet personnel et professionnel et à entamer, après le collège, une formation, sous statut scolaire ou sous contrat de travail, en vue d'accéder à une qualification de niveau V.

En réponse au questionnaire de votre rapporteur, le ministère a estimé à 10 % de la population collégienne le nombre d'élèves susceptibles de bénéficier de ces actions de pré professionnalisation.