Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Pêche

21 novembre 2002 : Budget 2003 - Technologies de l'information et Poste ( avis - première lecture )

 

CHAPITRE IER -

UN SECTEUR CONVALESCENT

I. LE MARCHÉ FRANÇAIS DES PRODUITS DE LA PÊCHE ET DE L'AQUACULTURE PROGRESSE, MAIS LE DÉFICIT EXTÉRIEUR SE CREUSE

A. LES DÉBARQUEMENTS DE PÊCHE FRAÎCHE DANS LES CRIÉES FRANÇAISES SE STABILISENT EN VOLUME MAIS PROGRESSENT ENCORE EN VALEUR EN 2001

En 2001, le tonnage de pêche fraîche débarquée dans les criées françaises a augmenté de 1 % -autour de 300.000 tonnes- comme en 2000 (source RIC2(*)). Cette quasi-stabilité recouvre des disparités selon les espèces : ainsi, les débarquements de rouget-barbet, de seiche, de lieu noir, de grenadier, de calmar et de sole ont baissé. Il est d'ailleurs remarquable que, l'an passé, ce soient quasiment ces mêmes espèces pour lesquelles avait pu être observée, à l'inverse, une augmentation des quantités débarquées3(*). Cela atteste bien de la difficulté qu'il y a à prévoir l'évolution des stocks de poissons selon les espèces, la tendance d'une année étant contredite l'année d'après.

Le prix moyen à la première vente a continué à progresser au rythme annuel de + 3 %, comme sur les trois dernières années. Cette évolution s'inscrit dans la tendance des cinq dernières années, caractérisée par une stabilité des débarquements et une augmentation du prix moyen à la première mise en vente, qui s'élève à 8 % en euros constants depuis 1996.

En 2001, la hausse du prix moyen, conjugué à la légère hausse des quantités débarquées, a accru la valeur des ventes en criées de 4 %, soit autant qu'en 2000. Parmi les espèces les plus vendues, seul l'anchois voit son prix baisser par rapport à l'an dernier (-16 %).

Les retraits sont en légère baisse, le taux moyen de retrait passant de 3,1 % à 2,9 %. Cette baisse est obtenue en dépit de la forte augmentation du retrait de l'anchois, passé à 7,3 %, et du taux encore élevé de retrait de la sardine.

RÉPARTITION DES VENTES ENTRE CRIÉES ENTRE 1996 ET 2001

 

1996

1997

1998

1999

2000

2001

Quantités débarquées (tonnes)

248 909

294 597

303 826

292 524

294 655

297 810

Retraits (tonnes)

10 042

10 697

7 562

10 248

9 153

8 651

Quantités vendues (tonnes)

274 867

283 900

296 264

282 276

285 512

289 160

Valeur des ventes (millions d'euros)

585

626

662

647

675

704

Prix moyen (euros/kg)

2,13

2,21

2,23

2,29

2,37

2,43

Source : RIC

Pour l'ensemble des poissons, on constate une stabilité des apports et une hausse du prix de l'ordre de 2%. Après une baisse en 2000, les volumes de coquillages débarqués sont en forte hausse de 20 %, tandis que leur prix moyen ne recule que de 4 %. Au contraire, les quantités mises en vente de céphalopodes sont en retrait de 21 %, ce qui entraîne une hausse équivalente de leur prix. En ce qui concerne les crustacés, les quantités mises en vente sont en hausse de 5 %, et leur prix a augmenté de 3 %.

RÉPARTITION DES VENTES EN CRIÉES EN 2001

 

Quantité (tonnes)

Valeur (Millions d'euros)

Prix moyen (euros/kg)

Poissons

231 965

533

2,30

Crustacés

10 502

64

6,14

Coquillages

28 667

64

1,90

Céphalopodes

18 287

51

2,80

Source : RIC

* 2 RIC : réseau inter-criées de collecte des données de vente de la pêche fraîche débarquée dans les ports français. Ce réseau est géré par l'OFIMER.

* 3 En 2000, une augmentation des quantités débarquées avait été observée pour le rouget barbet (+46 %), la seiche (+22 %), le grenadier (+19 %), l'anchois (+18 %), le merlu (+17 %), la sole (+12 %), le bulot (+8 %) et le lieu noir (+11 %).