Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Pêche

21 novembre 2002 : Budget 2003 - Ville ( avis - première lecture )

 

D. DES PERSPECTIVES INCERTAINES

La situation d'un certain nombre de stocks halieutiques, en particulier les stocks de poissons ronds démersaux (tels que le merlu ou le cabillaud), est assez dégradée, ce qui a amené la Commission européenne et les Etats membres à décider, ces derniers mois, des réductions fortes des quotas de pêche pour plusieurs espèces et, pour certaines d'entre elles, la mise en place de plans de restauration de la ressource comprenant des mesures restreignant significativement l'activité de pêche.

Sans doute, ce type de mesures sera-t-il encore poursuivi. Par ailleurs, de plus en plus d'espèces, dont le volume de captures n'était pas limité jusqu'à présent, feront certainement l'objet à l'avenir d'un encadrement par des quotas de pêche.

Aussi, même si les difficultés rencontrées sur certains stocks ne doivent pas être généralisées et si plusieurs espèces sont encore présentes en grande quantité, il ne faut pas s'attendre, hors pêche au thon tropical, à une augmentation significative des quantités pêchées. Elles devraient être plutôt stables.

Cette situation vaut pour la France comme pour les autres pays de l'Union européenne. Au niveau mondial, la tendance n'est également pas à la hausse des quantités pêchées.

Cette limitation des quantités débarquées en France et dans l'Union européenne, alliée à la poursuite prévisible de l'augmentation du niveau de consommation des produits de la mer, devrait, sauf accident, favoriser au minimum la stabilité des cours, voire la poursuite de la tendance à la hausse observée depuis quelques années (mais les prix ont déjà atteint des niveaux très élevés). Elle devrait également favoriser des taux de retraits bas. Le chiffre d'affaires devrait dont être stable ou en légère hausse.