Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Industrie

 

C. LE SECTEUR DE LA MÉCANIQUE

1. Les éléments de conjoncture

Après une conjoncture porteuse en 2000 (+8 %), l'année 2001 s'est traduite par une légère croissance des facturations (+1,6 % en valeur), et les exportations ont progressé d'environ 3 %. Après un certain essoufflement, perceptible dès le courant du premier semestre 2001, l'activité s'est fortement contractée au cours du dernier trimestre, en particulier les exportations, jusque là bien orientées (6 % sur les trois premiers trimestres).

Surtout, l'activité a reculé au cours de l'année 2002 (-2 %) et ne devrait pas rebondir au cours de l'année 2003, une stabilité étant attendue au mieux. En effet, l'activité du secteur de la mécanique, traditionnellement très cyclique, souffre de la forte baisse des investissements industriels au premier trimestre 2002. En outre, la moindre croissance du chiffre d'affaires en 2001 a entraîné une baisse de la valeur ajoutée de l'ordre de 2,4 %, ce qui l'a portée à 29,4 % contre 30,4 % en 2001. Compte tenu d'une hausse des frais de personnel de 2,5 %, la rentabilité nette des entreprises du secteur s'est effondrée.

2. La présentation du secteur

a) Un poids important dans l'industrie française

La mécanique regroupe trois branches industrielles, les biens d'équipement mécanique, les services industriels du travail des métaux et les produits métalliques.

De nombreuses entreprises cohabitent donc dans cet ensemble et assurent des activités assez diverses, comme le développement de produits propres ou la sous-traitance, concentrées sur le marché national ou régional.

L'industrie mécanique occupe une place importante au sein de l'industrie française. En 2001, elle rassemblait 6.970 entreprises (de 20 personnes et plus), réalisant un chiffre d'affaires cumulé de 85,8 Md€ et employant 571.593 personnes. Elle représente environ 16,5 % de la valeur ajoutée de l'ensemble de l'industrie manufacturière. Ces résultats donnent à la mécanique française le cinquième rang mondial, loin derrière les Etats-Unis, le Japon et l'Allemagne, mais aussi derrière l'Italie.

b) Un tissu composé de PMI

Le secteur de la mécanique est avant tout un monde de PMI. En effet, les deux-tiers des entreprises mécaniciennes comptent moins de 50 salariés et un tiers du total des PMI est dans le secteur de la mécanique. Ce secteur a un caractère structurant pour l'industrie française. En effet, l'industrie mécanique est étroitement liée à la quasi-totalité du tissu industriel car elle est un client important de l'industrie, notamment de la sidérurgie et de la construction électrique et de l'électronique.

Votre rapporteur constate que ce secteur ne pourrait qu'être fragilisé par les mesures américaines sur la sidérurgie et il restera attentif à l'évolution de ce dossier.