Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

2. ...des résultats qui évoluent peu depuis le milieu des années 90

S'agissant du premier degré, l'évaluation de la maîtrise du langage et de la langue française en fin d'école primaire a montré que 15 % des élèves sont en difficulté, 3 % étant en grande difficulté2(*).

De même l'évaluation des compétences générales en fin de collège a indiqué que 15 % des élèves n'ont qu'une maîtrise réduite de ces compétences et 2 % sont en grande difficulté3(*).

L'évaluation des compétences en compréhension de l'écrit lors de la journée d'appel de la préparation de la défense (JAPD) en 2003 a fait apparaître que 10 % de l'ensemble des jeunes évalués connaissait des difficultés réelles de compréhension4(*).

En outre depuis le milieu des années 90, on peut noter une stagnation du taux d'accès au niveau du baccalauréat, qui s'est stabilisé autour de 69,3 %, ainsi que du taux d'obtention du baccalauréat, qui est de l'ordre de 63 % pour l'ensemble d'une classe d'âge.

Enfin, les jeunes sortant du système scolaire sans qualification, forment un noyau dur que le système ne parvient pas, pour l'instant, à réduire.

3. Des comparaisons internationales tout juste passables

Le rapport de l'OCDE concernant les résultats de l'enquête PISA (programme international de suivi des acquis) 2003 a également mis en évidence les performances moyennes de la France.

Cette étude périodique s'efforce d'évaluer les acquis des jeunes de 15 ans dans plusieurs domaines. Plus de 250.000 élèves de 41 pays ont pris part à la dernière enquête.

La France s'est placée au 16e rang pour les mathématiques, au 17e rang pour la lecture, au 13e rang pour les sciences, au 10e rang pour la capacité de résoudre des problèmes.

En outre, l'étude PISA 2003 a montré une augmentation du nombre d'élèves en difficulté par rapport à 2000, la proportion passant de 4,2 % en 2000 à 6,3 % en 2003.

Les comparaisons dans le domaine des langues ne sont pas davantage satisfaisantes.

Une étude5(*) conduite en 2002 dans sept pays européens selon un protocole d'évaluation utilisé en 1996 par trois pays, dont la France, a mis en évidence un net retard des élèves français dans la maîtrise de l'anglais.

Performances moyennes en 2002 par pays

 

Compréhension de l'oral

Compétence linguistique

Compréhension de l'écrit

Production écrite

Moyenne

E. type

Moyenne

E. type

Moyenne

E. type

Moyenne

E. type

Danemark

64,8

20,1

54

22,1

78,3

26,3

46,2

29,3

Finlande

59,7

24,5

67,6

20,6

80,3

23,1

47,7

29,5

France

30,6

20,4

48,0

21,4

56,8

21,9

14,6

17,8

Pays bas

61,6

21,4

65,0

22,0

77,5

21,5

46,0

25,8

Norvège

73,3

19,6

66,4

20,4

82,0

26,8

56,3

29,7

Espagne

38,3

23,1

58,8

23,3

63,6

21,7

23,4

25,5

Suède

72,2

19,7

64,2

20,4

85,9

22,3

55,4

28,0

Source : note « Evaluation », ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, mars 2004

Par ailleurs, la France ayant participé à l'étude de 1996, il a été possible d'étudier l'évolution entre 1996 et 2002 et de constater que les résultats des élèves français s'étaient dégradés.

Performances moyennes des élèves français en 1996 et 2002

 

Performances moyennes

1996 (1)

2002 (2)

Compétences de l'écrit

62

59

Compétences linguistiques

50

50

Compréhension de l'oral

41

34

Production écrite

22

15

(1) Echantillon de 1.394 élèves.

(2) Echantillon de 1.126 élèves.

Note de lecture : les résultats présentés pour 2002 sont différents de ceux qui apparaissent dans le tableau relatif aux performances moyennes car certains items du protocole de 1996 n'ont pas été repris dans le protocole de 2002 pour des raisons techniques.

Source : ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

* 2 Cf. note Evaluation du ministère de l'éducation nationale n° 04.10, octobre 2004.

* 3 Cf. note Evaluation du ministère de l'éducation nationale n° 04.09, octobre 2004.

* 4 Cf. note Evaluation du ministère de l'éducation nationale n° 04.07, mai 2004.

* 5 Etude conduite par le Réseau européen des responsables des politiques d'évaluation des systèmes éducatifs.

    retour sommaire suite