Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2007 : Enseignement scolaire

 

2. Développer les études encadrées dans les établissements

a) Une possibilité ouverte par le renforcement des effectifs d'assistants pédagogiques

Le décret n° 2005-1194 du 22 septembre 2005 a complété le décret du 6 juin 2003 relatif aux assistants d'éducation46(*), pour ajouter, au nombre de leurs fonctions, celle d'appui aux personnels enseignants pour le soutien et l'accompagnement pédagogique des élèves.

Recrutés par les EPLE, les candidats aux fonctions d'« assistant pédagogique » sont choisis en priorité parmi les étudiants se destinant aux carrières de l'enseignement, et justifiant d'un diplôme de niveau bac + 2. Cette première expérience doit ainsi servir de tremplin professionnel pour ces jeunes, notamment pour les aider à préparer les concours.

1 500 assistants pédagogiques ont été recrutés à la rentrée 2005, sur des contrats à mi-temps (soit 750 ETP), pour apporter un soutien aux lycéens (aide au travail personnel, soutien scolaire, études accompagnées...), dans 361 établissements défavorisés (dont 70 lycées situés dans l'académie de Lille, 43 dans l'académie de Créteil, 27 dans celle de Versailles, 25 dans celle de Rouen, 21 dans celles d'Aix-Marseille et de La Réunion...). 1 324 assistants pédagogiques étaient en poste en mars-avril 2006.

En outre, dans le cadre du plan de relance de l'éducation prioritaire, le projet de loi de finances pour 2006 a prévu que 3 000 assistants pédagogiques supplémentaires47(*) viendraient, avec 1 000 enseignants « chevronnés », renforcer les équipes éducatives, à compter de la rentrée 2006, dans les collèges et les écoles des 249 réseaux « ambition réussite ». Selon les informations transmises à votre rapporteur, ils permettront notamment d'assurer des études encadrées quatre soirs par semaine.

Dans un premier bilan publié en avril dernier48(*), les inspections générales de l'éducation nationale ont souligné les difficultés des assistants pédagogiques à se situer, par rapport aux élèves et aux enseignants, ces derniers exprimant, pour certains, des réticences voire de la défiance à leur égard : « le rôle de l'assistant pédagogique se dessine par tâtonnements. (...) Les fonctions sont variables entre « grands frère ou grande soeur » et véritable assistant» Aussi, leur proposer une formation adaptée, au moment de la prise de fonction, permettrait de clarifier cette répartition des rôles.

* 46 La loi n° 2003-400 du 30 avril 2003 a créé le statut d'assistant d'éducation, destinés à se substituer aux maitres d'internats et surveillants d'externats (MI-SE), ainsi qu'aux aides éducateurs recrutés sur la base de contrats emplois-jeunes ; ils sont chargés des fonctions de surveillance et d'encadrement des élèves, d'aide à l'accueil des élèves handicapés, d'aide à l'utilisation des nouvelles technologies et peuvent participer à toute activité éducative, sociale, culturelle ou sportive, y compris en dehors du temps scolaire.

* 47 Soit 1 500 ETP, pour un coût de 16,8 millions d'euros, dont 661,5 ETP dans 4 académies (La Réunion - 184,5, Aix-Marseille - 181,5, Lille - 169,5, Créteil - 126), 90 dans l'académie de Guyane, 75 dans celle d'Amiens, 73,5 dans celle de Versailles, etc.

* 48 « La mise en place des assistants pédagogiques », MM. Dominique Rojat, inspecteur général de l'éducation nationale et Marc Buissart, inspecteur général de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche, avril 2006.