Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2010 : Action extérieure de l'État : rayonnement culturel et scientifique

 

IV. L'AVENIR EN SUSPENS DE L'AGENCE POUR L'ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L'ÉTRANGER (AEFE)

A. LE RÉSEAU DE L'AEFE VICTIME DE SON SUCCÈS

Premier établissement scolaire mondial à l'étranger, avec 253 000 élèves, dont 60 % d'élèves étrangers, le réseau des établissements d'enseignement français à l'étranger joue un rôle essentiel pour notre présence, notre influence et notre rayonnement dans le monde.

Ce réseau poursuit quatre objectifs :

- permettre aux enfants français dont les familles résident à l'étranger d'accéder à l'enseignement de la République ;

- contribuer à notre politique d'influence, de rayonnement de la langue et de la culture françaises ;

- renforcer les relations de coopération entre les systèmes éducatifs français et étranger ;

- privilégier l'ouverture à la langue et à la culture d'accueil.

Comme le mentionne la lettre de mission adressée par le Président de la République au ministre des Affaires étrangères et européennes : « Nos établissements scolaires à travers le monde, animés par l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE), constituent un atout irremplaçable pour notre pays, pour nos entreprises, pour nos communautés vivant à l'étranger, mais aussi pour la formation en français des élites étrangères. »

1. Des statuts variés

Créée en 1990, l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) est un établissement public administratif placé sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et européennes.

L'AEFE est un élément central dans le dispositif d'enseignement français à l'étranger. Ce dispositif, présent dans 135 pays, compte 461 établissements répartis en trois catégories distinctes (homologués, conventionnés et en gestion directe). Pour faire partie de ce réseau, un établissement doit avoir demandé et obtenu une homologation de la part du ministère de l'Education nationale.

Les 77 établissements en gestion directe (EGD) sont des services déconcentrés de l'AEFE.

Les 166 établissements conventionnés sont gérés par des associations de droit privé français ou étranger ayant passé avec l'AEFE un accord qui porte notamment sur les conditions d'affectation et de rémunération des agents titulaires et sur l'attribution de subventions.

Le financement de l'AEFE pour ces deux catégories d'établissements provient, d'une part, de la dotation de l'Etat et, d'autre part, des droits de scolarité acquittés par les familles.

Les 218 établissements hors réseau ou simplement homologués n'ayant pas passé de convention avec l'agence ne bénéficient pas d'aide directe, ni de personnels détachés. Ils sont néanmoins, lorsqu'ils le souhaitent, associés aux actions de formation continue organisées par l'agence et ils bénéficient du conseil pédagogique des inspecteurs de l'Éducation nationale détachés à l'étranger.

Typologie des établissements de l'AEFE

Année scolaire 2008-2009

Conventionnés

EGD

Afrique

53

43

Amérique latine

28

1

Asie

39

7

Canada

5

0

Etats-Unis

2

0

Europe

37

26

Océanie

2

0

Source : AEFE

2. Les entrées et sorties du réseau

En ce qui concerne les entrées dans le réseau AEFE, les établissements de l'Europe centrale et orientale connaissent depuis quelques années un développement continu.

De même, les établissements d'enseignement français en Asie se développent rapidement avec notamment une croissance continue de leurs effectifs. Le conventionnement de la partie déjà homologuée du collège et du lycée de Shanghai s'inscrit dans cet effort de l'agence pour accompagner et soutenir ce développement. L'entrée dans le réseau de l'école française de Bali, qui a conclu un accord de partenariat avec l'AEFE le 1er janvier 2009, témoigne également du dynamisme de cette zone.

Le Centre d'appui à la réouverture des établissements d'enseignement français en Côte d'Ivoire a été créé en juillet 2008, afin d'appuyer notamment la réouverture du lycée français Blaise Pascal d'Abidjan à la rentrée 2008. Ce dernier a accueilli 950 élèves à la rentrée 2008 et 1 200 élèves à la rentrée 2009.

Un accord de partenariat a été signé avec le Collège lycée franco-israélien Mikve Israël de Tel-Aviv le 1er septembre 2008.

Un accord de partenariat a été signé avec le lycée Théodore Monod à Abou Dhabi le 1er septembre 2008.

L'établissement « Interkulturelle Schule » à Brême a été homologué en 2009 : un accord de partenariat sera signé le 16 septembre 2009 par la directrice de l'AEFE.

Entrées dans le réseau AEFE

entre 2003 et 2008

Ecole française

Bratislava

Slovaquie

Ecole française

Saint-Pétersbourg

Russie

Ecole française

Zagreb

Croatie

Ecole française

Vilnius

Lituanie

Ecole française

Tachkent

Ouzbékistan

Ecole française

Shanghai

Chine

Centre d'appui à la réouverture des établissements d'enseignement français en Côte d'Ivoire

Abidjan

Côte d'Ivoire

Collège lycée franco-israélien Mikve Israël

Tel-Aviv

Israël

Lycée Théodore Monod

Abu Dhabi

Emirats Arabes Unis

Ecole française

Bali

Indonésie

Interkulturelle Schule

Brême

Allemagne

Les Sorties du réseau AEFE

Entre 2004 et 2008

Ecole française du collège Jean-Mermoz

Abidjan

Côte d'Ivoire

Cours Sévigné

Abidjan

Côte d'Ivoire

Lycée Blaise-Pascal

Abidjan

Côte d'Ivoire

Ecole L'Eau-Vive IV

Abidjan

Côte d'Ivoire

Groupe scolaire Jacques-Prévert

Abidjan

Côte d'Ivoire

Ecole française Les Hibiscus

San Pedro

Côte d'Ivoire

Ecole Antoine de Saint-Exupéry

Yamoussoukro

Côte d'Ivoire

Ecole française

Denver

Etats-Unis

Ecole française

Gand

Belgique

Ecole « Les Boukarous »

Maroua

Cameroun

Ecole « Les Tinguelins »

Garoua

Cameroun

Ecole Champollion

Alexandrie

Egypte

Ecole française

Florence

Italie

Ecole française

Al Khobar

Arabie Saoudite

Ecole française

Thessalonique

Grèce

Annexe de l'école française Arthur Rimbaud

Limassol

Chypre

Collège français

Palma de Majorque

Espagne

Ecole française

Manama

Bahreïn

Ecole française

Taipei

Taïwan 

CEFA

Kaboul

Afghanistan

Lycée français

Djeddah

Arabie saoudite

Ecole française

Tachkent

Ouzbékistan

Ecole Marie Curie

Tunis

Tunisie

En Côte d'Ivoire, les 7 établissements conventionnés avec l'AEFE scolarisaient, à la rentrée 2004, 3950 élèves. Pendant les évènements, le lycée Blaise Pascal, le collège Jean Mermoz, l'école Jacques Prévert d'Abidjan ont été presque entièrement détruits. L'école Eau Vive Zone 4 d'Abidjan, qui avait rouvert à la rentrée 2004, et l'école Les Hibiscus de San Pedro ont également été dévastées. Seuls le Cours Sévigné d'Abidjan et l'école Saint-Exupéry de Yamoussoukro ont été relativement épargnés. Les établissements conventionnés de Côte d'Ivoire se trouvaient donc, dans leur totalité, hors d'état de fonctionner depuis la fin de l'année 2004. Ils sont restés fermés jusqu'à la fin de l'année scolaire. Aucune date ne pouvant être avancée pour une reconstitution, même partielle et progressive, du dispositif, qui dépend d'une normalisation complète de la situation dans le pays, ils ont été retirés de la liste des établissements homologués publiée par le Ministère de l'Education nationale. En conséquence, l'année scolaire 2005-2006 a vu tous les établissements relevant de l'AEFE en Côte d'Ivoire fermés à la suite de destructions et d'exactions et de l'évacuation de la communauté française. Cette situation a été modifiée au cours de l'année 2008. Le lycée Blaise Pascal a été entièrement reconstruit et accueille des élèves depuis septembre 2008.

L'école française de Denver a été déconventionnée le 1er septembre 2005 en accord avec le Comité de gestion. Cet établissement reste homologué par le ministère de l'éducation nationale.

L'école française d'Alexandrie a été déconventionnée le 1er septembre 2006 dans le cadre d'un passage de relais à la Mission Laïque Française ; elle reste homologuée par le ministère de l'éducation nationale.

L'école "Les Boukarous" de Maroua et l'école "les Tinguelins " à Garoua au Cameroun ont été déconventionnées le 1er septembre 2007 en raison du faible nombre d'élèves, notamment français. Ces deux établissements restent homologués par le ministère de l'éducation nationale.

Les écoles françaises d'Al Khobar et de Florence ont été déconventionnées le 1er septembre 2007 dans le cadre d'un passage de relais à la Mission Laïque Française ; elles restent homologuées par le ministère de l'éducation nationale.

Concernant l'école française de Gand, les effectifs d'élèves extrêmement faibles (seulement 7 élèves) et en constante diminution ont amené l'agence à fermer cet établissement le 1er septembre 2007.

Le Collège français de Palma de Majorque, l'école française de Thessalonique et l'école française de Manama ont été déconventionnés le 1er septembre 2008 dans le cadre d'un passage de relais à la Mission Laïque Française. Ces établissements restent homologués par le ministère de l'éducation nationale.

L'école française de Sanaa au Yémen a été provisoirement fermée le 1er septembre 2008 pour des raisons de sécurité. Elle a rouvert à la rentrée 2009.

L'école française de Taipei a été déconventionnée le 1er septembre 2008. Un accord de partenariat avec l'AEFE a été conclu par cet établissement.

Le CEFA de Kaboul est géré par le ministère des Affaires étrangères et européennes à partir du 1er septembre 2008. Il n'y a plus d'élèves de nationalité française dans cet établissement.

L'annexe de l'école française Arthur Rimbaud de Limassol a été fermée le 1er septembre 2008 en raison du faible nombre d'élèves

Le lycée français Joseph Kessel et l'école Françoise Dolto à Djibouti ont fusionné pour devenir le lycée français de Djibouti le 1er septembre 2008.

L'école française d'Islamabad au Pakistan a été fermée en novembre 2008 pour des raisons de sécurité. Elle n'a pas encore été rouverte.

Le lycée français de Djeddah a été déconventionné le 1er septembre 2009 dans le cadre d'un passage de relais à la Mission Laïque Française. Il demeure homologué par le ministère de l'éducation nationale.

L'école française de Tachkent a été déconventionnée le 1er septembre 2009. Un accord de partenariat avec l'AEFE est actuellement à l'étude.

Enfin, les changements de statut d'établissements du réseau AEFE se présentent de la manière suivante :

Le lycée franco-japonais de Tokyo au Japon est passé de conventionné à EGD au 1er janvier 2006. Le lycée français de Pékin en Chine est également passé de conventionné à EGD au 1er janvier 2007. Le lycée français de Saint-Pétersbourg en Russie est passé du statut de conventionné à EGD au 1er janvier 2007. Le lycée français Charles de Gaulle d'Ankara en Turquie est passé du statut de conventionné à EGD au 1er janvier 2008. Le lycée français Alexandre Yersin de Hanoi au Vietnam est passé de conventionné à EGD au 1er janvier 2009.

Enfin, le lycée français au Koweit devrait être déconventionné à la rentrée 2010 dans le cadre d'un passage de relais à la Mission Laïque Française.

3. L'AEFE a connu ces dernières années une forte augmentation du nombre d'inscriptions, ce qui témoigne de son attractivité

Au cours de ces quinze dernières années, l'AEFE a connu une forte augmentation du nombre d'inscription d'élèves, de l'ordre de 10 %. Ainsi, au cours des deux dernières années, le nombre d'inscriptions a augmenté d'environ 5 000 élèves par an, soit une hausse de 3 %. Cette tendance s'est accentuée pour la rentrée 2008, avec plus de 6 900 inscriptions supplémentaires, dont 4 200 élèves français.

Le nombre d'élèves scolarisés dans les établissements en gestion directe ou conventionnés s'établissait, pour l'année 2008-2009, à 173 000, dont 91 000 élèves étrangers et 82 000 élèves français.

ÉVOLUTION DU NOMBRE D'ELEVES DANS LES ÉTABLISSEMENT EN GESTION DIRECTE ET CONVENTIONNÉS SELON LA NATIONALITÉ

   

2004-2005

2005-2006

2006-2007

2007-2008

2008-2009

           

Afrique

59 488

57 145

58 423

59 491

62 428

 

Français

28 255

27 421

28 498

29 369

30 935

 

Nationaux

23 092

22 151

22 266

22 366

23 482

 

Étrangers tiers

8 141

7 573

7 659

7 756

8 011

Amérique

29 210

29 444

30 146

30 900

31 462

 

Français

9 415

9 508

9 830

10 085

10 455

 

Nationaux

17 183

17 342

17 517

17 945

18 079

 

Étrangers tiers

2 612

2 594

2 799

2 870

2 928

Asie

 

28 345

29 693

31 007

32 443

35 539

 

Français

11 876

12 850

13 592

14 742

16 285

 

Nationaux

10 623

10 583

10 643

10 875

11 970

 

Étrangers tiers

5 846

6 260

6 772

6 826

7 284

Europe

41 306

42 904

44 189

45 138

44 163

 

Français

20 928

22 019

23 543

24 444

24 546

 

Nationaux

15 822

16 252

16 031

16 113

15 427

 

Étrangers tiers

4 556

4 633

4 615

4 581

4 190

Ensemble

158 349

159 186

163 765

167 972

173 592

 

Français

70 474

71 798

75 463

78 640

82 221

 

Nationaux

66 720

66 328

66 457

67 299

68 958

 

Étrangers tiers

21 155

21 060

21 845

22 033

22 413

Source AEFE

La part des élèves français est en augmentation, puisqu'elle est passée de 45 % en 2005, à 47 % en 2008, tandis que la part d'élèves étrangers diminue. En valeur absolue, néanmoins, le nombre d'élèves étrangers continue d'augmenter, sauf en Europe où il baisse (20 378 en 2004-2005 à 19 617 en 2008-2009). Ainsi, nos écoles tendraient à perdre leur caractère international en Europe plus qu'ailleurs du fait de l'afflux d'élèves français et du manque de places pour accueillir les étrangers. Le fait que les Français soient souvent plurinationaux compense un peu cette perte de diversité culturelle de la population scolaire. La politique de l'AEFE tend à contrer cette éviction des élèves étrangers nationaux et étrangers par l'afflux des élèves français. Mais cela suppose une politique immobilière très dynamique, donc des financements publics et privés pour agrandir les écoles existantes et en construire de nouvelles. Il faut aussi continuer à adapter l'offre pédagogique en langues vivantes aux attentes d'un public français et étranger qui veut que ses enfants aient une formation au minimum bilingue et si possible trilingue.

Le pourcentage de réussite au baccalauréat est excellent (94 %), soit dix points de plus qu'en France. La proportion de bacheliers ayant obtenu une mention est de 56 % et pour les mentions très bien de 10 %. Ces résultats illustrent l'excellence de l'enseignement dispensé dans le réseau scolaire français à l'étranger. Mais l'aide à apporter aux élèves en difficulté doit devenir une priorité.

Le nombre de personnels employés dans les établissements en gestion directe et conventionnés s'élève à environ 21 000, dont environ 1 200 expatriés, 5 100 résidents et 15 000 recrutés locaux. Les enseignants sont au nombre d'environ 15 000.

NOMBRE D'ENSEIGNANTS DANS LES ÉTABLISSEMENT EN GESTION DIRECTE ET CONVENTIONNÉS

 

Personnels

2004-2005

2005-2006

2006-2007

2007-2008

2008-2009

d'enseignement

 

 

 

 

 

Afrique

4 188

3 744

3 784

4 019

4 915

 

Enseignants expatriés

465

456

443

444

458

 

Enseignants résidents

1 945

1 929

1 940

1 953

1 968

 

Enseignants recrutés locaux

1 778

1 359

1 401

1 622

2 489

Amérique

2 499

2 233

2 348

2 435

2 986

 

Enseignants expatriés

184

180

173

176

173

 

Enseignants résidents

606

624

637

641

650

 

Enseignants recrutés
locaux

1 709

1 429

1 538

1 618

2 163

 

Asie

2 502

2 274

2 412

2 519

3 462

 

Enseignants expatriés

198

201

192

184

189

 

Enseignants résidents

574

588

599

642

713

 

Enseignants recrutés
locaux

1 730

1 485

1 621

1 693

2560

Europe

3 095

2 946

3 081

3 959

3 706

 

Enseignants expatriés

158

160

155

156

152

 

Enseignants résidents

1 685

1 735

1 764

1 770

1 753

 

Enseignants recrutés
locaux

1 252

1 051

1 162

2 033

1 801

Ensemble

12 284

11 197

11 625

12 933

15 069

 

Enseignants expatriés

1 005

997

963

960

972

 

Enseignants résidents

4 810

4 876

4 940

5 006

5 084

 

Enseignants recrutés
locaux

6 469

5 324

5 722

6 967

9 013

Il est important de préciser que sur le total de 972 personnels expatriés, seuls 600 enseignants du second degré exercent réellement des fonctions d'enseignement devant les élèves et 18 dans le premier degré. Les 354 autres personnels expatriés sont issus du corps des professeurs des écoles ou des professeurs certifiés, mais ils occupent des fonctions d'encadrement, de coordination et de direction (directeurs d'école, conseillers pédagogiques, CPE, inspecteur de l'éducation nationale en résidence, etc.)