Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2011 : Economie - Compte d'affectation spéciale : gestion et valorisation des ressources tirées de l'utilisation du spectre hertzien

18 novembre 2010 : Budget 2011 - Economie - Compte d'affectation spéciale : gestion et valorisation des ressources tirées de l'utilisation du spectre hertzien ( avis - première lecture )

TROISIÈME PARTIE - ACTUALITÉ DE L'ÉCONOMIE TOURISTIQUE

Compte tenu de l'importance du secteur touristique pour l'économie française, et en particulier pour l'équilibre de la balance des paiements, notre rapporteur pour avis27(*) a souhaité porter son attention sur le programme 223 « Tourisme », ainsi que sur l'actualité de l'économie touristique. Ce domaine de l'économie nationale a mieux résisté à la crise que l'on pouvait s'y attendre, mais se trouve dans une phase de mutation à travers laquelle les services de l'État doivent veiller à l'accompagner.

I. PRINCIPALES TENDANCES DE L'ÉCONOMIE TOURISTIQUE

A. LE TOURISME : UN SECTEUR MAJEUR DE L'ÉCONOMIE

Jusqu'à présent, la part du tourisme dans le produit intérieur brut de la France était mesuré par l'agrégat T2 du compte du tourisme, défini comme la totalité des dépenses sur le territoire métropolitain des touristes résidents et non-résidents, ainsi que des montants globaux des services rendus par des prestataires français (agences de voyages et compagnies de transport) aux touristes français se rendant à l'étranger.

Or, 2007 est la dernière année pour laquelle on dispose d'une évaluation du ratio T2 / PIB, qui s'établissait alors à 6,2 %. Une nouvelle série du compte du tourisme doit être rendue publique d'ici la fin de l'année 2010, qui devrait conduire à une nouvelle appréciation du poids du tourisme dans l'économie française. En effet, d'importants travaux de révision méthodologique et statistique du compte du tourisme ont été entrepris pour répondre aux nouvelles normes internationales adoptées en mars 2008 par la commission des statistiques des Nations Unies.

Néanmoins, quelques chiffres-clefs permettent de mesurer le poids du secteur touristique dans l'économie nationale :

76,8 millions d'entrées de touristes étrangers en 2009, après 79,2 millions en 2008, qui font de la France la première destination touristique mondiale, devant l'Espagne, l'Italie et les États-Unis ;

35,4 milliards d'euros de recettes touristiques en 2009, en baisse de 7,9 % par rapport à 2008, qui dégagent un solde touristique positif de 7,8 milliards d'euros, en baisse par rapport à 2008, où il s'établissait à 10,3 milliards. Le poste touristique demeure le poste positif le plus élevé de la balance des paiements ;

- 117,6 milliards d'euros consommés auprès des entreprises du secteur en 2007, dernière année connue ;

20,6 millions de lits touristiques au 31 décembre 2008 ;

209 766 entreprises en 2008 dans les activités caractéristiques du tourisme, qui emploient 844 113 salariés au 31 décembre 2009, en hausse de 0,78 % par rapport à 2008.

Première destination touristique mondiale, la France n'est que troisième en termes de recettes du tourisme international. Ce résultat s'explique, notamment, par le fait que de nombreux touristes passent peu de temps en France. La position géographique centrale de notre pays en Europe en fait un pays de transit pour les touristes qui vont séjourner dans l'un des pays limitrophes. Ainsi, un peu moins de la moitié des séjours des étrangers en France ne durent que de une à trois nuitées.


* 27 Mme Odette Terrade, sénatrice du Val-de-Marne.