Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2011 : Economie - Compte d'affectation spéciale : gestion et valorisation des ressources tirées de l'utilisation du spectre hertzien

18 novembre 2010 : Budget 2011 - Economie - Compte d'affectation spéciale : gestion et valorisation des ressources tirées de l'utilisation du spectre hertzien ( avis - première lecture )

B. LA FRÉQUENTATION TOURISTIQUE

1. Les déplacements des Français

Les voyages personnels des Français se sont globalement maintenus en 2009, malgré une baisse des nuitées de 2,9 % par rapport à 2008. Le taux de départ en 2009 s'élève globalement à 77,9 %, et à 67,5 % pour les voyages d'au moins quatre nuits. Le taux de départ à l'étranger ou outre-mer est de 23,9 %.

Les trois espaces de destination principaux demeurent, dans l'ordre et en ce qui concerne les nuitées, le bord de mer (36,2 %), la campagne (30,3 %) et la ville (19,2 %). Les régions qui reçoivent le plus de touristes français sont Rhône-Alpes (9,9 %) et les régions littorales : Provence-Alpes (8,2 %), Languedoc-Roussillon (5,9 %), Pays de la Loire (6,3 %), Bretagne (6,2 %) et Aquitaine (5,5 %). La région Île-de-France se distingue par un afflux massif de touristes (8,1 %), mais de courte durée (2,5 nuitées en moyenne).

La majorité des voyages à l'étranger se fait en Europe (72,2 % en 2009), et en particulier dans les pays voisins que sont l'Espagne et l'Italie. Le reste se répartit entre l'Afrique (15,2 %), l'Amérique (6,8 %) et l'Asie-Océanie (5,7 %). La durée moyenne des voyages à l'étranger est plus longue qu'en France métropolitaine : 8,9 nuits contre 4,8 nuits.

2. Les visiteurs étrangers en France

La France demeure la première destination touristique mondiale pour l'année 2009, malgré un recul de l'ordre de 3 % du nombre des arrivées de touristes non résidents, qui s'établit à 76,8 millions. Ce sont les clientèles en provenance d'Amérique qui ont le plus diminué, en raison de la crise économique et de la baisse du dollar par rapport à l'euro :

ARRIVÉES DE TOURISTES NON RÉSIDENTS

Source : enquête auprès des visiteurs étrangers.

Parmi les clientèles européennes, les évolutions sont très contrastées. Certaines baissent sensiblement, comme les Britanniques (- 10,2 %, avec 12,9 millions d'entrées), les Allemands (- 8,5 %, avec 11,3 millions d'entrées), les Italiens (- 11,9 %, avec 7,3 millions d'entrées) et les Espagnols (- 10,4 %, avec 5,8 millions d'entrées), tandis que les touristes en provenance du Benelux (+ 16 %, avec 18,1 millions d'entrées) et de Suisse (+ 7,4 %, avec 5,4 millions d'entrées) progressent.