Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Défense : équipement des forces

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Défense : équipement des forces ( avis - première lecture )

B. L'AVANCEMENT DES PROGRAMMES NUCLÉAIRES

1. Le programme de simulation

Le programme de simulation lancé en 1995 pour suppléer les enseignements des essais nucléaires, est constitué d'un ensemble cohérent d'investissements :

- L'augmentation des moyens de calcul de la direction des applications militaires du CEA est achevée dans le cadre du projet Tera. La machine Tera 100, dont la capacité de calcul est 200 fois supérieure à la première machine entrée en service en 2002 (Tera 1) et 20 fois supérieure à celle de Tera 10, entrée en service en 2006, a été livrée début 2010. Elle a été mise en service en 2011. Il est désormais envisagé la réalisation d'une nouvelle machine de classe pétaflopique4(*) en 2015 (puissance multipliée par 30 par rapport à TERA 100), puis d'une machine exaflopique 5(*) (puissance multipliée par 1 000 par rapport à TERA 100) à l'horizon 2020.

- La machine radiographique Airix (Accélérateur à Induction de Radiographie pour l'Imagerie X), destinée à l'étude du fonctionnement non nucléaire des armes. Airix est implanté sur le polygone d'expérimentation du CEA/DAM de Moronvilliers depuis dix ans. L'évolution des besoins de la simulation et de l'instruction des études de faisabilité démarrées en 2005 pour la seconde phase du programme AIRIX (obtention d'une capacité multiaxes et multiflashs, pour un coût de possession optimisé) ont conduit le CEA/DAM à décider de se doter d'un nouveau complexe expérimental de radiographie X sur son centre de Valduc, dénommé EPURE (Expérience de Physique Utilisant la Radiographie Eclair). Dans un souci de synergies d'activités et de réduction des coûts, il a été décidé de transférer à partir de 2012 sur le site de Valduc la machine AIRIX, et de fermer le polygone d'expérimentation de Moronvilliers à l'horizon de 2016. Le 2 novembre 2010, les chefs d'Etat et de gouvernement français et britannique ont signé un traité relatif à la réalisation d'installations radiographiques et hydrodynamiques communes dans le cadre d'un programme nommé « TEUTATES ». Ces installations concernent, d'une part l'installation EPURE et, d'autre part, un centre de développement technologique (TDC) au Royaume-Uni sur le site de l'Atomic Weapons Establishment (AWE) à Aldermaston. Le traité de Lancaster House prévoit que tous les coûts postérieurs à 2015 seront partagés entre la France et le Royaume-Uni.

- Le laser mégajoule, destiné à l'étude du domaine thermonucléaire, permettra de reproduire à très petite échelle les phénomènes thermonucléaires caractéristiques du fonctionnement d'une arme nucléaire. Le LMJ est dimensionné pour un nombre total de 240 faisceaux laser élémentaires regroupés en 60 quadruplets, pouvant délivrer une énergie totale de 1,8 mégajoules. L'échéance de sa mise en service a été repoussée de deux ans, de fin 2012 à fin 2014. Ce scénario s'appuie sur une configuration initiale du LMJ avec 22 chaînes en gardant ouverte la possibilité de compléter cette configuration, si besoin est, par huit chaînes supplémentaires.

2. La composante océanique

Avec l'admission au service actif du SNLE Le Terrible le 27 septembre 2010, la Force océanique stratégique a achevé sa transition. Elle se compose désormais de quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de nouvelle génération (SNLE-NG) dont le dernier est équipé du nouveau missile balistique M 51.

Le M 51 est un missile à tête multiple, de portée intercontinentale. Plus gros que son prédécesseur, le M 45, il dispose d'une capacité d'emport supérieure et adaptable, donc d'une meilleure portée.

L'adaptation des infrastructures de l'Ile Longue au M 51 a été achevée en 2010.

Deux grands chantiers restent ouverts pour la composante océanique.

D'une part, les trois premiers SNLE-NG feront l'objet de travaux d'adaptation pour recevoir le M 51.

D'autre part, la direction des applications militaires du CEA réalisera la nouvelle tête nucléaire océanique - TNO - destinée à équiper, à compter de 2015, le missile M 51.

Un troisième chantier, de moindre ampleur, a été lancé cette année. Il s'agit du programme TRANSOUM, qui consiste en la rénovation des stations d'émission radio existantes de la FOST. La réalisation doit débuter en 2012 pour une mise en service opérationnel en 2017. Le coût total du programme TRANSOUM est estimé entre 420 et 480 millions d'euros. Sont inscrits dans le projet de loi de finances pour 2012 152 millions d'autorisations d'engagement et 42 millions de crédits de paiement.

Les dotations relatives à la composante océanique, incluant la TNO, représenteront environ la moitié de l'ensemble des dépenses consacrées à la fonction « dissuasion » sur la période de programmation.

3. La composante aéroportée

A la suite de la décision, annoncée par le Président de la République le 21 mars 2008, de réduire d'un tiers de format de la composante aéroportée, les forces aériennes stratégiques ne comportent plus que deux escadrons.

Toutefois, la composante aéroportée bénéficie avec l'entrée en service du missile air-sol moyenne portée amélioré (ASMP/A) d'une capacité de frappe dont la valeur stratégique ira croissante au fur et à mesure que se déploieront des systèmes de défense anti-missile balistique6(*).

Le missile ASMP/A dispose d'une portée et d'une capacité de pénétration des défenses nettement supérieures à celles de l'ASMP. Il est équipé de la nouvelle tête nucléaire aéroportée (TNA), conçue à partir du concept de charge « robuste » et garantie par la simulation.

L'intégralité des vecteurs ASMP/A a été livrée entre 2009 et 2011. Le nombre de bases vocation nucléaire (Dépôts d'Armes à Munitions Spéciales - DAMS) ayant été réduit d'une unité, il a été possible de réduire en cohérence le volume de matériels d'environnements et de mise en oeuvre fournis par le programme ASMP/A).

L'ASMP/A est en service sur un escadron de Mirage 2000-N, portés au standard K3, depuis l'automne 2009 à Istres, et sur un escadron de Rafale à Saint-Dizier, depuis juillet 2010. L'escadron Mirage 2000-N sera remplacé par un escadron Rafale à l'horizon 2018.

Par ailleurs, une première capacité opérationnelle Rafale-ASMP/A est disponible sur le porte-avions depuis le début de l'année 2010. Suite au complément de qualification réalisé mi-2010, le porte-avions est pleinement opérationnel depuis décembre 2010.

Les avions ravitailleurs C135 font partie intégrante des forces aériennes stratégiques. Le report de l'acquisition d'une flotte MRTT (multi-role transport tanker) fragilise la disponibilité de la composante aéroportée. En outre, le décalage de l'acquisition d'une flotte de MRTT imposera une nouvelle phase de rénovation de l'avionique des C135 pour assurer leur navigabilité au-delà de 2015.


* 4 Un pétaflop est égal à un million de milliards d'opérations en virgule flottante par seconde.

* 5 Un exaflop est égal à un milliard de milliards d'opérations en virgule flottante par seconde.

* 6 Les missiles de croisière du type ASMP ne peuvent être interceptés par des systèmes de défense anti-missile balistiques.