Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Recherche et enseignement supérieur

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Recherche et enseignement supérieur ( avis - première lecture )

C. L'ÉTAT D'AVANCEMENT DU PLAN DE GOUVERNANCE NATIONALE

La prise de conscience de la nécessité de mieux coordonner et de mieux diffuser les savoirs s'est donc traduite en 2011 par des changements structurels importants. Ils visent à favoriser la synergie des différents acteurs, tant au niveau de la recherche que de la valorisation et de la diffusion.

Universcience est donc le chef de file de cette nouvelle gouvernance. Il a pour mission de coordonner le réseau national des acteurs de la culture scientifique. L'enjeu pour 2012 consiste à consolider cette structure fédérale et à la mettre en place au niveau territorial.

1. Un schéma de gouvernance constructif

Universcience doit, par conséquent, devenir un pôle national de référence pour tous les acteurs de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI).

En 2011, il a mis en place une concertation et élaboré un schéma de gouvernance, qui devrait être appliqué courant 2012.

Le schéma de principe prévoit de créer un Conseil national, à la tête d'un réseau de plateformes territoriales. Ces dernières seront progressivement mises en place, en lien étroit avec les collectivités et en prenant appui sur des pôles régionaux innovants.

Ces plateformes constitueront à terme une quinzaine de pôles scientifiques d'excellence, construits à partir de Centres de CSTI innovants capables d'être chefs de file puis de fédérer progressivement les acteurs de leur territoire. Le Conseil national sera ainsi tête de pont d'environ 480 établissements, associations et centres de recherche. Il coordonnera leur action au niveau national et favorisera les synergies à l'échelle interrégionale.

D'après Mme Claudie Haigneré, présidente d'Universcience : « Il s'agit de faire en sorte que la culture scientifique soit plus lisible, plus audible et plus cohérente, afin qu'elle s'inscrive véritablement dans les politiques territoriales. »

Ce réseau doit permettre aux acteurs de la CSTI, qui ne touchent que 10 millions de visiteurs par an (contre 3,6 à 3,8 millions pour le seul Universcience, rappelons-le), de développer leur potentiel de diffusion. Il favorise la mutualisation des moyens, notamment par des expositions itinérantes, des portails numériques communs et des coopérations scientifiques.

Universcience a d'ores et déjà entamé un travail de repérage et d'encouragement des bonnes pratiques. Il est en effet gestionnaire des crédits attribués aux Centres de CSTI (CCSTI) depuis 2011 dans le cadre des contrats de projets État-région, soit 3,6 millions d'euros transférés du programme 172 (MESR) au programme 186 (MCC) et inscrits au budget triennal 2011-2013. En partenariat avec le MESR et les délégations régionales à la recherche et à la technologie (DRRT), le traitement des dossiers a débuté en 2011.