Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Sport, jeunesse et vie associative

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Sport, jeunesse et vie associative ( avis - première lecture )
4. Les autres politiques en faveur de la jeunesse en voie de transformation

Les politiques en faveur de la jeunesse et de l'éducation populaire évoluent afin de prendre en compte la montée en puissance du service civique.

Ainsi, le programme « Envie d'agir », maintenu en 2011 via des redéploiements de crédits, est-il abondé à hauteur de 3 millions d'euros dans le PLF 2012, mais cette dotation pourra servir également directement des projets présentés à l'initiative des jeunes dans le cadre d'autres dispositifs partenariaux qui respectent les exigences de qualité du programme « Envie d'agir ».

Votre rapporteur considère que le maintien d'un réel effort budgétaire et l'assouplissement des mécanismes de financement sont des points positifs de ce présent budget. En revanche, il regrette très fortement que le ministère lui renvoie une réponse d'une page recto-verso sans aucun élément chiffré lorsqu'il demande dans son questionnaire budgétaire un bilan du dispositif.

De même, le regroupement de l'ensemble des actions qui étaient auparavant faites au niveau local en faveur de la jeunesse et de l'éducation populaire dans la catégorie des « politiques partenariales locales », avec une légère hausse des crédits afférents (12,9 millions d'euros dans le PLF 2012 contre 12,7 millions d'euros en LFI 2011) responsabilise les services déconcentrés et assouplit le soutien aux associations locales.

La disparition du volet animation du « programme animation sport » s'inscrit dans la continuité de la baisse régulière des crédits qui y étaient affectés et est liée au développement du service civique, qui constitue un excellent outil de découverte des métiers d'animateur ou d'éducateur. Votre rapporteur se félicite à cet égard des bons résultats en matière de diversité sociale du service civique avec une présence importante de jeunes engagés qui sont peu ou pas diplômés. Il souhaiterait cependant la création d'indicateurs complémentaires sur les origines géographiques (urbains/ruraux) ou sociales des engagés.

* *

*

La commission donne un avis défavorable à l'adoption des crédits de la mission « Sport, jeunesse et vie associative ».