Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2021 : Défense : Soutien de la politique de défense

19 novembre 2020 : Budget 2021 - Défense : Soutien de la politique de défense ( avis - première lecture )

C. UNE DÉMOGRAPHIE MILITAIRE À SURVEILLER

Le décalage progressif des bornes d'accès à une pension militaire à liquidation immédiate sans décote résultant des lois des 21 août 2003, 9 novembre 2010 et 20 janvier 2014 se sont traduits, à partir de la seconde moitié de la décennie 2000, par un recul progressif de l'âge de départ moyen des militaires, tant officiers que non-officiers, à rebours de l'impératif de jeunesse des forces armées :

Évolution de l'âge moyen des militaires accédant à une pension militaire de retraite
(non radiés pour infirmités) par catégorie de 2001 à 2016

 Source : DGFiP, Service des retraites de l'État, Recueil statistique 2016 (page 59), bases des pensions 2001 à 2016.

Sous un autre angle, en 2019, l'âge de départ en retraite pour motif de vieillesse s'est établi à 48,5 ans pour les militaires et à 62,1 ans pour les fonctionnaires civils. Mais, si l'on prend ensemble tous les retraités pour qui sont aujourd'hui versées des pensions, leur âge moyen de départ était de 45 ans pour les militaires et 58,9 ans pour les fonctionnaires civils. La différence révèle une dynamique de rehaussement de l'âge au moment de la liquidation plus forte chez les militaires (+ 3,5 ans) que chez les civils (+ 3,2 ans).

Heureusement, la révision de la LPM 2014-2019 consécutive aux attentats de 2015, en portant les effectifs de la Force Opérationnelle Terrestre (FOT) de 66 000 à 77 000 hommes en deux ans a eu un impact baissier sur l'âge moyen des soldats et des cadres, de même que, dans une moindre mesure, le schéma d'emploi positif sur la période 2019-2025 décidé par la loi de programmation militaire.

Les dernières données relatives aux pensions militaires de retraite de droit direct pour motif d'ancienneté permettent, tous facteurs confondus, d'envisager une stabilisation depuis 2016 pour les militaires du rang et les sous-officiers pris ensembles, avec une moyenne d'âge de 47,35 ans en 2019, proche des 47,21 ans constatés en 201617(*).

Mais il se peut qu'il faille aussi bientôt compter, toutes choses restant égales par ailleurs, avec l'impact d'une tendance à l'entrée de plus en plus tardive des jeunes dans le monde du travail, ou de moindres départs anticipés en vue d'une seconde carrière à cause de la dégradation du marché de l'emploi. Ces évolutions sont donc à surveiller.

Par ailleurs, si l'on se réfère à l'âge moyen des seuls militaires de carrière, celui-ci ressort aujourd'hui à 42 ans, contre 45 ans pour les fonctionnaires civils de l'État. Une telle différence est loin d'apparaître exagérée au regard de la différence entre la condition militaire et celle des autres fonctionnaires.


* 17 Les données disponibles ne permettent pas de conclure, en raison d'une rupture statistique, sur les dernières évolutions concernant les officiers.