Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

CHAPITRE III -

LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE

1. Les statistiques

Le bilan de l'année 1997 s'établit à 125 202 accidents corporels, 7 989 tués, 35 716 blessés graves et 133 862 blessés légers. 91 vies ont donc été épargnées en 1997 par rapport à 1996.

Le nombre de tués a diminué, mais à un rythme très ralenti (-1,1 % en 1997 par rapport à 1996, alors que l'on avait connu -3,9 % en 1996 par rapport à 1995). Les nombres d'accidents corporels et de blessés sont quasiment stables, avec des baisses respectives de 0,2 % et 0,3 %.

Les résultats mensuels, quand on les compare à ceux des mêmes mois de 1996, ont connu des fluctuations importantes au cours de l'année 1997.

Comme l'année passée, le comportement des conducteurs en matière de respect des vitesses demeure préoccupant, les vitesses pratiquées s'établissant toujours à un niveau élevé.

NOMBRE D'ACCIDENTS CORPORELS,
DE TUÉS ET DE BLÉSSÉS

Indice base 100 en 1993




ACCIDENTS CORPORELS

1993

1994

1995

1996

1997

Rase campagne

43 627

100

41 866

96

41 661

95

40 082

92

40 953

94

Milieu urbain

93 873

100

90 860

97

91 288

97

85 324

91

84 249

90

Ensemble des réseaux

137 500

100

132 726

97

132 949

97

125 406

91

125 202

91

TUES

1993

1994

1995

1996

1997

Rase campagne

6 030

100

5 786

96

5 655

94

5 528

92

5 463

91

Milieu urbain

3 022

100

2 747

91

2 757

91

2 5522

84

2 526

84

Ensemble des réseaux

9 052

100

8 533

94

8 412

93

8 080

89

7 989

88

BLESSES

1993

1994

1995

1996

1997

Rase campagne

67 648

100

64 745

96

64 477

95

61 003

90

62 484

92

Milieu urbain

121 372

100

116 087

96

116 926

96

109 114

90

107 094

88

Ensemble des réseaux

189 020

100

180 832

96

181 403

96

170 117

90

169 578

90

En cinq ans, le nombre d'accidents a diminué de 9 %, celui des tués de 12 % et celui des blessés de 10 % alors que dans le même temps la circulation augmentait de plus de 10 %.

NOMBRE D'ACCIDENTS CORPORELS
ET DE TUÉS PAR TYPES DE VOIES

Indice base 100 en 1993

Autoroutes


 

1993

1994

1995

1996

1997

Accidents corporels

5 241

100

4 815

92

5 254

100

5 255

100

5 593

107

Tués

553

100

446

81

440

80

429

78

446

81

Routes nationales (rase campagne et agglomérations <5 000 habitants)



 

1993

1994

1995

1996

1997

Accidents corporels

13 538

100

12 974

96

12 460

92

11 895

88

11 787

87

Tués

2 243

100

2 086

93

2 026

90

1 919

86

1 846

82

Routes départementales (rase campagne et agglomérations <5 000 habitants)



 

1993

1994

1995

1996

1997

Accidents corporels

32 361

100

31 406

97

30 926

96

29 585

91

29 782

92

Tués

3 902

100

3 822

98

3 710

95

3 640

93

3 690

95

En cinq ans, le nombre d'accidents corporels a augmenté de 7 % sur les autoroutes, il a diminué de 13 % sur les routes nationales et de 8 % sur les routes départementales.

NOMBRE DE TUÉS PAR CATÉGORIES D'USAGERS

Indice base 100 en 1993


TUES

1993

1994

1995

1996

1997

Piétons

1 131

100

1 126

100

1 027

91

987

87

929

82

Cyclistes

329

100

321

98

374

114

300

91

329

100

Cyclomotoristes

490

100

472

96

471

96

478

98

471

96

Motocyclistes

861

100

816

95

780

91

741

86

831

97

Usagers de voitures de tourisme

5 835

100

5 423

93

5 389

92

5 240

90

5 069

87

Usagers de véhicules utilitaires et de poids lourds

406

100

375

92

371

91

334

82

360

89

En cinq ans, la plupart des catégories d'usagers ont vu leur nombre de tués diminuer plus ou moins fortement : -18 % pour les piétons, -13 % pour les automobilistes, -11 % pour les usagers de véhicules utilitaires, -4 % pour les cyclomotouristes et -3 % pour les motocyclistes. Seuls les usagers de bicyclettes enregistrent une stabilité.

NOMBRE DE BLESSÉS PAR CATÉGORIES D'USAGERS

Indice base 100 en 1993

TUES

1993

1994

1995

1996

1997

Piétons

21 986

100

21 810

99

21 197

96

19 789

90

19 152

87

Cyclistes

7 106

100

7 429

105

7 681

108

6 771

95

7 191

101

Cyclomotoristes

19 847

100

20 072

101

21 487

108

20 156

102

20 526

103

Motocyclistes

17 753

100

17 044

96

17 248

97

16 356

92

18 066

102

Usagers de voitures de tourisme

114 244

100

106 741

93

106 290

93

100 281

88

98 259

86

Usagers de véhicules utilitaires et de poids lourds

8 084

100

7 736

96

7 500

93

6 764

84

6 384

79

En cinq ans, trois catégories d'usagers ont vu leur nombre de blessés diminuer fortement : -21 % pour les usagers de véhicules utilitaires et de poids lourds, -14 % pour les automobilistes et -13% pour les piétons et les trois autres l'ont vu augmenter : +1 % pour les cyclistes, +2 % pour les motocyclistes et +3 % pour les cyclomotoristes.

BILAN DES SIX PREMIERS MOIS DE 1998

BILAN DES SIX PREMIERS MOIS DE 1998 PAR RAPPORT AUX SIX PREMIERS MOIS DE 1997


 

Accidents corporels

Tués

Blessés graves

Blessés légers

Total blessés

6 mois 1998

6 mois 1997

Différence

Evolution

58 827

58 835

-8

-0 01 %

3 801

3 592

+209

+5,8 %

15 941

16 515

-574

-3,5 %

63 350

62 776

+574

+0,9 %

79 291

79 291

0

0,0 %

BILAN MOIS PAR MOIS

 

Accidents corporels

Tués

Blessés graves

Blessés légers

Total blessés

Janvier 1998

Janvier 1997

Evolution

9 960

8 632

+15,4 %

657

482

+36,3%

2 577

2 339

+10,2 %

10 593

9 218

+14,9 %

13 170

11 557

+14,0 %

Février 1998

Février 1997

Evolution

8 419

8 299

+1,4 %

553

483

+14,5 %

2 253

2 203

+2,3 %

9 139

8 821

+3,6%

11 392

11 024

+3,33 %

Mars 1998

Mars 1997

Evolution

9 553

9 916

-3,7 %

610

634

-3,8 %

2 427

2 744

-11,6 %

10 157

10 573

-3,9 %

12 584

13 317

-5,5 %

Avril 1998

Avril 1997

Evolution

9 934

10 049

-1,1 %

632

610

+3,6 %

2 628

2 756

-4,6 %

11 163

10 681

+4,5 %

13 791

13 437

+2,6%

Mai 1998

Mai 1997

Evolution

10 601

10 680

-0,7 %

680

680

0,0 %

3 062

3 126

-2,0 %

11 277

14 335

-0,5 %

14 339

14 461

-0,8%

Juin 1998

Juin 1997

Evolution

10 360

11 259

-8,0 %

669

703

-4,8 %

2 994

3 347

-10,5 %

11 021

12 148

-9,3 %

14 015

15 495

-9,6 %

VITESSES PRATIQUÉES DE JOUR
PAR LES VOITURES DE TOURISME

 

1994

1995

1996

1997

1997

1998

Autoroutes de liaison (130 km/h)

vitesse moyenne

% dépassement vitesse limite

% dépas. vit. lim + 10 km/h

122

37

20

120

35

19

119

30

15

121

35

20

118

29

18

126

40

21

Autoroutes de dégagement (130 km/h)

vitesse moyenne

% dépassement vitesse limite

% dépas. vit. lim + 10 km/h

107

49

29

106

43

23

106

44

24

104

42

23

105

39

21

108

50

28

Routes nationales à 2 x 2 voies avec chaussées séparées (110 km/h)

vitesse moyenne

% dépassement vitesse limite

% dépas. vit. lim + 10 km/h




109

48

27




110

52

30




111

57

34




111

54

30




113

59

33




110

50

27

Routes nationales (90 km/h)

vitesse moyenne

% dépassement vitesse limite

% dépas. vit. lim + 10 km/h

89

49

27

90

52

29

90

56

31

90

50

26

91

53

29

89

50

26

Routes départementales à grande circulation (90 km/h)

vitesse moyenne

% dépassement vitesse limite

% dépas. vit. lim + 10 km/h




91

58

35




93

58

34




93

62

37




92

55

31




92

56

32




91

56

32

Traversées d'agglomération (<5 000 habitants) par RN (50 km/h)

vitesse moyenne

% dépassement vitesse limite

% dépas. vit. lim + 10 km/h




61

81

51




62

82

52




64

85

58




62

82

53




63

82

54




62

82

53

Traversées d'agglomérations (20 000 à 100 000 habitants) par artères en agglomération (50 km/h)

vitesse moyenne

% dépassement vitesse limite

% dépas. vit. lim + 10 km/h




53

58

27




52

55

24




52

55

25




51

51

23




51

52

24




50

51

22

Traversées d'agglomérations (20 000 à 100 000 habitants) par voies d'entrées en agglomération (50 km/h)

vitesse moyenne

% dépassement vitesse limite

% dépas. vit. lim + 10 km/h





62

81

51





60

79

46





63

85

56





62

84

55





63

85

55





61

83

48

Source : sondage DSCR 1er quad : premier quadrimestre 1998

Les statistiques permettent de tirer un certain nombre de conclusions :

- l'amélioration du réseau permet une diminution du nombre d'accidents mais elle peut aussi entraîner une augmentation des vitesses pratiquées et donc de la gravité des accidents.

- l'augmentation du volume de circulation a une incidence sur la sécurité routière mais différemment selon les réseaux puisque les autoroutes restent quatre fois plus sûres que les routes.

- si les vitesses demeurent à peu près stables en année globale, on a assisté au 1er quadrimestre 1998, à une nette augmentation des vitesses moyennes sur le réseau autoroutier.

2. Les enquêtes du programme " réagir "

Les enquêtes effectuées sur les accidents mortels depuis 1982 dans le cadre du programme REAGIR, permettent de connaître avec précision les différents facteurs qui interviennent dans les accidents de la route.

Une analyse réalisée sur 20 000 rapports d'accidents survenus de 1983 à 1996 donne, par thème, les principaux facteurs retenus par les commissions d'enquête.

Les 20 000 enquêtes effectuées ont fait apparaître que :

* 95 % des accidents comportent des facteurs se rapportant à l'usager,

* 47 % des accidents comportent des facteurs se rapportant à l'infrastructure,

* 28 % des accidents comportent des facteurs se rapportant au véhicule,

* 7 % des accidents comportent des facteurs se rapportant à l'alerte, aux soins et aux secours,

* 22 % des accidents comportent des facteurs se rapportant à des éléments divers (météo...).

L'analyse des facteurs se rapportant à l'usager a fait aussi apparaître que sur l'ensemble des 20 000 enquêtes analysées; il y en a :

* 48 % dans lesquelles on constate une vitesse inadaptée,

* 27 % dans lesquelles on constate la présence d'alcool,

* 30 % dans lesquelles on constate un défaut de sécurité individuelle (ceinture, casque),

* 18 % dans lesquelles on constate la présence de la fatigue,

* 16 % dans lesquelles on constate un mauvais comportement face à une situation d'urgence,

* 17 % dans lesquelles on constate l'inattention des conducteurs,

* 15 % dans lesquelles on constate l'inaptitude de la conduite,

* 14 % dans lesquelles on constate un problème physique du conducteur (malaise, maladie, prise de médicaments, handicap...).

Le facteur " vitesse " se retrouve dans 59 % des accidents de motos, 44 % des accidents de voiture de tourisme et dans 22 % des accidents de poids lourds.

Pour ce qui concerne le facteur " alcool ", la moyenne des taux d'alcoolémie relevés est de 1,8 g/l de sang ; 41 % des taux étant supérieurs à 2g/l de sang.

On retrouve ce facteur :

* chez les conducteurs de voitures de tourisme dans 25 % des accidents les impliquant,

* chez les motocyclistes ou cyclomotoristes dans 22 % des accidents les impliquant,

* chez les piétons dans 15 % des accidents les impliquant,

* chez les chauffeurs de poids lourds dans 6 % des accidents les impliquant.

Le facteur " conception de l'infrastructure " se retrouve dans 34 % des accidents. Parmi ceux-ci, 20 % ont un rapport avec la configuration de la route et 15 % avec les abords. Ce facteur varie peu, quelque soit le type d'accident (moto, VL, PL, etc...).

Le facteur " entretien et exploitation de l'infrastructure " se retrouve dans 24 % des accidents.

Le facteur " conception du véhicule " se retrouve dans 14 % des cas (dispositifs de sécurité (3 %), de résistance aux chocs (4 %) ou de problèmes de visibilité (5%).

Le facteur " entretien du véhicule " se retrouve, quant à lui, dans 16,5 % des enquêtes, essentiellement des problèmes de pneumatiques (8,5 %) ou de mauvais entretien général (8 %).

3. Le traitement spécifique des endroits dangereux du réseau routier national

Les endroits dangereux, ponctuels ou linéaires du réseau routier national, font l'objet d'aménagements qui sont inventoriés dans les Plans Régionaux d'Aménagement de Sécurité (PRAS) élaborés par les directions régionales de l'Equipement et validés par la direction des Routes.

D'autre part, les crédits d'aménagements de sécurité d'initiative locale, dotation annuelle globalisée et déconcentrée à l'échelon départemental, permettent de réagir rapidement par des aménagements légers à divers problèmes de sécurité dès l'apparition des risques.

Pour 1998, le chapitre 53-42 article 50 a prévu 183,7 millions de francs en autorisations de programme :

- crédits d'initiative locale : 80 millions de francs,

- opérations spécifiques de sécurité : 103,7 millions dont les deux tiers servent à financer des opérations relevant des contrats de plan Etat-Région et un tiers sert à financer des opérations du programme général de sécurité.

Le programme général de sécurité est consacré exclusivement au traitement des endroits les plus dangereux du réseau national au moyen d'aménagements d'un coût modéré, compte tenu de l'enveloppe réduite. En 1998, 33 opérations ont fait l'objet d'autorisations de programme soit pour des études, soit pour des travaux.

Les contrats Etat-Région permettent de réaliser des opérations d'un montant plus élevé comme, par exemple, des traitements d'itinéraires. En 1998, les dotations ont concerné 34 opérations.

Les crédits demandés pour 1999 s'élèvent au total à 190 millions de francs en autorisations de programme contre 183,7 millions de francs en 1998 et 186,9 millions de francs en crédits de paiement, ce qui constitue une évolution positive pour poursuivre l'amélioration des infrastructures du point de vue de leur sécurité.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli