Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

C. WALLIS ET FUTUNA N'A PAS CONNU D'ÉVOLUTION SIGNIFICATIVE EN 1997

1. L'activité économique est restée atone en 1997

En matière agricole, le très faible développement de l'agriculture marchande tient essentiellement au régime foncier et aux traditions coutumières. En effet, le régime foncier est celui de l'indivision du patrimoine familial et les terres sont inaliénables et incessibles, ce qui ne favorise pas leur mise en valeur. De plus, la pratique des échanges coutumiers lors de fêtes ou d'événements locaux, qui porte sur plus de la moitié de la production locale freine tout développement d'un commerce marchand.

S'agissant des entreprises, le nombre de patentes recensé par le service des contributions a tendance à diminuer depuis trois ans, illustrant ainsi l'atonie de l'économie de l'archipel. Cette diminution a surtout concerné l'artisanat et les services.

En revanche, l'activité du bâtiment s'est maintenue en 1997 grâce aux commandes publiques et à la relance du secteur du logement. Ainsi l'ensemble des prêts à l'habitat octroyés par l'Agence française du développement a fortement progressé.

L'activité touristique reste encore très peu développée, car Wallis et Futuna sont des destinations peu connues qui n'offrent de plus, pas d'organisation adaptée à l'accueil de touristes.

2. L'évolution de certains indicateurs

Sous l'effet conjugué d'une baisse de la natalité et d'une forte migration vers la Nouvelle-Calédonie la population de Wallis et Futuna voit sa croissance se ralentir :


 

rec* 1976

 

rec 1983

 

rec 1990

 

rec 1996

Population

10 192

 

12 408

 

13 705

 

14 166

Accroisst. annuel (%)

 

+ 4,4 %

 

+ 1,3 %

 

+ 0,6 %

 

* Recensement

Les effectifs salariés recensés par la Caisse locale de retraite diminuent en 1997. Les effectifs du secteur public sont toujours prédominants avec 68 % des salariés dont 54 % d'agents locaux permanents. Ces derniers revendiquent depuis longtemps l'élaboration d'un statut, qui pourrait aboutir en 1998 ou 1999.

Enfin, les dépenses de l'Etat sur le territoire représentent un des moteurs de l'activité économique et de la distribution de revenus.

On peut noter une forte augmentation de ces transferts en 1997, qui compense la diminution de 1996



 

1994

1995

1996

1997

Transferts publics (MF)

266

298

276

319

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli