Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

2. La participation de l'Etat au financement du réseau public d'insertion des jeunes augmente sensiblement

Le dispositif mis en place depuis 1983 visant à favoriser l'insertion professionnelle et sociale des jeunes était composé au 1er juillet 1998 de 322 missions locales et de 308 permanences d'accueil, d'information et d'orientation (PAIO). Les missions locales et les PAIO constituent le socle du réseau public d'insertion des jeunes. Elles développent une action prenant en compte tous les aspects de l'insertion (travail, formation, logement, santé...). Au cours de l'exercice 1997, le réseau a reçu 1.315.000 jeunes contre 1.225.000 en 1996, soit une hausse de 7,3 %.

Le réseau développe son activité, non seulement en faveur des jeunes " non qualifiés " dont le pourcentage se maintient (28,5 % en 1996 et 28,4 % en 1997) mais également de plus en plus au service des jeunes de niveau IV et moins (35,5 %).

L'entrée en formation en alternance ou en emploi (" insertions réussies ") passe de 168.379 en 1996 à 202.430 en 1997, soit une hausse de plus de 20 %. Si l'on intègre les activités plus précaires, le réseau a permis de trouver des solutions professionnelles à 364.501 jeunes en 1997.

Un plan de progrès a été mis en place en 1998 pour trois ans avec un triple objectif : stabiliser le réseau, améliorer l'efficacité du dispositif grâce au développement des espaces-jeunes et développer l'évaluation, la rationalisation et le contrôle de gestion des structures. La consolidation du réseau devrait se traduire par la transformation des PAIO et leur regroupement au sein des missions locales. Au terme du plan, le réseau devrait se composer de 400 missions locales et de 150 PAIO environ.

Certaines missions locales bénéficient du label espace-jeunes, elles peuvent alors exercer certaines compétences de l'ANPE grâce notamment à un accès au fichier des offres d'emplois, d'une mise à disposition de personnel et d'une formation de son propre personnel. La mise en place des espaces jeunes résulte de conventions tripartites entre les directions régionales de l'ANPE, les préfets de région et les présidents de conseils régionaux. Ces conventions régionales sont relayées par des conventions locales impliquant les directeurs d'agences locales et les directeurs de missions locales ou PAIO. En décembre 1997, 254 conventions espaces jeunes avaient été signées.

Les crédits alloués à la délégation interministérielle à l'insertion professionnelle et sociale des jeunes en difficulté, qui anime le réseau d'insertion des jeunes, augmentent sensiblement ; ils devraient être de 416 millions de francs en 1999. Cette hausse des crédits s'inscrit dans le cadre d'un contrat de progrès qui vise à compléter le réseau par le renforcement des missions locales et le développement des espaces jeunes.

Le réseau est appelé à jouer le rôle de pilote et d'opérateur du programme TRACE. L'objectif est d'accueillir 10.000 jeunes en 1998, 40.000 en 1999 et 60.000 en l'an 2000 pour un suivi personnalisé. Pour ce faire, le réseau devrait bénéficier de la création de 350 postes et d'une dotation supplémentaire de 30 millions de francs. Par ailleurs, 350 postes supplémentaires pourraient être financés par les collectivités locales.

Niveau de qualification des jeunes
lors de leur premier accueil en 1997



Source : DIIJ - Rapport d'activités des missions locales et des PAIO

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli