Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

2. Des moyens réels en baisse

Le budget des routes et de la sécurité routière s'élève, en projet de loi de finances pour 2005, à un peu plus d'un milliard d'euros en moyens de paiement (dépenses ordinaires + crédits de paiement) et à 1,2 milliard d'euros en moyens d'engagement (dépenses ordinaires + autorisations de programme).

Le ministère de l'équipement, des transports, de l'aménagement du territoire, du tourisme et de la mer indique, qu'à structure constante, le budget des routes est « en progression de + 13,5 % en moyens d'engagement et en baisse de 2,4 % en moyens de paiement ». D'après les informations recueillies par votre rapporteur spécial, il s'agit toutefois de l'évolution des moyens disponibles et non de l'évolution des crédits de loi de finances à loi de finances.

Or un report de crédit, d'un montant de 144 millions d'euros vient augmenter les moyens disponibles au 1er janvier 2005. En réalité, hors report, les moyens de paiement en faveur des routes et de la sécurité routière sont en baisse, non pas de 2,4 % mais de 13,4 %.

Il est vrai, néanmoins, que cette évolution n'est pas forcément très significative au regard des moyens susceptibles d'être alloués aux routes et à la sécurité routière en 2005. En effet, ces moyens seront augmentés, non seulement de 144 millions d'euros, en raison du report précité, mais encore de 150 millions d'euros de moyens de paiement inscrits au projet de loi de finances rectificative pour 2004.

    retour sommaire suite