Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2006 : Le budget de 2006 et son contexte économique et financier : les ambitions à l'épreuve de la dette

 

3. Un déficit public vraisemblablement inférieur ou égal à 3 % du PIB en 2005

a) Un déficit public supérieur à 3 % du PIB en 2005, selon le consensus des conjoncturistes

Les conjoncturistes sont sceptiques quant aux prévisions de solde public faites par le gouvernement pour 2005, ainsi que l'indique le graphique ci-après.

Les prévisions de solde public en 2005

(en points de PIB)

Source : commission économique de la Nation, octobre 2005

Ainsi, selon le consensus des conjoncturistes le déficit public serait encore de 3,2 % en 2005 (contre 3 % selon le gouvernement).

Aucun conjoncturiste ne prévoit de déficit public inférieur à la prévision du gouvernement. Pour l'année 2005, seuls trois conjoncturistes prévoient un déficit égal à la prévision du gouvernement (Goldman Sachs, l'AFEDE et le COE).

b) Une prévision du gouvernement pour l'année 2005 cependant plausible

Pourtant, la prévision du gouvernement pour l'année 2005 semble plausible.

La différence de prévision provient essentiellement du fait que le gouvernement suppose une forte élasticité des prélèvements obligatoires au PIB.

Ainsi, alors que la plupart des instituts indépendants retiennent, par convention, l'hypothèse d'une élasticité des prélèvements obligatoires au PIB égale à l'unité, le gouvernement estime cette élasticité à 1,2 pour l'année 2005.

Il en résulterait, selon le gouvernement, une augmentation du taux de prélèvements obligatoires, qui passerait de 43,4 % du PIB en 2004 à 43,9 % du PIB en 2005.

La prévision du gouvernement semble compatible avec les prévisions de recettes des organismes de sécurité sociale figurant dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2006, et avec le rapport de la commission des comptes de la sécurité sociale de septembre 2005. La France se conformerait donc à son obligation de mettre fin en 2005 à sa situation de déficit excessif.