Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2006 : Le budget de 2006 et son contexte économique et financier : les ambitions à l'épreuve de la dette

 

II. DES PRÉVISIONS DE CROISSANCE DEVENANT PLUS VRAISEMBLABLES

A. DES ATTENTES SUPÉRIEURES À CELLES DES CONJONCTURISTES

1. 2,25 % en 2006 selon le gouvernement, contre 1,8 % selon le consensus

Le présent projet de loi de finances repose sur une hypothèse de croissance du PIB pour 2006 de 2,25 %, nettement supérieure à celle du consensus, qui se situe à 1,8 %.

La prévision du gouvernement est supérieure à celle de l'ensemble des conjoncturistes, comme l'indique le graphique ci-après.

Les prévisions de croissance du PIB en 2006

(en %)

Source : commission économique de la Nation, octobre 2005

2. L'optimisme naturel des gouvernements

Il faut relativiser l'importance de cet écart. Celui-ci, habituel, est d'une ampleur généralement beaucoup plus faible que l'écart entre la croissance prévue par le consensus des économistes et la croissance observée. Cela vient du fait que les économistes tendent à minorer les infléchissements conjoncturels, et les écarts par rapport à la croissance potentielle.

La croissance du PIB : prévision et exécution

(croissance réelle, en %)

(1) Prévision revue à la baisse par le gouvernement dans le présent projet de loi de finances, à 1,75 %.

Source : Insee, commission économique de la Nation, présent projet de loi de finances

Par ailleurs, une croissance de 2,25 % correspondrait à la croissance potentielle de l'économie française.