Allez au contenu, Allez à la navigation



Proposition de loi relative à la compensation des allocations individuelles de solidarité versées par les départements

30 novembre 2010 : Allocations individuelles de solidarité versées par les départements ( rapport - première lecture )

II. LE POIDS SUR LES FINANCES DÉPARTEMENTALES DES TROIS ALLOCATIONS VISÉES PAR LES PROPOSITIONS DE LOI

Il a paru plus pertinent à votre rapporteur de prendre en compte les données fiables les plus récentes et les plus complètes concernant les trois allocations visées par les propositions de loi, c'est-à-dire les montants financiers correspondant à l'année 2009, plutôt que des projections, encore imprécises, concernant le coût de ces allocations en 2010. Ce choix peut expliquer la divergence entre certains chiffres évoqués lors des débats ou mentionnés par l'Assemblée des départements de France et la réalité des données figurant dans le présent rapport.

A. LE REVENU MINIMUM D'INSERTION (RMI) ET LE REVENU DE SOLIDARITÉ ACTIVE (RSA)

1. Le revenu minimum d'insertion (RMI)

Le transfert du RMI par la loi de décentralisation de décembre 20036(*) a été qualifié de transfert de compétences. Ainsi, l'Etat a transféré aux départements une compensation financière égale à ce que lui coûtait cette politique antérieurement à son transfert. Cette compensation s'opère par un transfert de fiscalité, en l'occurrence une fraction de la taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers (TIPP). Cette fraction a été définitivement figée pour correspondre aux dépenses engagées par l'Etat au titre du RMI en 2003.

Par conséquent, les charges résultant de l'augmentation du RMI et du nombre de ses bénéficiaires postérieurement à l'année 2003 ont été prises en charge par les départements, sans ajustement de la compensation versée par l'Etat.

La compensation des charges résultant du transfert du RMI n'a pas été modifiée par l'instauration du RSA, qui a fait l'objet d'une compensation spécifique, s'ajoutant à celle du RMI.

2. Le revenu de solidarité activé (RSA)

Le RSA est composé de deux parts :

- premièrement, un RSA dit « socle », qui correspond à la part de l'allocation portant les revenus de l'allocataire jusqu'au niveau du montant forfaitaire ou revenu minimum garanti (c'est-à-dire au niveau de l'ancien RMI). Les allocataires qui ne disposent d'aucun revenu professionnel ne bénéficient que du RSA socle ;

- deuxièmement, un RSA dit « chapeau », qui correspond à une fraction des revenus professionnels de l'allocataire et s'ajoute au RSA socle. C'est ce RSA chapeau qui, en s'ajoutant au RSA socle, doit permettre d'inciter les allocataires à la reprise d'une activité professionnelle.

Les départements ne prennent à leur charge que le RSA socle. Toutefois, la mise en oeuvre du RSA a entraîné pour eux des modifications de compétences par rapport à l'exercice de la compétence du RMI. Ainsi, en vertu de la loi, le département s'est vu :

- déchargé du financement des dispositifs d'intéressement liés au RMI ;

- maintenu dans sa compétence relative au RMI, hors dispositifs d'intéressement ;

- confier la charge équivalant à l'allocation parent isolé (API), hors dispositifs d'intéressement liés à l'API.

A la différence du RMI, la création du RSA a été qualifiée d'extension - et non de transfert - des compétences déjà exercées par les départements. Le législateur n'avait donc pour obligation constitutionnelle que d'attribuer des ressources qui préservent le principe de libre administration des collectivités territoriales.

Le choix a toutefois été fait de procéder au même type de compensation que pour le RMI, c'est-à-dire de verser aux départements un montant équivalent au coût que représentaient ces compétences lorsqu'elles étaient exercées par l'Etat. En vertu de la loi, le montant définitif du droit à compensation ne sera établi qu'au vu des comptes administratifs définitifs des départements pour l'année 2010. Ainsi, jusqu'à cette date, la compensation des compétences nouvelles exercées par les départements depuis la généralisation du RSA se fait à l'euro près, à la différence de la compensation du RMI, dont les départements doivent prendre à leur charge l'augmentation.

Le tableau ci-dessous présente, pour chaque département, les dernières données disponibles concernant le montant de la compensation versée aux départements au titre du RSA (en incluant l'ancien RMI), les dépenses réellement constatées et le reste à charge des départements7(*). Il inclut les 500 millions d'euros du fonds de mobilisation départemental pour l'insertion (FMDI) créé par l'article 37 de la loi de finances pour 20068(*) afin de contribuer aux charges résultant du RMI pour les départements.

Coût et compensation du revenu de solidarité active

(en euros)

Nom département

2008

Dépenses 2008

Droit à compensation

FMDI versé en 2009 au titre de 2008

Reste à charge des départements

Taux de couverture

AIN

20 547 479

16 186 604

1 746 914

2 613 961

87,28 %

AISNE

40 101 734

29 944 045

4 737 702

5 419 987

86,48 %

ALLIER

31 363 370

22 430 417

3 879 134

5 053 819

83,89 %

ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE

10 055 336

9 264 387

507 804

283 145

97,18 %

HAUTES-ALPES

6 111 907

4 482 022

693 201

936 684

84,67 %

ALPES-MARITIMES

76 036 835

75 680 032

2 046 667

-1 689 864

102,22 %

ARDECHE

20 210 430

16 552 847

1 692 614

1 964 969

90,28 %

ARDENNES

34 631 725

25 530 554

4 060 708

5 040 463

85,45 %

ARIEGE

19 483 723

15 354 718

1 960 827

2 168 178

88,87 %

AUBE

26 403 335

20 059 098

2 758 228

3 586 009

86,42 %

AUDE

56 324 731

42 402 489

6 897 046

7 025 196

87,53 %

AVEYRON

10 545 880

8 909 593

827 312

808 975

92,33 %

BOUCHES-DU-RHONE

290 815 702

314 297 172

6 530 983

-30 012 453

110,32 %

CALVADOS

43 567 350

40 871 813

2 166 307

529 230

98,79 %

CANTAL

8 744 863

6 326 127

994 232

1 424 504

83,71 %

CHARENTE

29 208 438

27 150 627

1 757 249

300 562

98,97 %

CHARENTE-MARITIME

53 104 097

46 359 099

4 450 720

2 294 278

95,68 %

CHER

35 850 286

25 178 565

4 322 233

6 349 488

82,29 %

CORREZE

9 212 153

8 948 489

464 192

-200 528

102,18 %

CORSE-DU-SUD

11 629 929

12 606 562

262 826

-1 239 459

110,66 %

HAUTE-CORSE

15 761 440

17 385 039

491 559

-2 115 158

113,42 %

COTE-D'OR

30 980 703

23 101 792

3 313 114

4 565 797

85,26 %

COTES-D'ARMOR

26 535 443

23 821 738

1 631 910

1 081 795

95,92 %

CREUSE

8 941 996

6 833 923

957 744

1 150 329

87,14 %

DORDOGNE

27 806 245

28 810 283

715 953

-1 719 991

106,19 %

DOUBS

35 316 680

25 148 025

4 158 185

6 010 470

82,98 %

DROME

38 837 646

31 816 621

3 229 126

3 791 899

90,24 %

EURE

37 745 156

28 142 049

3 965 881

5 637 226

85,07 %

EURE-ET-LOIR

25 054 385

18 560 307

2 532 281

3 961 797

84,19 %

FINISTERE

60 081 599

44 628 764

6 005 055

9 447 780

84,28 %

GARD

101 570 173

86 598 731

7 884 436

7 087 006

93,02 %

HAUTE-GARONNE

104 690 473

110 402 958

2 609 666

-8 322 151

107,95 %

GERS

10 394 798

7 937 845

1 127 436

1 329 517

87,21 %

GIRONDE

127 768 357

103 266 816

10 855 025

13 646 516

89,32 %

HERAULT

145 845 187

128 688 913

9 711 023

7 445 251

94,90 %

ILLE-ET-VILAINE

42 684 797

33 703 018

4 128 173

4 853 606

88,63 %

INDRE

12 000 146

10 236 811

866 166

897 169

92,52 %

INDRE-ET-LOIRE

36 532 105

34 485 440

1 664 379

382 286

98,95 %

ISERE

67 648 819

51 310 500

6 822 620

9 515 699

85,93 %

JURA

12 102 663

7 790 096

1 598 218

2 714 349

77,57 %

LANDES

25 074 992

20 745 095

1 736 571

2 593 326

89,66 %

LOIR-ET-CHER

22 682 650

16 821 078

2 390 925

3 470 647

84,70 %

LOIRE

43 413 484

38 495 836

2 599 510

2 318 138

94,66 %

HAUTE-LOIRE

8 130 453

6 139 601

933 967

1 056 885

87,00 %

LOIRE-ATLANTIQUE

82 403 782

70 032 404

6 266 867

6 104 511

92,59 %

LOIRET

41 556 636

29 831 234

4 587 174

7 138 228

82,82 %

LOT

10 797 360

9 458 804

740 231

598 325

94,46 %

LOT-ET-GARONNE

26 179 166

23 307 064

1 530 170

1 341 932

94,87 %

LOZERE

3 588 183

2 841 122

331 148

415 913

88,41 %

MAINE-ET-LOIRE

51 390 587

38 699 647

5 126 232

7 564 708

85,28 %

MANCHE

23 981 672

19 254 256

2 091 130

2 636 286

89,01 %

MARNE

31 429 911

31 736 247

802 736

-1 109 072

103,53 %

HAUTE-MARNE

13 395 420

9 641 735

1 590 437

2 163 248

83,85 %

MAYENNE

10 235 259

8 103 935

1 074 573

1 056 751

89,68 %

MEURTHE-ET-MOSELLE

67 269 415

52 856 992

6 665 291

7 747 132

88,48 %

MEUSE

18 180 246

11 491 644

2 649 961

4 038 641

77,79 %

MORBIHAN

37 717 251

30 554 004

3 274 199

3 889 048

89,69 %

MOSELLE

74 140 973

48 784 958

9 974 714

15 381 301

79,25 %

NIEVRE

18 741 206

14 126 222

1 871 879

2 743 105

85,36 %

NORD

358 346 770

267 905 477

41 106 963

49 334 330

86,23 %

OISE

52 788 637

39 291 968

5 226 865

8 269 804

84,33 %

ORNE

22 429 111

17 186 078

2 142 914

3 100 119

86,18 %

PAS-DE-CALAIS

188 523 095

143 371 049

22 154 994

22 997 052

87,80 %

PUY-DE-DOME

47 198 183

37 714 539

4 285 859

5 197 785

88,99 %

PYRENEES-ATLANTIQUES

45 494 758

41 603 012

2 453 240

1 438 506

96,84 %

HAUTES-PYRENEES

17 150 492

14 825 346

1 248 900

1 076 246

93,72 %

PYRENEES-ORIENTALES

68 599 934

57 149 941

5 970 248

5 479 745

92,01 %

BAS-RHIN

79 900 893

56 264 482

8 865 468

14 770 943

81,51 %

HAUT-RHIN

50 552 372

28 927 062

7 788 004

13 837 306

72,63 %

RHONE

116 331 999

105 868 539

7 170 057

3 293 403

97,17 %

HAUTE-SAONE

12 676 967

9 452 302

1 313 129

1 911 536

84,92 %

SAONE-ET-LOIRE

28 060 239

21 918 496

2 733 232

3 408 511

87,85 %

SARTHE

35 677 005

28 871 344

3 019 242

3 786 419

89,39 %

SAVOIE

14 797 469

14 045 826

736 371

15 272

99,90 %

HAUTE-SAVOIE

23 397 675

22 767 295

955 277

-324 897

101,39 %

PARIS

277 186 459

234 345 639

20 001 272

22 839 548

91,76 %

SEINE-MARITIME

118 568 629

102 852 182

8 261 086

7 455 361

93,71 %

SEINE-ET-MARNE

67 256 376

46 697 060

7 466 148

13 093 168

80,53 %

YVELINES

62 783 486

44 747 755

6 352 262

11 683 469

81,39 %

DEUX-SEVRES

15 258 035

14 485 718

939 976

-167 659

101,10 %

SOMME

56 161 694

41 587 201

6 322 866

8 251 627

85,31 %

TARN

29 696 979

25 000 637

2 150 239

2 546 103

91,43 %

TARN-ET-GARONNE

21 689 201

17 180 812

2 008 544

2 499 845

88,47 %

VAR

93 433 985

91 471 316

3 111 028

-1 148 359

101,23 %

VAUCLUSE

55 697 654

49 192 077

3 365 723

3 139 854

94,36 %

VENDEE

21 277 219

16 959 937

1 956 412

2 360 870

88,90 %

VIENNE

36 208 246

28 063 443

3 854 693

4 290 110

88,15 %

HAUTE-VIENNE

27 182 722

20 357 902

2 822 898

4 001 922

85,28 %

VOSGES

28 669 186

18 197 078

4 111 123

6 360 985

77,81 %

YONNE

23 067 003

16 742 310

2 441 337

3 883 356

83,16 %

TERRITOIRE DE BELFORT

14 657 012

8 186 970

2 581 772

3 888 270

73,47 %

ESSONNE

70 539 092

60 921 662

4 138 596

5 478 834

92,23 %

HAUTS-DE-SEINE

110 092 481

89 654 852

8 255 200

12 182 429

88,93 %

SEINE-ST-DENIS

261 515 340

198 626 080

28 807 902

34 081 358

86,97 %

VAL-DE-MARNE

139 860 921

98 416 182

15 855 833

25 588 906

81,70 %

VAL-D'OISE

94 057 159

67 847 478

9 507 139

16 702 542

82,24 %

GUADELOUPE

171 654 497

147 954 250

9 948 379

13 751 868

91,99 %

MARTINIQUE

152 602 301

140 009 331

6 290 556

6 302 414

95,87 %

GUYANE

66 349 555

52 334 792

5 840 559

8 174 204

87,68 %

REUNION

384 627 561

328 592 810

33 175 130

22 859 621

94,06 %

TOTAL

5 974 575 149 

4 941 715 037

500 000 000

532 860 112

91,08 %

Source : direction générale des collectivités locales

Le tableau ci-dessus présente les montants de l'année 2008 qui correspondent aux dernières données pouvant être consolidées de manière fiable, département par département.

En revanche, le taux de couverture global peut être calculé pour l'année 2009 car, bien que la répartition du FMDI entre les départements ne soit pas encore disponible, son montant - 500 millions d'euros - est connu. Ainsi, pour l'ensemble des départements, en 2009, le montant de la compensation versée par l'Etat s'est élevé au total à 5,76 milliards d'euros, le montant à la charge des départements a été de 6,47 milliards d'euros et, par conséquent, le montant non compensé par l'Etat a été de 708,6 millions d'euros, soit un taux de couverture de 89 %.

3. L'évolution du coût du RSA est liée à la conjoncture économique

Au 31 mai 2010, 1,33 million de personnes percevaient le RSA socle, à la charge des départements.

Votre rapporteur relève que le nombre de bénéficiaires du RSA et le coût de cette prestation sociale ne sont pas nécessairement appelés à croître.

En effet, comme l'indique le tableau ci-dessous, le nombre de bénéficiaires du RMI a diminué de manière nette dans les périodes de reprise économique. Or, les modalités de compensation par l'Etat sont figées. Il en ressort que le coût de la prise en charge de cette allocation par les départements pourra diminuer à l'avenir et qu'il est probable que les périodes de forte croissance économique se traduisent par une diminution du coût net restant à la charge des départements au titre du RSA.

Evolution du nombre d'allocataires du RMI

Source : ministère du travail, de l'emploi et de la santé


* 6 Loi n° 2003-1200 du 18 décembre 2003 portant décentralisation en matière de revenu minimum d'insertion et créant un revenu minimum d'activité.

* 7 La répartition du FMDI de l'année 2010 se fera sur la base des dépenses engagées par les départements en 2009 et n'est pas encore disponible. Seule la répartition du FMDI de l'année 2009, sur la base des dépenses des départements en 2008, permet d'aboutir à des montants objectifs concernant le taux de couverture département par département. Le tableau présente donc les données pour l'année 2008.

* 8 Loi n° 2005-1719 du 30 décembre 2005 de finances pour 2006.