Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Enseignement scolaire

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Enseignement scolaire ( rapport général - première lecture )

B. L'AN II DE LA RÉFORME DU LYCÉE : QUAND FERA-T-ON LE BILAN DES PREMIÈRES MESURES ?

Après la réforme de l'enseignement professionnel qui a produit ses pleins effets à la rentrée 2011, d'importants changements ont concerné la classe de seconde du lycée général et technologique (LGT) à la rentrée 2010 puis la classe de première à la rentrée 2011, avant que ne soit concernée la classe de terminale en 2012 et en 2013.

Ils se caractérisent par la mise en place de nouveaux dispositifs pédagogiques décrits dans l'encadré ci-après :

Présentation par le Gouvernement des nouveaux dispositifs pédagogiques
prévus par la réforme du lycée

1) Accompagnement personnalisé (deux heures par semaine).

2) Tutorats, pour mieux aider l'élève dans son projet d'orientation. Le tutorat est assuré par des enseignants, dont les documentalistes, ou des conseillers principaux d'éducation, auxquels est versée une rémunération spécifique.

3) Stages de remise à niveau afin de prévenir le redoublement, à l'instar de ce qui existe déjà au collège. Ces stages s'adressent aux élèves volontaires sur recommandation du conseil de classe. Ils concernent toutes les classes mais en priorité les élèves de seconde. L'encadrement de ces stages est assuré par des enseignants volontaires rémunérés.

4) Stages « passerelles » pour changer d'orientation. L'encadrement de ces stages est assuré dans les mêmes conditions que pour les stages de remise à niveau.

5) Mise en place d'enseignements d'exploration permettant une réversibilité des choix d'orientation.

Dans la voie générale, le cycle terminal des classes de première et de terminale se caractérise par un tronc commun élargi en première, avant une spécialisation plus approfondie en terminale

Chacune des trois séries de la voie générale (économique et sociale ES, littéraire L, scientifique S) comporte des enseignements communs et des enseignements qui lui sont spécifiques. En première, les enseignements communs représentent 60 % des enseignements, tandis que la proportion s'inverse en classe de terminale : les enseignements spécifiques représentent alors près de 70 % des enseignements. Par ailleurs, dans la série littéraire (L), des enseignements obligatoires de littérature et de littérature étrangère en langue étrangère sont introduits en première et en terminale.

Source : réponses aux questionnaires budgétaires

Vos rapporteurs spéciaux regrettent que la deuxième phase de la réforme des lycées, à la rentrée 2011, ait été engagée sans avoir tiré de bilan des mesures appliquées à la classe de seconde, lors de la rentrée 2010. Les seuls bilans établis l'ont été en interne par les inspecteurs généraux de l'éducation nationale. Une telle réforme, présentée comme conduite à titre expérimental, s'avère en réalité irréversible dès lors qu'elle a été engagée pour l'une des classes de lycée.

Par ailleurs, ils s'interrogent sur la capacité à atteindre les objectifs fixés dans un contexte d'érosion constante des moyens pédagogiques, notamment des crédits destinés à encourager l'innovation. Ce manque de ressources ne favorise pas la mise en place de méthodes nouvelles, comme la réforme était censée l'encourager. La globalisation des crédits, destinée à renforcer l'autonomie des lycées, est en réalité de nature à créer une mise en concurrence entre établissements et entre disciplines.