Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2012 : Enseignement scolaire

17 novembre 2011 : Budget 2012 - Enseignement scolaire ( rapport général - première lecture )

B. LA MESURE DE LA PERFORMANCE : L'ENSEIGNEMENT AGRICOLE COMME VOIE D'ACCÈS À L'EMPLOI

Dans le champ de l'enseignement technique agricole, un indicateur est reconnu comme l'un des plus représentatifs au sein de la mission « Enseignement scolaire » : le taux d'insertion professionnelle.

A court terme (7 mois), suivant les résultats de l'enquête conduite en 2010 auprès de diplômés de l'année 2009, le taux d'insertion professionnelle s'élevait à :

- 54,7 % pour les titulaires d'un brevet d'étude professionnelle agricole (BEPA) ou d'un certificat d'aptitude professionnelle agricole (CAPA) ;

- 72,6 % pour les diplômés de niveau bac professionnel ou brevet de technicien agricole (BTA) ;

- 71,9 % pour les titulaires d'un brevet de technicien supérieur agricole (BTSA).

A plus long terme (33 mois), ces taux s'établissaient :

- en 2009, dernière année pour laquelle des statistiques de réalisation sont disponibles, à 84,2 % pour les titulaires d'un BEPA ou d'un CAPA et à 94,5 % pour les diplômés de niveau bac professionnel ou BTA ;

- en 2010, à 93,5 % pour les titulaires d'un BTSA.

Ces données montrent que l'enseignement agricole est une bonne voie d'accès à l'emploi, même si un effort doit encore être mené pour les titulaires d'un BEPA ou d'un CAPA.

On observe que le taux d'insertion professionnelle est plus bas pour les titulaires d'un BTSA que pour les diplômés de niveau bac professionnel ou BTA, ce qui peut soulever un problème de surqualification des emplois occupés par une partie des BTSA.