Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information




Retour Sommaire Suite

CHAPITRE IER -

LA BONNE SANTÉ DE L'ÉCONOMIE DU TOURISME

I. LES PERFORMANCES DU TOURISME MONDIAL

A. LA PROGRESSION DU TOURISME MONDIAL RESTE SOUTENUE

Comme l'indiquait notre rapport de l'an dernier, la reprise économique mondiale a favorisé l'augmentation des déplacements touristiques internationaux et cette tendance s'est poursuivie en 1996 et 1997. Selon l'Organisation mondiale du tourisme, ces déplacements ont progressé de 4,5 % en 1996, après une hausse de 4 % en 1995. Ainsi, on estime à 593,6 millions le nombre de voyages effectués à l'étranger en 1996 pour un volume d'environ 423 milliards de dollars de recettes (hors transport).

Derrière ces taux de croissance moyens, apparaissent des situations contrastées attestant d'une redistribution nouvelle des flux touristiques internationaux : si l'Europe demeure en tête avec plus de 59 % du total des arrivées, ce sont les pays asiatiques ainsi que l'Océanie et l'Amérique du Sud qui bénéficient depuis quelques années des plus forts taux de croissance. Ce phénomène s'explique à la fois par l'intensification des efforts consacrés à améliorer et promouvoir l'offre touristique de ces pays, mais également par l'émergence de nouvelles clientèles touristiques dans des zones situées à leur proximité. On peut cependant noter le rattrapage significatif qui s'est opéré en 1996 au Moyen-Orient.

Malgré cette progression moins rapide que dans le reste du monde, l'Europe a conservé sa suprématie sur le marché des déplacements touristiques internationaux. Au cours de l'année 1996, la croissance en termes d'arrivées a été de 4,5 % avec près de 352 millions d'arrivées et 4,1 % en chiffre d'affaires avec 216 milliards de dollars. L'Europe centrale et de l'Est a affiché les taux d'accroissement les plus élevés en Europe en 1996. En Europe méditerranéenne orientale, il convient de noter les excellents résultats de la Turquie dont les recettes ont augmenté de presque 21 %.

Au cours des 15 prochaines années, le tourisme mondial devrait poursuivre une croissance soutenue pour s'établir à 1 milliard d'arrivées internationales en 2010, contre 456 en 1990, selon l'OMT. La part de marché de l'Europe devrait reculer alors que celle de la région Asie-Pacifique devrait rattraper les Amériques et occuper en 2010 la deuxième place en tant que région touristique. L'industrie du tourisme et du voyage devrait créer quelque 130 millions d'emplois nouveaux, alors qu'elle compte déjà 255 millions de salariés.

B. SUR LA PÉRIODE 1996-1997, LA FRANCE CONFORTE SA POSITION DOMINANTE MALGRÉ UNE TRÈS FORTE CONCURRENCE

Avec près de 62,4 millions d'arrivées touristiques en 1996, la France capte 10,5 % du marché mondial et 18 % du marché européen, confirmant sa position de première destination touristique internationale devant les Etats-Unis (44,8 millions d'arrivées) et l'Espagne (41,3 millions d'arrivées) selon l'OMT.

La destination France voit cependant stagner le nombre de séjours touristiques réalisés par les clientèles étrangères au cours des dernières années, ce qui, compte tenu d'un accroissement annuel du marché international de 20 à 30 millions de séjours selon les années, témoigne de l'érosion de notre part de marché mondial.

En effet, en raison d'une forte pression extérieure dues aux dépréciations monétaires dans quelques pays concurrents voisins tels l'Espagne et l'Italie, la destination France voit son avantage compétitif fragilisé sur certains marchés émetteurs.

Les premiers résultats de l'enquête aux frontières pour 1996 font apparaître une diminution de la durée moyenne de séjour de près d'une journée par rapport à 1994, résultant principalement d'une augmentation importante du nombre de touristes en transit.

L'excédent touristique s'est inscrit en légère baisse par rapport à 1995 (- 1,8 milliard de francs) en raison d'une moindre progression des recettes du poste voyages de la balance des paiements, associée à une plus forte progression des dépenses des Français à l'étranger.

Si donc la France confirme sa position de première destination touristique internationale en nombre d'arrivées, ce sont les Etats-Unis qui, en termes de recettes touristiques internationales, sont en tête avec plus de 15 % du total. En Europe, les positions se sont rapprochées entre l'Espagne, la France et l'Italie. L'Espagne a progressé de manière significative (+ 13,2 %), dépassant pour la première fois le montant des recettes enregistrées par la France qui se classe troisième au niveau mondial selon l'Organisation mondiale du tourisme. Il convient cependant d'analyser ses statistiques avec prudence car les comparaisons entre pays restent difficile à établir de manière fiable ; mais cette tendance ne fait que traduire la forte concurrence qui prévaut dans ce secteur et la nécessité absolue d'y répondre avec des moyens innovants et performants.

ARRIVÉES DE TOURISTES INTERNATIONAUX

Rang

Pays

Arrivées de touristes
(milliers)

Part en % des arrivées mondiales

Accroissement annuel moyen (%)

1990

1996

1990

1996

1990

1996

90/96

1

1

France

52.497

62.406

11,5

10,5

2,9

2

2

Etats-Unis

39.363

44.791

8,6

7,5

2,2

3

3

Espagne

34.085

41.295

7,4

7,0

3,2

4

4

Italie

26.679

32.853

5,8

5,5

3,5

12

5

Chine

10.484

26.055

2,3

4,4

16,4

Source : Organisation mondiale du Tourisme

RECETTES DU TOURISME INTERNATIONAL

Rang

Pays

Recettes du tourisme international
(millions de dollars)

Part en % des recettes mondiales

Accroissement annuel moyen (%)

1990

1996

1990

1996

1990

1996

90/96

1

1

Etats-Unis

43 007

64.373

9,4

10,8

7,0

4

2

Espagne

18 593

28.428

4,1

4,8

7,3

2

3

France

20 185

28.418

4,4

4,8

5,9

3

4

Italie

20 016

27.349

4,4

4,6

5,3

5

5

Royaume-Uni

14 940

19.738

3,3

3,3

4,8

---

---

---

---

---

---

---

---

25

9

Chine

2 218

10.500

0,5

1,8

29,6

Source : Organisation mondiale du tourisme.

Les premières tendances enregistrées pour la saison 1997 confirment cependant le redressement en matière de tourisme enregistré à la fin de l'année 1996.

Il convient de rappeler que lors du premier semestre 1997, l'enquête de fréquentation de l'hôtellerie homologuée a confirmé que la fréquentation étrangères était en hausse sensible (+ 9,5 % de nuitées par rapport à 1996) ; surtout dans les hôtels " 3* ", " 4* "et " 4* Luxe " (+ 13,5 % par rapport à l'année précédente). Cette progression est très sensible à Paris (+ 12,9 %) et en Provence Alpes Côte d'Azur (+ 12,8 %).

Les estimations pour les cinq premiers mois de 1997 du poste voyages de la balance des paiements laissent présager une augmentation sensible des recettes touristiques en France et une stabilisation des dépenses des Français à l'étranger rendant envisageable une progression du solde en 1997.

De ce fait, le solde du poste voyage de la balance des paiements s'élève pour la période de janvier à mai à 22,4 milliards de francs, en progression de 26,2 % par rapport à la même période de l'année précédente.

Ainsi, l'amélioration de la situation économique sur de nombreux marchés étrangers et l'évolution du cours de certaines devises étrangères (notamment dollar américain, livre britannique, lire...), renforcent de façon sensible en 1997, la compétitivité de la destination " France ".

II. LE " MILLÉSIME FRANÇAIS " POUR 1997

A. DES RÉSULTATS STABLES POUR L'ANNÉE 1996

Le bilan de l'activité touristique au cours de l'année 1996 a été globalement caractérisé par une fréquentation française stable et par une fréquentation étrangère en hausse de 4 % par rapport à l'année précédente (62,4 millions de touristes internationaux). Les recettes internationales ont été en progression de 5,5 % par rapport à 1995 (poste voyage de la balance des paiements).

1. Les séjours touristiques des Français

Les Français ont effectué légèrement moins de séjours qu'en 1995 tant pour leurs séjours personnels que lors de leurs déplacements professionnels, en France et à l'étranger.

L'enquête du suivi des déplacements touristiques des Français a permis de recenser 178 millions de séjours touristiques (- 4,4 % par rapport à 1995) pour un peu plus d'un milliard de nuitées (- 2,4 %), qui se sont déroulées principalement sur le territoire national (90,5 % des séjours et 86,8 % des nuitées).

Ce léger recul de la fréquentation a été constaté aussi bien pour les séjours effectués en France (- 3,7 %) que pour les séjours à l'étranger (- 4,8 %).

Le marché des séjours personnels s'est recentré autour des vacances à caractère familial et la durée moyenne des séjours s'est légèrement allongée (5,9 jours).

Cette caractéristique se retrouve dans l'analyse des modes d'hébergement puisque plus de 42 % des nuitées des touristes français en France ou à l'étranger se sont déroulés en famille ou chez des amis. Parallèlement, on note une progression de l'utilisation des gîtes ruraux, des hébergements non marchands et, à un moindre degré, de l'hôtellerie.

Les régions qui connaissent la fréquentation touristique la plus importante par les touristes français sont les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur (12,3 % des nuitées), Rhône-Alpes (10,6 %), l'Ile-de-France (6 %), puis le Languedoc-Roussillon, l'Aquitaine, la Bretagne et les Pays-de-Loire.

Les séjours personnels à l'étranger sont, comme les années précédentes, principalement effectués en Espagne et en Italie et, pour une part moins importante, en Grande-Bretagne et en Allemagne.

2. Les séjours des étrangers

Le tassement de la fréquentation étrangère observé lors du second semestre 1995 s'est prolongé sur le premier semestre 1996, comme le signalent les indicateurs monétaires et de flux, mais les résultats enregistrés lors de la période estivale (juillet/août) ont permis d'atténuer ce bilan morose du début d'année. Le redressement amorcé pendant l'été a été conforté lors de la fin de l'année 1996.

Les premiers résultats de l'enquête aux frontières pour 1996 confirment la position de la France comme premier pays d'accueil au monde avec 62,4 millions de touristes étrangers. Il convient d'ajouter à ce chiffre 85,8 millions d'excursionnistes (séjour de moins de 24 heures), soit un total de 148 millions de visiteurs.

Par rapport aux résultats de la précédente enquête qui date de 1994, la progression est de 2 % pour les touristes et de 12,6 % pour les visiteurs.

Dans le palmarès des clientèles touristiques, l'Allemagne reprend la première place avec 13,3 millions de touristes. Elle est suivie par la Grande-Bretagne (10 millions), les Pays-Bas (8,1 millions), la Belgique et le Luxembourg (7,4 millions) et l'Italie (5,3 millions).

Par rapport à 1994, outre les pays de l'Europe de l'Est (+ 17 %), les plus fortes progressions sont à l'actif des marchés lointains : Etats-Unis (+ 12 %) et l'ensemble Asie/Océanie (+ 10,3 %).

B. BILAN DE LA SAISON D'HIVER 1996-1997

Le bilan de cette saison hivernale 1996/1997 est contrasté. En effet, après un excellent début de saison (décembre à février), en grande partie, dû à un enneigement précoce, la fin de saison a été difficile en raison notamment d'un redoux et d'un calendrier scolaire relativement pénalisant, avec des départs et retours en milieu de semaine.

Si la fréquentation française a été globalement en baisse à la montagne en France et à l'étranger par rapport à l'hiver précédent (- 6,8 % en termes de séjours et - 11,4 % pour les nuitées), en revanche, les séjours avec pratique de ski ont enregistré une légère hausse par rapport à la saison précédente (+ 3,3 % en nuitées).

La diminution de la fréquentation a été générale dans tous les massifs, hormis dans les Vosges et le Jura. On constate une légère progression des courts séjours au détriment des longs séjours par rapport à l'an dernier, mais le ski a attiré une clientèle plus importantes.

Il faut néanmoins relativiser ces résultats en retrait par rapport à la saison 1995/1996 qui avait été l'une des meilleurs depuis 1990 en termes de fréquentation.

SÉJOURS PERSONNELS DES FRANÇAIS À LA MONTAGNE SELON LA DESTINATION

Décembre à avril

1995-1996

Variation

milliers

en %

milliers

en %

en %

En France

9.396

91,4

8.760

92,3

A l'étranger

887

8,6

728

7,7

- 6,8

Source : Direction du Tourisme/SOFRES

C. DES DÉBUTS TRÈS PROMETTEURS POUR LA SAISON 1997

Les premières estimations fournies par Maison de la France montrent une augmentation sensible de la fréquentation, notamment étrangère (entre 8 et 10 %). On peut estimer qu'en 1997, 65 millions de touristes étrangers auront été accueillis, soit plus que la population française.

Trois facteurs expliquent ces résultats prometteurs, à savoir le redémarrage de l'activité mondiale, la baisse des tarifs aériens et l'effet devises en raison d'une hausse du dollar et de la livre-sterling.

Les premiers résultats font apparaître une fréquentation en hausse sensible des Britanniques, des Américains, des Italiens ainsi que des Japonais, et parmi les régions qui profitent de cette hausse, on trouve la Provence-Côte-d'Azur, la Corse, l'Ile-de-France et la Bretagne.

Si l'arrière-saison confirmait les performances enregistrées depuis le début 1997, on pourrait s'attendre à un excédent de la balance des paiements évalué à 60 milliards de francs.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli