Allez au contenu, Allez à la navigation



La Poste : le temps de la dernière chance

 

B. LA CAUSE FONDAMENTALE : UN DÉFAUT MAJEUR DE MODERNISATION...

1. Des centres de tris dispersés et inégalement modernisés

La Poste n'a pas pris les moyens de tirer bénéfice des évolutions techniques susceptibles d'accroître la performance et donc la rentabilité du traitement du courrier grâce à la capacité qu'elles offrent de trier automatiquement les objets d'un bout à l'autre de la chaîne de traitement.

Un bref rappel de ces évolutions sur les trente dernières années amène à distinguer trois phases. En effet, l'automatisation du tri a progressivement porté sur chacune des étapes de la chaîne de production, à mesure que les équipements de lecture optique se sophistiquaient. Ainsi, à la fin des années 1970, le tri automatique par département de destination est devenu possible. Puis, dans les années 1980, c'est le tri automatique par bureau distributeur qui a été rendu possible. Enfin, le tri automatique par tournée de distribution est devenu faisable techniquement dans les années 1990. Parallèlement, l'évolution des équipements de tri a permis de trier automatiquement des objets de plus en plus volumineux.

Sans nier les efforts de modernisation engagés à La Poste depuis vingt-cinq ans, comme le rappelle la CFDT dans les réponses qu'elle a faites à votre rapporteur, il apparaît que La Poste n'a pas pleinement tiré parti de ces avancées de l'automatisation, qui sont pourtant déterminantes en matière de rentabilité de l'activité courrier.

D'ailleurs, si La Poste affirme aujourd'hui que tous ses centres de tris sont automatisés, elle reconnaît en même temps que cette modernisation est très hétérogène : bon nombre de ces centres de tris n'atteignent pas la taille critique nécessaire pour que l'implantation des machines les plus modernes y soit rentable. De fait, les centres de tris français sont nettement plus nombreux et dispersés que ceux des postes européennes les plus performantes, comme le prouvent les chiffres ci-dessous.

Modernisation de l'outil industriel et taux d'automatisation

 

Groupe
La Poste

TNT
Post Group

Deutsche
Post World Net

Nombre de centres de tri

130

6

83

dont centres de tri modernisés

1 à 2 par an

tous

tous

Source : document « Performances et convergences » publié par La Poste fin 2002.

2. Une rente de monopole inexploitée

Sans doute la protection illusoire du monopole est-elle pour beaucoup dans la prise de conscience tardive de l'importance stratégique de ces évolutions pour l'avenir de la branche courrier. Et on ne peut que déplorer que La Poste n'ait pas appuyé plus tôt sa nécessaire modernisation industrielle sur une valorisation de la « rente » que le monopole lui permettait de retirer sur l'activité courrier. Ainsi, la variable que constitue le prix du timbre n'a pas été utilisée comme outil d'accumulation de richesses pendant les dernières années de vie d'un monopole confortable, alors que la manne qui aurait résulté de son augmentation eût été susceptible d'offrir un formidable levier de financement26(*). Votre rapporteur plaide pourtant depuis de longues années pour un relèvement du prix du timbre...

D'autres postes, en revanche, l'ont compris, comme l'atteste l'histogramme ci-dessous.

Augmentation moyenne : 24 %

Source : document « Performances et convergences » publié par La Poste fin 2002.

* 26 Désormais, La Poste est condamnée par la pression concurrentielle croissante à ne pas trop accroître le prix du timbre, et en tout cas pas au-delà du tarif de base allemand (0,55 euro).