Allez au contenu, Allez à la navigation



La Poste : le temps de la dernière chance

 

2. Une part de marché à peine stabilisée et une rentabilité fragile

Malgré les initiatives qu'elle a prises, La Poste n'est parvenue qu'à interrompre la chute de sa part de marché globale55(*) qui a reculé de 30 % entre 1980 et 2002, pour la stabiliser autour de 9,4 % (représentant un encours de 200 milliards d'euros). Le Produit Net Bancaire des services financiers a atteint 3,8 milliards d'euros en 2001, ce qui place La Poste au septième rang des établissements bancaires56(*) en termes de chiffre d'affaires, sur un périmètre comparable (PNB issu des activités de banque de détail en France).

De même, la rentabilité de ses services financiers n'est pas avérée. Si les services financiers ne représentent pas une charge pour La Poste, leur rentabilité étant, en 2001, légèrement positive57(*) (en comptes sociaux), cette rentabilité reste toutefois faible, comparée à celle d'autres acteurs bancaires de détail en France, qui ont fait d'importants et réguliers gains de productivité au long des dernières décennies.

Il reste délicat d'interpréter les raisons de cette médiocre rentabilité, qui tient tant aux spécificités de l'activité financière postale58(*) qu'aux caractéristiques communes à l'ensemble du groupe La Poste. Selon le syndicat FO, si les services financiers sont intrinsèquement rentables -à hauteur de 150 millions d'euros-, mais trois fois moins que les banques, ce serait dû, pour deux tiers, aux carences de la gamme de produits offerts et, pour un tiers, aux charges de structure59(*), la rentabilité étant, pour l'essentiel, d'après les estimations collectées par votre rapporteur, assurée par 6.000 bureaux de poste.

* 55 Le périmètre de calcul de la part de marché globale est constitué des principaux placements des ménages et des personnes morales non financières résidant en France. Il exclut par convention les titres détenus en direct (actions, obligations...), qui sont en revanche inclus dans l'encours.

* 56 Selon les chiffres fournis par La Poste, le Crédit agricole se situe en tête, avec un produit net bancaire de 10,3 milliards d'euros.

* 57 Source : La Poste.

* 58 Gamme limitée, manque de maîtrise des flux collectés, rôle de guichet social.

* 59 Charges des retraites, exclusion du dispositif d'allègement de charges sociales sur les bas salaires, réseau souffrant d'inadaptations aux besoins de la clientèle et générant des coûts élevés.