Allez au contenu, Allez à la navigation

LEBRUN Pierre-Antoine

Ancien sénateur du Second Empire

  • IInd Empire

    Ancien sénateur du
    Second Empire

Election

  • Elu le 8 mars 1853
  • Fin de mandat le 4 septembre 1870

Autres mandats

  • Chambre des Pairs du 7 novembre 1839 au 24 février 1848

Extraits de la table nominative :

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)

avant 1889

LEBRUN (PIERRE-ANTOINE), pair de France, sénateur du Second Empire, né à Paris le 29 novembre 1785, mort à Paris le 27 mai 1873, s'adonna de bonne heure à la littérature et particulièrement à la poésie et composa une tragédie : Coriolan, qui lui valut la protection de François de Neufchâteau; celui-ci le fit entrer au Prytanée en 1797. Il fit, après Austerlitz, une Ode à la Grande armée que Napoléon récompensa d'une pension de 1200 francs, et, après Iéna et Friedland, la Guerre de Prusse. Il fut nommé receveur des contributions au Havre. A la Restauration, il ne cessa de célébrer les gloires impériales et publia Super flumina, Le vaisseau de l'Angleterre, Poème sur la mort de l'Empereur, etc. Le gouvernement lui supprima sa pension et lui retira la recette du Havre ; il aborda alors le théâtre. Déjà, en 1814, il avait composé une tragédie : Ulysse; il partagea avec Saintine, en 1817, le prix de poésie de l'Académie française. Il fit jouer, le 6 mars 1820, au Théâtre-français, Marie Stuart, qui eut beaucoup de succès et qui est restée au répertoire. Les romantiques surtout firent bon accueil à l'oeuvre dans laquelle ils applaudissaient le triomphe de leurs idées. Le Cid d'Andalousie, en 1825, ne réussit pas, mais le Voyage en Grèce plut davantage. Lebrun entra à l'Académie française en 1828, pour remplacer François de Neufchâteau. Nommé, en 1830, directeur de l'Imprimerie royale, situation qu'il garda jusqu'en 1848, il fut appelé, le 7 novembre 1839, à la Chambre des pairs, et, le 8 mars 1853, au Sénat du Second Empire. Grand-officier de la Légion d'honneur (14 août 1868). Il mourut subitement à Paris. On a encore de lui OEuvres de

P. Lebrun (1844-1863), cinq volumes en deux parties. Il eut pour successeur à l'Académie française M. Alexandre Dumas fils.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Le Sénat vers 1870
Etat-civil
Né le 29 novembre 1785
Décédé le 27 mai 1873
Profession
Ecrivain
  • Mis à jour le 15 janvier 2019