Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

IV. UNE CONTRIBUTION ESSENTIELLE À L'ENSEMBLE DES SYSTÈMES DE FORCES

La marine est présente dans tous les domaines d'intervention de la défense et apporte une contribution essentielle à tous les systèmes de forces : dissuasion, projection, prévention et protection. Sur le dernier point, la marine s'est affirmée comme la « colonne vertébrale » d'un dispositif par nature interministériel, la protection des approches maritimes.

A. L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DES FORCES EN 2003 ET EN 2004

Avec 239 000 heures de mer, l'activité 2003 des bâtiments est en léger retrait par rapport à 2002 (moins 10 000 heures de mer au total). Le recul concerne les bâtiments de combat et de soutien, l'activité des bâtiments auxiliaires étant, quant à elle, en progression.

Pour l'aviation navale, on enregistre plus de 51 500 heures de vol au total, soit une augmentation de 350 heures (0,8 %) par rapport à 2002.

Bâtiments

2002

2003

1er semestre 2004

Heures de mer

248 962

239 081

122 710

Nombre moyen de jours de mer par bâtiment

85

85

45

 
 
 
 

Aéronefs

2002

2003

1er semestre 2004

Heures de vols

51 146

51 537

28 834

Le recul de l'activité des bâtiments de combat et de soutien (- 8,5 % par rapport à 2002) était nécessaire après les efforts consentis en 2002 pour l'opération Héraclès. L'activité s'est recentrée sur l'entraînement de base, les contrats opérationnels et quelques grands exercices (Pean, Northern Light).

Aucun grand déploiement n'a été conduit en 2003.

L'année 2003 a par ailleurs été marquée par de nombreuses opérations d'entretien (« Charles de Gaulle », sous-marins nucléaires d'attaque, renforcement des structures pour les frégates anti-sous-marine, modernisation des chasseurs de mines).

L'activité des bâtiments auxiliaires est en nette progression (+ 9 % par rapport à 2002). Ce chiffre reflète une légère amélioration de la disponibilité pour ce type de bâtiment et la forte implication de la marine dans les opérations de sauvegarde, en particulier celles consécutives aux naufrages du « Prestige » et du « Tricolor ».

En 2003, l'activité de la flotte se répartit comme suit :

L'année 2004 est marquée par une prégnance des opérations extérieures, concomitante à une activité soutenue en matière de sauvegarde de même que par une forte activité opérationnelle et une implication soutenue dans les missions de sauvegarde.

    retour sommaire suite