Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2010 : Outre-mer

 

3. Les îles Éparses au coeur des préoccupations environnementales et scientifiques

Les cinq petites îles et atolls de l'océan Indien (Bassas da Indien, Europa, Glorieuses, Juan de Nova et Tromelin), qui constituent les îles Éparses depuis la loi du 21 février 2007, ont fait l'objet cette année d'une exposition médiatique particulièrement importante, qui a permis de mieux faire connaître ces territoires exceptionnels, véritables sanctuaires de la biodiversité.

En effet, les TAAF ont organisé pour la première fois une rotation exceptionnelle du navire logistique et océanographique Marion Dufresne dans ces îles en avril-mai 2009.

Cette mission avait trois objectifs :

- le rapatriement des déchets lourds accumulés pendant cinquante ans sur les îles Éparses, ceux-ci ayant été au préalable découpés, triés, pesés et conditionnés par des équipes des TAAF depuis juin 2008.

En effet, l'isolement des îles Éparses les rend extrêmement difficiles d'accès, et nécessite la mise en oeuvre d'une chaine logistique de transport très complexe, d'autant qu'il n'existe aucune possibilité de traitement in situ, et que ce haut lieu de la biodiversité mondiale ne permet pas d'envisager l'enfouissement des déchets.

- la mise en place d'une plateforme scientifique flottante sur le Marion Dufresne, afin de mettre à la disposition des programmes scientifiques qui mènent déjà des opérations sur ces îles des moyens importants, mais aussi de permettre à d'autres programmes de découvrir cette zone en utilisant les possibilités de mise en oeuvre du Marion Dufresne. Ces nouveaux programmes de recherches sont issus d'une sélection faisant suite à un appel d'offres lancé par les TAAF en 2008. 16 programmes, parmi lesquels ceux de l'Université de la Réunion, du laboratoire d'Écologie Marine (Ecomar), du Muséum national d'histoire naturelle, de l'IFREMER ou encore de l'Institut pour la Recherche pour le Développement, ont été retenus et bénéficient de l'aide des TAAF afin de contrôler leur faisabilité et leur mise en oeuvre sur le territoire.

- la promotion d'une forme d'éco-tourisme, encadré et respectueux de la biodiversité fragile de ces îles, sous la forme de visites guidées pour de petits groupes de touristes (une trentaine maximum). Les îles Eparses offrent en effet un programme éco-touristique riche et varié : découverte des restes d'habitations chargées d'histoire comme l'ancienne usine de guano à Juan de Nova, promenade sur les traces des esclaves oubliés de l'île Tromelin, ballades ornithologiques pour contempler les fous à pieds rouges, les fous masqués, les sternes, les frégates...

Votre rapporteur souligne à cet égard la nécessité de maintenir la présence d'effectifs militaires sur ces îles, afin d'en assurer la protection. Si l'engagement français était réduit, on peut en effet craindre que ces îles ne soient rapidement utilisées comme des points d'appui par les pirates et trafiquants de la zone.

L'année 2008-2009 a également été l'occasion de promouvoir les richesses naturelles des îles Éparses en France métropolitaine, avec la tenue d'un colloque au Sénat le 5 octobre 2009, organisé par le groupe d'études sur l'arctique, l'antarctique et les TAAF du Sénat, présidé par votre rapporteur, en étroite association avec les TAAF.

Ce colloque, intitulé « Îles Éparses, terres d'avenir », placé sous le haut patronage du Président du Sénat, a permis de faire connaître les atouts et enjeux de ce territoire d'exception à plus d'une centaine de participants. Ont été abordés les thèmes de la coopération régionale entre Mayotte et les TAAF, à travers le prisme de la récente départementalisation de Mayotte, de la gestion raisonnée des ressources halieutiques, de la mémoire et de l'histoire de l'île Tromelin, de la recherche en sciences de l'univers et de l'impact des changements globaux sur la biodiversité.

Lors de son allocution de clôture, Mme Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-mer, a déclaré que ce colloque constituait « le coup d'envoi d'une démarche éclairée, collective et prospective au service d'un projet pour les Eparses » et qu'il ouvrait « une brèche dans le mur de relative ignorance ou d'indifférence qui entourait les îles Eparses », invitant à « faire fructifier » ce « premier succès ».

*

Sous le bénéfice de ces observations, votre commission a émis un avis favorable à l'adoption des crédits consacrés à la mission « outre-mer » dans le projet de loi de finances pour 2010.