Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2011 : Régimes sociaux et de retraite

18 novembre 2010 : Budget 2011 - Régimes sociaux et de retraite ( avis - première lecture )

B. A LA SNCF, UNE RÉFORME AUX EFFETS CONTRASTÉS

1. Des économies relativement modestes pour le régime spécial

 Le principal effet de la réforme résulte de ce que les agents ne seront plus mis à la retraite d'office à cinquante ou cinquante-cinq ans selon qu'ils sont conducteurs ou sédentaires. Ainsi, le nombre annuel de demandes de liquidation des droits à la retraite à la SNCF a diminué à compter de 2008 : il est passé de 7 000 en 2007 à 5 800 en 2008 et à 4 800 en 2009. Seulement 40 % des agents en droit de partir à la retraite en 2009 l'ont fait valoir.

Devant la Mecss, Frédéric Buffin, directeur de la caisse de prévoyance et de retraite du personnel de la SNCF, a ainsi résumé la situation 7(*):

« Alors qu'avant la réforme, les salariés étaient en pratique contraints de partir à cinquante-cinq ans, conformément à une culture profondément ancrée, de nombreux salariés considèrent désormais qu'ils ont un intérêt à rester dans l'entreprise et la culture collective de départ à la date la plus précoce possible est en train de se modifier. Alors qu'autrefois 7 000 personnes quittaient l'entreprise chaque année, elles ne sont plus aujourd'hui que 4 500 même si cette tendance se ralentit. Il est cependant encore difficile de savoir pendant combien de temps ces salariés vont rester en activité après avoir atteint l'âge légal leur permettant de liquider leur pension. Cette prolongation d'activité pourrait atteindre deux ans à deux ans et demi. »

Dans ce contexte, les gains attendus sont de deux ordres :

gains en cotisations puisque les agents cotisent plus longtemps et à des niveaux plus élevés en fin de carrière ;

gains en pensions puisque les pensions, versées plus tardivement, permettent un décalage de paiement et un versement moins long à espérance de vie constante.

 Le chiffrage des gains financiers, effectué en 2009 par la caisse autonome de retraite de la SNCF, présente des perspectives d'économies plus élevées que celles annoncées par le Gouvernement, de l'ordre de 300 millions d'euros par an sur la période 2009-2030, ce qui représente 10 % de la subvention d'équilibre versée par l'Etat au régime.

Selon ces projections, le gain cumulé en 2030 dépasserait 6,5 milliards.

Source : CPRPSNCF

Il convient de préciser que la CPRPSCNF n'a pas réalisé, depuis 2009, de nouveaux chiffrages de l'incidence financière de la réforme de 2008.

En revanche, comme l'explique le rapporteur spécial de la commission des finances8(*), Bertrand Auban, dans son rapport d'information consacré au régime de retraite de la SNCF, ces données ont permis d'élaborer des projections démographiques et financières à moyen et long terme.

Celles-ci font état de deux évolutions majeures pour la période 2010-2030.

 La première est un mouvement continu de décroissance de la charge des pensions de 2015 à 2030 pour des raisons démographiques. En effet, le rapport démographique du régime s'améliorerait grâce, d'une part, au maintien du nombre de cotisants, d'autre part, à une diminution mécanique - du fait des décès - du nombre de pensionnés : 140 000 cotisants pour 220 000 pensionnés en 2030, au lieu d'environ 292 000 aujourd'hui.

Les perspectives démographiques à long terme sont présentées dans le tableau ci-dessous.

Projections démographiques du régime de retraite de la SNCF

 

Cotisants

Départs à la retraite

Retraités de droits directs

Retraités
réversataires

Ensemble des pensionnés

Rapport démographique pondéré(*)

2009

157 133

4 837

184 404

107 072

291 476

66 %

2010

155 150

7 155

184 148

105 723

289 871

65 %

2011

153 680

7 194

184 031

104 242

288 273

65 %

2012

152 152

7 167

183 988

102 609

286 597

64 %

2013

150 635

7 143

184 022

100 832

284 855

64 %

2014

149 129

7 398

184 405

98 948

283 353

63 %

2015

147 638

6 980

184 473

96 948

281 421

63 %

2016

146 161

5 453

183 120

94 519

277 639

63 %

2017

144 700

4 847

181 284

92 056

273 340

63 %

2018

143 253

4 313

179 041

89 591

268 632

64 %

2019

141 820

3 465

176 082

87 160

263 243

64 %

2020

140 402

3 293

173 082

84 788

257 870

65 %

2021

140 402

3 242

170 158

82 557

252 715

66 %

2022

140 402

2 939

167 043

80 423

247 467

67 %

2023

140 402

3 152

164 247

78 482

242 729

69 %

2024

140 402

3 328

161 718

76 721

238 439

70 %

2025

140 402

3 668

159 604

75 136

234 740

71 %

2026

140 402

3 804

157 688

73 728

231 416

72 %

2027

140 402

3 806

155 822

72 483

228 306

73 %

2028

140 402

3 959

154 150

71 391

225 541

74 %

2029

140 402

4 273

152 824

70 407

223 232

74 %

2030

140 402

4 794

152 045

69 553

221 598

75 %

2031

140 402

4 928

151 416

68 796

220 211

75 %

2032

140 402

4 846

150 714

68 115

218 830

76 %

2033

140 402

4 541

149 715

67 497

217 212

76 %

2034

140 402

4 233

148 415

66 926

215 341

77 %

2035

140 402

4 099

146 986

66 388

213 375

78 %

2036

140 402

3 895

145 360

65 850

211 211

78 %

2037

140 402

4 085

143 931

65 335

209 267

79 %

2038

140 402

4 092

142 517

64 812

207 329

80 %

2039

140 402

4 089

141 108

64 271

205 379

81 %

2040

140 402

4 023

139 640

63 703

203 344

82 %

2041

140 402

3 900

138 062

63 100

201 161

82 %

2042

140 402

4 129

136 726

62 454

199 179

83 %

2043

140 402

4 416

135 695

61 742

197 437

84 %

2044

140 402

4 571

134 841

60 995

195 836

85 %

2045

140 402

4 615

134 056

60 190

194 246

85 %

2046

140 402

4 721

133 410

59 318

192 729

86 %

2047

140 402

4 700

132 788

58 374

191 162

86 %

2048

140 402

4 647

132 170

57 349

189 520

87 %

2049

140 402

4 516

131 493

56 236

187 729

88 %

2050

140 402

4 337

130 728

55 011

185 740

88 %

* Ratio du nombre de cotisants et de la somme du nombre de retraités de droit direct et du nombre de réversataires pondéré par le taux de réversion.

Source : CPRPSNCF

En conséquence, le montant des pensions versées passerait de près de 5,2 milliards d'euros en 2015 à 4,4 milliards en 2030.

 La deuxième évolution, conséquence directe de la première, est la stabilisation - à compter de 2015 - de la subvention d'équilibre de l'Etat, puis la diminution de celle-ci jusqu'en 2030.

- Selon les informations du ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, la subvention de l'Etat présente à court terme une perspective d'augmentation très nette, de l'ordre de 6,5 % entre 2011 et 2013, puis une stabilisation autour de 3,3 milliards d'euros annuels en 2014 et 2015.

Prévisions démographiques et financières de la CPRPSCNF pour la période 2010-2015

 

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Nombre de cotisants

155 150

153 680

152 152

150 635

149 129

147 638

Nombre de retraités directs

184 148

184 031

183 988

184 022

184 405

184 473

Nombre de réversions

105 723

104 242

102 609

100 832

98 948

96 948

Rapport démographique pondéré(1) (réversion : 0,5)

65 %

65 %

64 %

64 %

63 %

63 %

Montant des cotisations
(en millions d'euros courants)

2 025

1 987,6

1 955

1 949

1 912

1 882

Montant des pensions versées
(en millions d'euros courants)

5 019

5 195

5 136

5 159

5 175

5 181

Montant de la subvention de l'Etat
(en millions d'euros courants)

2 992

3 192

3 311

3 404

3 314

3 350

(1) Le rapport démographique pondéré est le quotient cotisants/retraités dans lequel le nombre de retraités est la somme du nombre de retraités directs et de la moitié du nombre de réversions puisque le taux de réversion est de 50 %.

Source : ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer

Sur la base de données mises à jour en août 2010, la CPRPSNCF n'a pas remis en cause ces projections, mais les a affinées. Elle estime ainsi qu'entre 2011 et 2015, la progression serait continue, sans « pic » en 2013.

Prévisions budgétaires de la CPRPSNCF pour la période 2010-2015

(en millions d'euros)

Montant de la subvention de l'Etat

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Prévisions en LFI 2010 et PLF 2011

3 120

3 192

-

-

-

-

Prévisions CPRPSNCF

3 020

3 153

3 223

3 261

3 314

3 350

Source : CPRPSNCF

Comme le note Bertrand Auban, « ces divergences de chiffrage à court terme illustrent certes le caractère relativement instable des paramètres de calcul, mais aussi la nécessité de resserrer les délais de traitement, par le Gouvernement, des informations fournies par la CPRPSNCF pour déterminer, à l'avenir le niveau adéquat des crédits qui seront soumis au vote du Parlement ».

- A long terme, la subvention d'équilibre connaîtrait un mouvement continu de décroissance. Elle passerait sous la barre des 3 milliards d'euros en 2023 et s'élèverait à un peu plus de 2,5 milliards en 2030.

Les prévisions démographiques et financières de la CPRPSNCF pour la période 2015-2030

(en millions d'euros, chiffres arrondis)

 

2015

2017

2019

2021

2023

2025

2027

2030

Nombre de pensionnés

281 421

273 340

263 242

252 715

242 729

234 740

228 305

221 598

Pensions versées

5 181

5 099

4 962

4 826

4 672

4 556

4 468

4 376

Frais de gestion et divers

34

33

32

31

30

30

29

28

Total des charges

5 214

5 132

4 994

4 858

4 702

4 586

4 497

4 405

Cotisations

1 882

1 852

1 835

1 825

1 841

1 849

1 858

1 875

Subvention de l'Etat

3 350

3 297

3 176

3 050

2 879

2 755

2 656

2 547

Moyens d'équilibre

3 331

3 278

3 157

3 031

2 860

2 736

2 637

2 528

Ressources propres

1 883

1 854

1 836

1 827

1 842

1 850

1 860

1 876

Total des produits

5 214

5 132

4 994

4 858

4 702

4 586

4 497

4 405

Source : ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer

*

Certes, la perspective d'une diminution à long terme du soutien de l'Etat à la caisse de retraite de la SNCF est une bonne nouvelle, mais il faut rappeler que le niveau de cette contribution dépassera, chaque année, les 3 milliards d'euros jusqu'en 2021.

Aussi, votre rapporteur fait sienne la remarque formulée par son homologue de la commission des finances :

« Si la réforme de 2008 semble permettre de réduire la charge des pensions pour le régime spécial, donc pour l'Etat qui en assure l'équilibre financier, elle ne répond assurément pas au défi d'un retour à l'équilibre. »


* 7 Audition du 16 mars 2010. Tome II du rapport d'information « Retraites 2010 : régler l'urgence, refonder l'avenir » (n° 461 (2009-2010) de Christiane Demontès et Dominique Leclerc au nom de la Mecss.

* 8 « Le régime spécial de retraite de la SNCF : un premier bilan de la réforme de 2008 », rapport d'information n° 732 (2009-2010) du 29 septembre 2010 - par M. Bertrand AUBAN, fait au nom de la commission des finances.