Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

C. L'AGRÉGAT SÉCURITÉ CIVILE PROGRESSE DE 20 %

1. Composantes de l'agrégat

La direction de la défense et de la sécurité civile (DDSC) du ministère de l'intérieur coordonne et met en oeuvre les mesures de la défense civile, la politique de protection des populations et la prévention des risques civils. Elle apporte secours aux personnes et aux biens et assiste les services locaux de secours et de lutte contre l'incendie.

L'agrégat sécurité civile du ministère de l'intérieur comporte les moyens destinés :

- aux secours et aux interventions opérationnelles

En 2003, les 32 hélicoptères de la sécurité civile ont secouru 9.182 personnes (17.349 heures de vol), toutes missions confondues. Les 1.480 personnels militaires des unités d'intervention ont agi, tant en métropole (89.410 jours) qu'outre-mer (171 jours) et à l'étranger (114 jours), essentiellement à l'occasion de catastrophes naturelles.

Au 1er mai 2004, 151 artificiers de la police nationale ont intégré le service de déminage, relevant de la DDSC, dont les effectifs ont été portés ainsi à 303 personnes. Le service de déminage comporte 20 centres et six antennes. Au cours de l'année 2003, 430 tonnes d'engins explosifs ont été traitées.

16,43 millions d'euros ont été versés en 2003 pour le secours d'extrême urgence au profit des victimes de catastrophes naturelles ou technologiques.

- à la lutte contre les incendies de forêt

Les moyens aériens comprennent 25 avions bombardiers d'eau et 3 avions de liaison, stationnés à la base d'avions de Marignane. Trois unités militaires de sécurité civile sont positionnées dans les bases de Nogent le Rotrou, Brignoles et Corte.

La sécheresse et la canicule ont contribué à l'inquiétant « record », en 2003, des surfaces détruites par le feu avec 74.000 hectares (dont 85 % en zone sud), contre 20.700 hectares en 2002.

Pour assurer la lutte contre les feux de forêt, 468 interventions des unités militaires de sécurité civile ont été nécessaires en 2003 (48.000 hommes/jours de mission, dont 4.200 au titre de la prévention).

De surcroît, 1.500 sapeurs pompiers venus de toute la France ont, en situation d'extrême urgence, été mobilisés simultanément en zone sud (85.000 hommes/jour).

Les moyens aériens ont été utilisés à raison de 9.070 heures de vol (dont 1.865 heures en vol de guet armé aérien).

- au soutien général

L'assistance technique des services opérationnels comporte notamment la maintenance du parc des véhicules lourds ou spécialisés (400 engins).

L'Institut national d'études de la sécurité civile (INESC), chargé de la formation initiale et continue des officiers de sapeurs pompiers, a disposé en 2003, 48.591 journées de formation à destination de 4.754 officiers.

- au soutien des acteurs locaux

Le ministère participe au financement des interventions des services d'incendie et de secours en dehors de leur zone de compétence.

Il finance la participation de l'Etat aux dépenses de la brigade des sapeurs pompiers de Paris, compétente aussi pour la « petite couronne » comprenant 7.090 hommes ayant réalisé 428.458 interventions en 2003.

Votre rapporteur spécial tient à rendre un hommage particulier à tous ces personnels et services toujours dévoués dans leurs tâches de secours aux personnes et aux biens, et singulièrement aux 14 sauveteurs décédés depuis le début de l'année10(*).

* 10Chiffres au 28 août 2004 : 3 sapeurs-pompiers professionnels, 5 sapeurs-pompiers volontaires, 1 militaire appartenant à une unité de sécurité civile, 2 pilotes d'avions bombardiers d'eau, 2 pilotes d'hélicoptères et 1 sauveteur de la société nationale de sauvetage en mer.

    retour sommaire suite