Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi d'habilitation à prendre par ordonnances diverses mesures de simplification et de sécurisation de la vie des entreprises

4 décembre 2013 : Vie des entreprises ( rapport - première lecture )

EXAMEN EN COMMISSION

Mercredi 4 décembre 2013

M. Jean-Pierre Sueur, président. - Nous souhaitons la bienvenue à nos rapporteurs pour avis : M. Patriat, de la commission des finances, M. Vaugrenard, de la commission des affaires économiques, et Mme Rossignol, de la commission du développement durable.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - Nous voici à nouveau saisis d'un projet de loi d'habilitation. Il traduit les engagements du Gouvernement envers les entreprises en matière de « choc de simplification », pris en juillet lors du comité interministériel pour la modernisation de l'action publique.

La simplification du droit des entreprises fait l'objet d'un relatif consensus et constitue une priorité partagée par le Parlement et par le Gouvernement. Elle est d'ailleurs devenue un processus permanent depuis une dizaine d'années. Cent fois sur le métier le législateur doit remettre son ouvrage...

Nous avons changé de méthode. Je ne rappellerai pas les réticences constantes de notre commission à examiner les propositions de loi de simplification de notre collègue député Jean-Luc Warsmann, de plus en plus volumineuses. Bernard Saugey, rapporteur de trois de ces textes, les avait décrites comme des « assemblages hétéroclites de cavaliers législatifs en déshérence ».

Dans son rapport sur la dernière proposition de loi de simplification, en décembre 2011, Jean-Pierre Michel avait critiqué la méthode consistant à élaborer avec le Gouvernement un texte embrassant les sujets les plus variés, qui  dénature la délibération parlementaire, privée d'un réel débat éclairé. Il avait évoqué « l'épuisement du modèle des lois générales de simplification ». Nous appelions de nos voeux des lois de simplification brèves, sectorielles, ciblées sur des sujets circonscrits. De ce point de vue, nous connaissons aujourd'hui un certain progrès.

Ce projet, centré sur le droit des entreprises, est relativement cohérent. Le texte, qui comprenait dix-neuf articles au départ, n'en comporte que vingt et un à l'issue de son examen par l'Assemblée nationale - les deux articles additionnels émanant du Gouvernement. Saluons cet effort de modération !

Le Gouvernement demande à recevoir délégation pour simplifier le droit des entreprises par ordonnance. Il ne s'agit pas d'un blanc-seing : l'habilitation doit être suffisamment précise pour éclairer le législateur sur les mesures envisagées, comme l'a régulièrement exigé le Conseil constitutionnel. Tel est le sens des amendements que je vous proposerai. Ce faisant, nous revenons à la méthode de simplification par ordonnance antérieure à 2007.

Certes, le recours aux ordonnances n'est pas satisfaisant. Les véritables réformes méritent un projet de loi à part entière et un vrai examen parlementaire au fond. L'article 2, par exemple, modifie largement le droit des entreprises en difficulté : un projet de loi eût été opportun. S'il est vrai que la dernière grande réforme dans ce domaine avait été opérée par une ordonnance en décembre 2008, prise sur le fondement de la loi de modernisation de l'économie, à l'inverse, la réforme précédente fut l'oeuvre d'un projet de loi - devenu la loi de sauvegarde du 26 juillet 2005, sur le rapport de Jean-Jacques Hyest.

Le Gouvernement invoque l'urgence de la situation économique pour justifier le recours aux ordonnances. Je souscris, à regret, à cet argument de réalisme et de rapidité, puisque les délais d'habilitation sont assez courts, entre quatre et huit mois.

Une habilitation ne peut pas résulter d'une initiative parlementaire, mais nous pouvons la préciser et l'aménager par amendements. C'est ce que j'ai cherché à faire, y compris lorsque le Gouvernement préférait un texte délibérément large et imprécis pour se donner plus de liberté.

Il nous appartiendra d'être vigilants au moment de la ratification des ordonnances. J'indiquerai au Gouvernement que la ratification des ordonnances portant sur le droit des entreprises en difficulté devra faire l'objet d'un réel débat parlementaire et que le projet de loi de ratification devra être examiné avec attention.

L'ensemble des professionnels que j'ai consultés ont approuvé les finalités des habilitations sans guère de réserve, à l'exception du fameux article 16 sur la signalétique du tri. Il n'y a donc pas lieu de retrancher du texte certaines habilitations.

On pourrait le compléter par des modifications directes du droit en vigueur, tant les suggestions de simplification sont nombreuses. Par exemple, en droit français, l'abstention dans une assemblée générale d'actionnaires est comptabilisée comme un vote négatif, en conformité, dit-on, avec une directive européenne. Or ce n'est pas le cas dans les législations des autres États membres et la Commission européenne n'y trouve rien à redire. Peut-être pourrais-je approfondir cette question dans une proposition de loi de simplification du droit des sociétés ...

Je vous propose de nous en tenir au périmètre du texte et à la logique des habilitations, sans ajouter de dispositions additionnelles, afin de permettre un examen rapide : certaines dispositions doivent pouvoir entrer en vigueur début 2014. La procédure accélérée a d'ailleurs été engagée.

Nous avons décidé, il y a quinze jours, de déléguer l'examen au fond des articles 8, 11, 12, 15, 16 et 31, selon le cas, à la commission du développement durable ou à la commission des finances. Je vous propose donc de nous en remettre, par principe, à la position qu'elles ont adoptée sur ces articles.

Le projet de loi allège les obligations comptables des petites entreprises, sans supprimer l'obligation de dépôt des comptes au registre du commerce et des sociétés. Il ouvre un droit d'option pour la publication des comptes des très petites entreprises de dix salariés au plus, mais pas aux petites entreprises de cinquante salariés au plus, au nom de la transparence vis-à-vis des tiers, conformément au modèle comptable français.

Le projet rend également obligatoire la facturation électronique dématérialisée entre les personnes publiques et leurs fournisseurs, ce qui peut être compliqué pour les petites entreprises.

L'habilitation relative à la réforme du droit des entreprises en difficulté propose de renforcer la prévention, en la rendant plus attractive et moins coûteuse pour les entreprises. Le privilège dit de new money pour l'apport financier d'investisseurs extérieurs serait rendu plus incitatif.

Le texte propose également de réformer différents aspects des procédures collectives. Il s'inspire de la procédure de sauvegarde financière accélérée, créée à l'initiative de Jean-Jacques Hyest en 2010 - utilisée quatre fois seulement, mais dont le principe suscite beaucoup d'intérêt - pour mettre en place une nouvelle procédure de sauvegarde, ouverte aux créanciers non financiers, en cas d'échec d'une procédure de conciliation.

Le texte propose de revoir l'équilibre entre les différents acteurs des procédures collectives : il adapte les droits des actionnaires pour favoriser l'émergence d'une solution de continuation de l'activité, le cas échéant à l'aide des créanciers qui présenteraient un plan alternatif.

Sont également proposées une liquidation « ultra-simplifiée » de trois mois, une liquidation spécifique pour les débiteurs sans actif net, une facilitation de la clôture pour insuffisance d'actif et une levée du dessaisissement du débiteur personne physique avant la clôture de la procédure, pour lui permettre de recréer une activité.

Le texte vise aussi à améliorer les procédures juridictionnelles devant le tribunal de commerce, en précisant les critères de renvoi devant une autre juridiction, en renforçant encore la présence du ministère public et en clarifiant le rôle et le statut du juge-commissaire, conformément à l'exigence d'impartialité.

Pour simplifier le droit des sociétés, le projet reprend les recommandations de l'Autorité des marchés financiers sur le régime des conventions réglementées passées entre une société et ses dirigeants. Jean-Jacques Hyest a supprimé la communication au conseil d'administration et aux commissaires aux comptes des conventions portant sur des opérations courantes, conclues à des conditions normales.

Le texte propose de clarifier le régime de rachat des actions de préférence et la législation relative aux valeurs mobilières, notamment pour les titres financiers complexes.

Il concerne aussi certaines professions réglementées. Il augmente le nombre de notaires salariés par office, ouvre l'exercice salarié de la profession d'avocat au conseil et modifie certaines conditions d'exercice de la profession d'expert-comptable.

Les obligations des mutuelles et des établissements de crédit en matière de publication d'informations sociales et environnementales sont alignées sur les obligations générales des sociétés anonymes, avec les mêmes critères.

Les règles d'organisation et de fonctionnement des entreprises dans lesquelles l'État détient une participation devraient être simplifiées et rapprochées du droit commun.

Dans le prolongement des travaux sur la modernisation du droit de l'environnement, auxquels participe activement Alain Richard, le projet de loi propose d'expérimenter un « certificat de projet » garantissant la stabilité des normes applicables et simplifiant le traitement administratif de certains projets, ainsi qu'une « décision unique » du préfet pour les installations classées pour la protection de l'environnement. Sur ces questions, le Gouvernement a déposé plusieurs amendements, pour clarifier les habilitations existantes et prévoir deux expérimentations complémentaires.

Sous réserve des amendements que je vous présente, je vous propose d'adopter ce projet de loi.

M. François Patriat, rapporteur pour avis de la commission des finances. - La commission des finances a approuvé ce texte, tout en adoptant à l'unanimité ses amendements.

M. Yannick Vaugrenard, rapporteur pour avis de la commission des affaires économiques. - La commission des affaires économiques a fait de même.

Mme Laurence Rossignol, rapporteur pour avis de la commission du développement durable. - La commission du développement durable a émis un avis favorable aux articles 9, 13 et 14. Elle a rejeté en revanche l'article 8 dont elle était saisie au fond. Elle a adopté trois amendements à l'article 16, dont elle était également saisie au fond, aboutissant à le réécrire et à supprimer l'obligation du logo « Triman ». Je regrette ces choix : aussi déposerai-je en séance un amendement rétablissant les dispositions de l'article originel.

J'exclurai cependant le verre de cet étiquetage : tout le monde a compris dans quelle poubelle il fallait le jeter. Pour le reste, le coût de l'apposition du logo donne lieu à certains fantasmes, d'autant moins sérieux que les entreprises auront un an pour s'y conformer. Il ne pèse guère, face au coût bien réel des erreurs de tri pour les collectivités, qui s'élève à 220 millions d'euros.

M. Patrice Gélard. - Ce genre de loi, qui constitue un véritable patchwork, n'est pas acceptable. La méthode, qui relève, si j'ose dire, de la « Warsmanie », n'est pas bonne et je ne suis pas certain qu'on retrouve dans ce texte disparate les axes de réflexions de notre rapporteur, auquel je rends hommage. On ne mélange pas une vingtaine d'ordonnances dans une même loi.

Il n'a pas été prévu d'assortir chaque ordonnance d'une étude d'impact. La procédure d'urgence est-elle justifiée quant au fond ? Répond-elle à une nécessité ? Il est permis d'en douter.

Les lois de type « Warsmann » peuvent laisser sceptique. Des dispositions courtes, portant chacune sur un objet individualisé, sont bien préférables à un seul texte qui en embrasserait trente d'un coup.

M. René Garrec. - Très bien !

M. François Zocchetto. - L'intervention de trois rapporteurs pour avis montre à quel point ce texte balaie un grand nombre de domaines du droit. Il serait avisé de distinguer, au sein d'un texte aussi confus, des aspects purement techniques ou urgents, n'ayant pas besoin de l'apport du législateur, qui pourraient vraiment faire l'objet d'une ordonnance, et ceux qui relèvent pleinement de notre mission. Les dispositions sur la liquidation des entreprises, sur le rôle du ministère public, sur le statut juridictionnel du juge-commissaire, sur le droit des sociétés, pour ne citer que celles-là, en font clairement partie.

M. Alain Richard. - Il faut relativiser ces réticences : nous sommes loin des propositions de lois encyclopédiques de M. Warsmann... De plus, ce texte est centré sur les besoins des entreprises...

M. André Reichardt. - Mais aussi des notaires, des avocats, des experts-comptables...

M. Alain Richard. - Cela fait beaucoup d'ordonnances, il est vrai. Mais le législateur peut toujours vérifier, à l'occasion des lois de ratification, si elles sont justifiées. Notre économie n'est-elle pas confrontée à des problèmes de compétitivité et d'efficacité ? Ce texte qui est présenté pour y répondre résulte d'un long dialogue avec les entreprises.

Si l'on passe par la voie législative normale, les délais d'aboutissement de ces mesures seront allongés. On peut se demander, en maniant un peu l'ironie, combien de parlementaires se seraient vraiment investis dans le détail du contenu de certaines ordonnances, portant sur un droit très spécialisé, par rapport à ceux qui critiquent la méthode employée aujourd'hui !

J'espère que le Gouvernement assurera en séance qu'il dialoguera avec les commissions et les groupes lors de la préparation des ordonnances, en toute transparence.

M. André Reichardt. - Je suis d'accord avec MM. Gélard et Zocchetto. Les arguments de M. Richard ne m'ont pas convaincu : le faible nombre de parlementaires censés examiner de tels textes ne saurait justifier le recours aux ordonnances. Il conviendrait d'éviter ce genre d'arguments. Les projets de loi doivent être examinés en séance publique et nous avons été assez sollicités par ce Gouvernement pour des textes qui n'ont pas déclenché l'enthousiasme, si l'on en juge à cette aune, de sa propre majorité. En outre, notre commission s'honorerait de faire le tri entre ce qui relève des ordonnances et ce qui n'en relève pas.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - En dépit de la méfiance atavique qu'elles éveillent chez le législateur, les ordonnances se révèlent parfois utiles. En l'occurrence, ce texte n'est pas un patchwork.

Contrairement à ce que j'ai entendu, nous veillons à respecter la cohérence du texte gouvernemental sur les entreprises...

M. René Garrec. - Il faut bien la chercher...

M. André Reichardt. - Sur le Grand Paris, par exemple !

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - J'ai procédé à plus d'une vingtaine d'auditions et aucun représentant des entreprises et des professions concernées par ce texte n'a manifesté d'hostilité : en revanche, des précisions ont été souhaitées, d'où mes amendements pour tranquilliser le législateur.

EXAMEN DES AMENDEMENTS

Article 1er

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 34 est rédactionnel.

M. Patrice Gélard. - Je ne sais pas ce qu'est une « microentreprise » !

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - C'est une notion qui figure dans notre corpus juridique actuel.

M. Jean-Pierre Michel. - Elle vient de l'Union européenne.

L'amendement n° 34 est adopté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 35 prévoit que les petites entreprises ne devront pas immédiatement adresser de facture électronique aux personnes publiques.

L'amendement n° 35 est adopté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 36 supprime une mention inutile à Wallis-et-Futuna et aux Terres australes et antarctiques françaises dans l'habilitation pour la mise en conformité du code des postes et des communications électroniques avec le droit européen.

L'amendement n° 36 est adopté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - Sous couvert de compléter une habilitation sur le développement de l'économie numérique, l'amendement n° 19 présenté par M. Hérisson prévoit en réalité une nouvelle habilitation. Or, une habilitation ne peut pas être d'origine parlementaire, comme l'a indiqué le Conseil constitutionnel dans sa décision du 20 janvier 2005.

M. Patrice Gélard. - Très juste !

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - Avis défavorable.

M. Jean-Pierre Sueur, président. - Il serait en effet paradoxal et inconstitutionnel de prévoir une habilitation par amendement.

L'amendement n° 19 est rejeté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 60, présenté par la commission des affaires économiques, prévoit que la simplification, par ordonnance, du code du travail concernant les obligations des employeurs en matière d'affichage et de transmission de documents à l'administration doit avoir lieu après une consultation du ministère du travail. Or le texte encadre déjà l'ordonnance en prévoyant qu'elle doit respecter les droits des salariés.

Sur le fond, il est juridiquement curieux d'habiliter le Gouvernement à procéder à une consultation puisqu'il en a toujours la possibilité. La rédaction laisse penser que le Gouvernement doit consulter le ministère du travail avant de prendre son ordonnance. De plus, une telle disposition constitue une injonction au Gouvernement, ce qui n'est pas conforme à la Constitution, comme le Conseil constitutionnel a déjà eu l'occasion de l'indiquer à maintes reprises. Retrait ou avis défavorable.

M. Yannick Vaugrenard, rapporteur pour avis. - Cet amendement vise à rassurer les organisations syndicales et patronales qui participeraient systématiquement aux négociations menées par le ministère du travail. Je suis surpris que cet amendement soit considéré comme contraire à la Constitution.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - Je comprends votre préoccupation : vous pourriez demander en séance au Gouvernement de vous rassurer. Il n'empêche que le problème juridique demeure.

L'amendement n° 60 est rejeté.

Article 2

L'amendement n° 39 est adopté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 40 rectifié vise à supprimer plusieurs fois le mot « notamment », trop imprécis.

L'amendement n° 40 rectifié est adopté, ainsi que l'amendement n° 37.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 41 rectifié précise que les mesures de régulation des coûts des procédures de mandat ad hoc et de conciliation concerneront aussi la rémunération des différents intervenants, qui peuvent également être des experts financiers, des commissaires aux comptes ou des avocats, et dont les honoraires peuvent être très élevés. Les rémunérations du mandataire ou du conciliateur pourront être régulées en fonction de barèmes. Quant aux autres intervenants, les créanciers pourraient participer aux frais de la procédure.

L'amendement n° 41 rectifié est adopté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - Actuellement, les dispositions relatives à la procédure de conciliation permettent d'accorder, en cas d'ouverture d'une procédure collective, un privilège de paiement au créancier qui apporte un concours financier dans le cadre d'un accord de conciliation homologué par le juge.

Selon l'amendement n° 42, ces dispositions ne devront pas remettre en cause le privilège des salariés et les intérêts de l'association pour la gestion du régime de garantie des créances des salariés. S'il s'agit d'inciter davantage au financement en conciliation par le privilège de new money, il n'y a pas lieu de prévoir une prise en compte particulière des créanciers publics.

L'amendement n° 42 est adopté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - En raison d'un problème de seuils, la procédure de sauvegarde financière accélérée, instituée en 2010, a tardé à être opérationnelle. À ce jour, seules quatre procédures de ce type ont été ouvertes. Outre l'assouplissement des conditions d'ouverture de cette procédure prévu par le projet de loi, l'amendement n° 38 rectifié prévoit une nouvelle procédure de sauvegarde, inspirée de la sauvegarde financière accélérée et incluant les créanciers non financiers, ouverte en cas d'échec d'une procédure de conciliation.

L'amendement n° 38 rectifié est adopté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 44 rectifié précise que la nouvelle procédure de liquidation judiciaire dite « ultra-simplifiée » doit être assortie de mécanismes de contrôle.

L'amendement n° 44 rectifié est adopté.

L'amendement n° 43 est adopté, ainsi que les amendements nos 46 rectifié et 47.

Article 3

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 50 rectifié élargit à l'ensemble des sociétés anonymes, et pas seulement à celles qui sont cotées, l'exclusion du champ des conventions réglementées des conventions conclues entre une société et une filiale entièrement contrôlée, le critère de cotation n'étant pas pertinent.

M. François Zocchetto. - Je voterai cet amendement mais, quoi qu'on dise, nous sommes en train de légiférer, puisque nous rédigeons le texte du Gouvernement...

M. Jean-Pierre Sueur, président. - Nous sommes dans notre rôle en encadrant l'habilitation.

L'amendement n° 50 rectifié est adopté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 48 traduit la proposition n° 24 du rapport de l'Autorité des marchés financiers de juillet 2012 sur les assemblées générales d'actionnaires de sociétés cotées.

M. Patrice Gélard. - On ne peut voter ce genre d'amendement ! Je m'abstiens, tout comme je m'abstiendrai sur l'amendement suivant.

L'amendement n° 48 est adopté, ainsi que l'amendement n° 49.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - Les deux amendements suivants sont présentés par la commission des affaires économiques : ils sont satisfaits par les amendements que nous venons d'adopter.

Les amendements nos 62 et 61sont satisfaits.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - Ayant entendu vos objections sur le cadrage et la nécessaire précision de certaines dispositions, j'ai tenu à vous présenter l'amendement n° 51.

M. Patrice Gélard. - Je suis d'accord avec vous, mais je ne représente pas le Conseil constitutionnel.

M. Jean-Pierre Sueur, président. - Vous y feriez pourtant bonne figure !

L'amendement n° 51 est adopté.

L'amendement n°  52 est adopté, ainsi que les amendements nos 53 et 54.

Article 6

L'amendement n° 55 est adopté.

Article 7

L'amendement n° 56 est adopté.

Article 8

M. Jean-Pierre Sueur, président. - En conséquence du vote émis par la commission du développement durable, l'article 8 est rejeté.

Article 9

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 57 étend aux institutions de prévoyance, régies par le code de la sécurité sociale, les modalités de publication des informations à caractère social et environnemental consolidées au sein d'un groupe.

L'amendement n° 57 est adopté.

Article 10

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n° 58 rectifié vise à préciser et clarifier l'habilitation concernant les entreprises dans lesquelles l'État détient une participation.

L'amendement n° 58 rectifié est adopté.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - Je suis favorable aux amendements nos 64 et 63 de la commission des affaires économiques, sous réserve de les rectifier pour en faire des sous-amendements à mon amendement n° 58 rectifié.

Les amendements nos 64 et 63, ainsi rectifiés, sont adoptés.

L'amendement n° 8 est satisfait.

Article 12

M. Jean-Pierre Sueur, président. - L'article 12 a été délégué au fond à la commission des finances.

L'amendement n° 9 est adopté.

Article 13

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - Je suis favorable à l'amendement n° 26 du Gouvernement qui vise à clarifier la rédaction de l'article 13 et prévoit les pouvoirs du juge administratif en cas de recours contre le certificat de projet

M. Patrice Gélard. - Il est invraisemblable que le Gouvernement dépose des amendements sur son propre texte, qui n'a pas encore été examiné par la commission ! En outre, il s'agit d'une nouvelle habilitation. Quel travail !

M. Alain Richard. - Dans la mesure où il s'agit de flexibiliser notre économie, il est normal que le travail d'écoute des entreprises se poursuive et que certaines des dispositions soient complétées. Qu'auriez-vous dit si le Gouvernement avait attendu la discussion en séance publique pour déposer ces amendements ? En le faisant bien en amont de la procédure parlementaire, le Gouvernement nous permet d'être correctement informés.

M. Patrice Gélard. - La consultation des entreprises est bien sûr souhaitable, mais nous ne savons toujours pas quels seront les textes pris par le Gouvernement, à moins qu'il ne les présente avant que nous votions.

M. Alain Richard. - C'est une interprétation personnelle de la Constitution...

Mme Laurence Rossignol, rapporteur pour avis. - Rassurez-vous, Monsieur Gélard, il ne s'agit pas ici d'une ordonnance supplémentaire. Et je préfère que le Gouvernement dépose ses amendements avant notre examen en commission. Nous ne pouvons qu'être favorables à la limitation des recours abusifs et des contentieux. Enfin, nous disposerons des ordonnances lorsque nous voterons le texte d'habilitation.

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - On ne peut faire grief au Gouvernement d'être à l'écoute des professionnels depuis le dépôt de ce texte.

L'amendement n° 26 est adopté.

Les amendements nos 17 et 16 sont satisfaits.

Article 14

L'amendement n°  25 est adopté.

L'amendement n°  15 est satisfait.

L'amendement n° 24 est adopté.

Articles additionnels après l'article 14

Les amendements nos 28 rectifié, 27 rectifié et 23 rectifié sont adoptés.

Article 15

M. Jean-Pierre Sueur, président. - L'article 15 a été délégué au fond à la commission des finances.

Les amendements nos 10 et 11 sont adoptés.

M. Jean-Pierre Sueur, président. - Nous sommes sensibles aux efforts de M. Patriat pour améliorer la rédaction de ce texte.

Article 16

M. Jean-Pierre Sueur, président. - L'amendement n° 1 a été voté par la commission du développement durable, saisie au fond. Les amendements n° 20 rectifié et 29 sont identiques.

Les amendements nos 1, 20 rectifié et 29 sont adoptés.

Les amendements nos 7, 2, 30, 3, 31, 4, 32, 33, 18 et 14 tombent.

Article 18

L'amendement n° 12 est adopté.

Article additionnel après l'article 20

L'amendement n° 5 est rejeté.

Article 21

M. Jean-Pierre Sueur, président. - L'article 21 a lui aussi été délégué à la commission des finances.

L'amendement n° 13 est adopté.

Intitulé du projet de loi

M. Thani Mohamed Soilihi, rapporteur. - L'amendement n°  59 rectifié simplifie l'intitulé du projet de loi et en clarifie l'objet.

L'amendement n°  59 est adopté.

Le sort des amendements examinés par la commission est retracé dans le tableau suivant :

Auteur

Objet

Sort de l'amendement

Article 1er
Habilitation en vue d'alléger et clarifier certaines obligations générales
et sectorielles pesant sur les entreprises

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

34

Précision rédactionnelle

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

35

Entrée en vigueur progressive de l'obligation
de facturation électronique

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

36

Suppression d'une mention inutile

Adopté

M. HÉRISSON

19

Modification des contrats de services
des entreprises du secteur des communications
électroniques

Rejeté

M. VAUGRENARD

60

Procédure consultative avant la modification
du code du travail

Rejeté

Article 2
Habilitation en vue de réformer le droit des entreprises en difficulté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

39

Précision rédactionnelle

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

40 rect.

Précision de l'habilitation relative à la réforme du droit des entreprises en difficulté

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

37

Précision rédactionnelle

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

41 rect.

Prise en charge des rémunérations des intervenants
extérieurs dans les procédures de prévention
des difficultés des entreprises

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

42

Préservation des intérêts des salariés
en cas d'apport financier extérieur dans le cadre
d'une procédure de conciliation

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

38 rect.

Élargissement aux créanciers non financiers
de la procédure de sauvegarde financière accélérée

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

44 rect.

Renforcement des contrôles en cas de procédure liquidative et précision rédactionnelle

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

43

Précision

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

46 rect.

Critères de délocalisation d'une affaire devant
les tribunaux de commerce

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

47

Information du président du tribunal de commerce

Adopté

Article 3
Habilitation en vue de simplifier et de clarifier diverses dispositions de droit des sociétés

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

50 rect.

Assouplissement du régime des conventions réglementées

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

48

Motivation de l'autorisation des conventions réglementées

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

49

Suivi des conventions réglementées

Adopté

M. VAUGRENARD

62

Assouplissement du régime des conventions réglementées

Satisfait

M. VAUGRENARD

61

Motivation de l'autorisation des conventions réglementées

Satisfait

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

51

Précision de l'habilitation portant sur la législation relative aux valeurs mobilières

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

52

Précision rédactionnelle

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

53

Publicité de la cession de parts de société

Adopté

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

54

Clarification rédactionnelle

Adopté

Article 6
Habilitation en vue d'adapter l'exercice de la profession d'expert-comptable

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

55

Précision de l'habilitation concernant la profession d'expert-comptable

Adopté

Article 7
Habilitation en vue de réformer les obligations applicables
aux établissements de pratique d'activités physiques et sportives

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

56

Précision de l'habilitation concernant les établissements d'activités physiques et sportives

Adopté

Article 9
Obligation de publication d'informations à caractère social et environnemental dans les groupes

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

57

Modalités de publication des informations sociales et environnementales applicables aux institutions
de prévoyance

Adopté

Article 10
Habilitation en vue de moderniser les règles d'organisation et de fonctionnement et les règles relatives
aux opérations en capital applicables aux entreprises dans lesquelles l'État détient une participation

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

58 rect.

Précision de l'habilitation concernant les règles relatives aux entreprises dans lesquelles l'État détient une participation

Adopté

M. VAUGRENARD

64

Précision

Adopté avec modification

M. PATRIAT

8

Précision de l'habilitation concernant les règles relatives aux entreprises dans lesquelles l'État détient une participation

Satisfait

M. VAUGRENARD

63

Maintien des seuils de détention publique
dans certaines entreprises

Adopté avec modification

Article 12
Habilitation en vue de mettre en conformité la législation française avec le droit européen
en matière de surveillance prudentielle

M. PATRIAT

9

Précision de l'habilitation concernant la mise en conformité du droit français avec les textes européens relatifs à l'union bancaire

Adopté

Article 13
Habilitation en vue d'expérimenter le « certificat de projet »

Le Gouvernement

26

Clarification et précisions relatives au pouvoir du juge administratif en cas de recours

Adopté

M. D. LAURENT

17

Précision rédactionnelle

Satisfait

M. D. LAURENT

16

Conditions et effets des recours contre les certificats de projet

Satisfait

Article 14
Habilitation en vue d'expérimenter la « décision unique »
pour les installations classées pour la protection de l'environnement

Le Gouvernement

25

Élargissement de l'expérimentation à certains projets de méthanisation

Adopté

M. D. LAURENT

15

Aménagement des pouvoirs du juge

Satisfait

Le Gouvernement

24

Contrôle et sanctions en matière de recours contentieux

Adopté

Articles additionnels après l'article 14

Le Gouvernement

28 rect.

Habilitation pour expérimenter une procédure unique intégrée dans le domaine de l'eau

Adopté

Le Gouvernement

27 rect.

Habilitation pour expérimenter les opérations d'intérêt économique et écologique

Adopté

Le Gouvernement

23 rect.

Habilitation pour mettre en place un nouveau produit d'assurance-vie

Adopté

Article 15
Ratification de l'ordonnance du 24 août 2011 relative aux communications électroniques
et ratification avec modification de l'ordonnance du 27 juin 2013 relative aux établissements de crédit
et aux sociétés de financement

M. PATRIAT

10

Précision rédactionnelle

Adopté

M. PATRIAT

11

Correction d'erreurs matérielles

Adopté

Article 16
Information des consommateurs sur les produits recyclables

M. HYEST

1

Suppression de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Adopté

M. D. LAURENT

20 rect.

Suppression de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Adopté

M. REICHARDT

29

Suppression de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Adopté

M. D. LAURENT

7

Assouplissement de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Tombe

M. HYEST

2

Adaptation de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Tombe

M. REICHARDT

30

Adaptation de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Tombe

M. HYEST

3

Assouplissement de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Tombe

M. REICHARDT

31

Assouplissement de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Tombe

M. HYEST

4

Assouplissement de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Tombe

M. REICHARDT

32

Assouplissement de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Tombe

M. CÉSAR

33

Exclusion des emballages en verre de l'obligation d'apposer une signalétique commune
sur les produits recyclables

Tombe

M. DÉTRAIGNE

18

Exclusion des emballages en verre de l'obligation d'apposer une signalétique commune
sur les produits recyclables

Tombe

M. D. LAURENT

14

Assouplissement de l'obligation d'apposer une signalétique commune sur les produits recyclables

Tombe

Article 18
Fixation des délais d'habilitation

M. PATRIAT

12

Réduction du délai d'habilitation concernant l'ordonnance relative à l'union bancaire

Adopté

Article additionnel après l'article 20

M. HYEST

5

Conditions de remboursement en cas de cotisations patronales excessives pour les accidents du travail et maladies professionnelles

Rejeté

Article 21
Ratification avec modifications de l'ordonnance du 25 juillet 2013
modifiant le cadre juridique de la gestion d'actifs

M. PATRIAT

13

Correction d'erreurs matérielles et clarification rédactionnelle

Adopté

Intitulé du projet de loi

M. MOHAMED SOILIHI, rapporteur

59 rect.

Simplification

Adopté