Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information




Retour Sommaire Suite

2. Les pays qui réussissent à réduire le chômage se sont tous inspirés de la stratégie de l'OCDE pour l'emploi

L'organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a eu l'occasion d'exprimer le scepticisme que lui inspirait la politique de réduction du temps de travail menée par le Gouvernement français dans son dernier rapport sur les perspectives économiques46(*). On peut lire dans ce rapport que " l'effet sur l'emploi d'une réduction du temps de travail semble devoir être faible à moins que les gains hebdomadaires ne diminuent à proportion des heures ouvrées et même alors les effets à moyen terme sont incertains ". L'OCDE affirme également qu'il faut "  viser à un accord mutuel entre employeurs et salariés sur la réduction du temps de travail (de préférence à un niveau décentralisé) plutôt que de chercher à imposer des réductions. ".

Loin de se cantonner dans un refus de principe des politiques actives de lutte contre le chômage, l'OCDE a développé depuis 1994 un ensemble de recommandations propres à faire reculer le phénomène.

On peut souligner que ces recommandations qui visent toutes une meilleure performance du marché du travail ont été élaborées dans un souci d'équité et de préservation de la cohésion sociale. Il a souvent été considéré que les réformes tendant à accroître la flexibilité des salaires et à réformer les régimes étaient incompatibles avec l'objectif d'une certaine équité. Il semblerait toutefois que l'augmentation des emplois résultant des réformes soit bénéfique pour tous, même si elle s'accompagne d'une plus grande dispersion des taux de salaires. On peut notamment considérer que, dans nombre de cas, un emploi peu rémunéré peut constituer un premier pas vers un meilleur salaire, l'emploi même mal rémunéré reste le plus sûr garant du bon fonctionnement de l'ascenseur social.

Le débat sur la flexibilité mériterait donc d'être plus serein, moins théologique, ceci d'autant plus que cette crispation est largement propre à la société française. On en veut pour preuve les déclarations du Premier ministre britannique, M. Tony Blair, qui a affirmé récemment devant les syndicats réunis en congrès que l'on devait cesser " de faire comme si la flexibilité, au vrai sens du terme, était incompatible avec la justice sociale, comme si la flexibilité signifiait toujours l'injustice, et la justice la rigidité " et que son gouvernement maintiendrait l'actuelle flexibilité du marché du travail, et que, même si certains avaient des frissons à cette idée, ils s'apercevraient qu'au bout du compte, il fait plus chaud dans le monde réel. ".

La stratégie de l'OCDE pour l'emploi

1.  Elaborer une politique macro-économique qui favorise la croissance et qui, conjuguée à des politiques structurelles appropriées, la rende durable, c'est-à-dire non inflationniste.

2.  Améliorer le cadre dans lequel s'inscrivent la création et la diffusion du savoir-faire technologique.

3.  Accroître la flexibilité du temps de travail (aussi bien à court terme que sur toute la durée de la vie) dans le cadre de contrats conclus de gré à gré entre travailleurs et employeurs.

4.  Créer un climat favorable à l'entreprise en éliminant les obstacles et les entraves à la création et au développement des entreprises.

5.  Accroître la flexibilité des coûts salariaux et de main-d'oeuvre en supprimant les contraintes qui empêchent les salaires de refléter les conditions locales et le niveau de qualification de chacun, en particulier des jeunes travailleurs.

6.  Revoir les dispositions relatives à la sécurité de l'emploi qui freinent l'expansion de l'emploi dans le secteur privé.

7.  Mettre davantage l'accent sur les politiques actives du marché du travail et les rendre plus efficaces.

8.  Améliorer les qualifications et les compétences de la main-d'oeuvre en modifiant profondément les systèmes d'enseignement et de formation.

9.  Revoir les systèmes d'indemnisation du chômage et de prestations connexes -et leurs interactions avec le système fiscal- de sorte que les objectifs fondamentaux en matière d'équité de la collectivité soient remplis sans porter atteinte au bon fonctionnement des marchés du travail.

10.  Développer la concurrence sur les marchés de produits de manière à réduire les tendances monopolistiques et à atténuer l'opposition entre travailleurs intégrés et exclus, tout en contribuant à rendre l'économie plus novatrice et plus dynamique.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli